Lubrizol : une catastrophe idéologique, humaine, sociétale et écologique de 30 ans


Share

Lubrizol à Rouen inflige une catastrophe tous les 10 ans !  Ils n’ont rien appris ni de leurs catastrophes, ni des accidents récents relevés par les riverains et sans doute des innombrables incidents internes qui, selon la théorie et la pratique de la sécurité préviennent à répétition de l’imminence de ces situations. Les salariés ne les remontent plus, ou s’ils les remontent cela ne sert à rien tant leurs managers et directeurs, concentrés sur les résultats économiques et leur carrière les rendent autistes à la réalité; enjeux collectifs et environnementaux compris.

Bref ces directeurs et managers serviles et dociles sont des médiocres zélés à la solde des inutiles profits de Warren Buffet. Warren Buffet, vous savez c’est celui un peu plus intellectuellement honnête mais non moins cupide qui a dit qu’il y avait bien une lutte des classes et que c’était sa classe qui l’avait gagnée.

Minute papillon… tes sbires sont pris en flagrant délit de nuisance et ton usine on va la reconstruire et la diriger avec une idéologie appropriée (voir 7 articles sur l’idéologie de la qualité sur ce site) et avec des gens compétents sur la zone industrielle du Havre. La fin de l’histoire n’est pas pour demain et ton empire américain s’écroule précédant de peu celui de ta classe et de son idéologie.

Je me souviens, il y a 30 ans de ce refus d’acheter un logiciel d’aide à l’évacuation des populations en cas de fuite d’un des gaz présents, pourtant extrêmement dangereux puisque précurseur de molécules comme le phosgène; c’est à dire le gaz moutarde. Guère moins que les mercaptans, ces traceurs de gaz naturel inodore très utiles à très faibles dose mais toxiques eux aussi. Le genre de produit qui a fait vomir les riverains pendant l’incendie.

Mais je me souviens surtout, il y a 25 ans, de la morgue de cette directrice sûre de ses croyances qui nous moquait parce que nous, auditeurs de systèmes de management environnemental, étions à ses yeux de dangereux écologistes !  une sorte d’irresponsable économique. Mais non madame, nous avons juste une échelle correcte des valeurs tandis que vous vous aviez une échelle barbare confondant la finalité avec les moyens, le technico- économique de bas étage avec l’élévation morale.

On voit aujourd’hui qui sont les dangereux terroristes industriels :  Ce sont ces dirigeants industriels dont le fanatisme économique n’a d’égal que le fanatisme raciste des chefs de camps de concentration nazi, ou le fanatisme religieux des chefs de Daesh ou le fanatisme colonialiste de la droite israélienne ou le fanatisme royaliste et religieux de la dictature saoudienne.

Tout au long de la chaine hiérarchique, depuis celui à la tête qui gère ses stock option jusqu’à celui qui touche sa prime de soumission et d’allégeance pour bonne contribution aux objectifs, ils se comportent en irresponsables.

Pas les employés de base, non; les clercs !  En s’obnubilant sur les profits, ils négligent volontairement toutes les règles de prévention;  tout comme ceux qui déjà avaient provoqué la catastrophe de Bhopal.

Heureusement qu’ils ont évacué le pentasulfure de phosphore sinon c’était tout Rouen qui était passé au gaz moutarde ! C’était Bhopal 2 en France !  (Lire il était minuit cinq à Bhopal par Dominique Lapierre pour comprendre comment cette situation se construit depuis des décennies)

 

Il est vrai que pour les américains dominateurs supérieurs les européens ne sont guère plus que des singes. Alors ce ne serait pas si grave vu de Huston ou de New York. Du même réacteur chimique (on ne dit plus tonneau de nos jours) mais de plus près, même pour le syndicat UNSA de la police française gazer, estropier, mutiler et même assassiner de braves gens ou des gilets jaunes ne serait pas barbare…..puisque pour leur ministre, son président et les médias appartenant aux évadeurs et fraudeurs fiscaux massifs amis de Warren Buffet (lire Où est l’argent par Maxime Renahy), ces exactions barbares s’appellent maintien de l’ordre.

Donc gazer la population ou même être passé à deux doigts de la gazer finalement ce n’est pas si grave ! Les pauvres, et tous ceux qui travaillent ou qui voudraient travailler le sont à leurs yeux, n’ont droit à rien !

Puants ils l’étaient et le sont toujours ces dirigeants ! Fanatisés ils l’étaient et ils le sont toujours ces dirigeants ! Aussi cupides que veules, il est assez incroyable et, pour moi au moins, tout à fait insupportable, de lire que cette directrice ne pense qu’à reprendre l’activité de son usine. A t-elle réalisé la gravité de ce qui vient de se produire ? a t-elle réalisé les conséquence de son comportement ?

Permettre cela serait comme redonner un trente tonnes à un drogué qui viendrait de provoquer un carambolage ! Je ne suis pas surpris de trouver cela dans le Figaro, ce journal de propagande de la caste distribué gratuitement dans tous les hôtels et avions fréquentés par ses clercs ! Il faut dire qu’il y a risque de voir des gens comme moi crier au loup, vu l’ampleur des dégâts réels visibles ou dissimulés et des dégâts potentiels, même minimisés ou pire valorisés en disant « on a évité le pire ». Il est criminel d’en avoir simplement fait encourir le risque.

Je peux comprendre la veulerie de ce préfet bureaucrate qui dans l’ambiance actuelle préfère protéger un fautif puissant et bien en cour plutôt que de sacrifier sa carrière en reconnaissant des faiblesses d’autorité antérieures. En eut il envie en bon serviteur de l’Etat, il ne devait pas être simple de protéger la population en s’opposant aux syndicats professionnels gendre UIC-MEDEF, aux chambres de commerce, aux députés d’extrême centre REM. Ce n’est pas glorieux mais humain. Tout le monde n’a pas l’étoffe d’un héros.

Pourtant il y a des limites au mensonge et au compromis. Après la catastrophe, il s’agit clairement d’une compromission aux intérêts de Warren Buffet. Il est vrai que comparé aux millions de morts par l’aspartame de Donald Rumsfeld, comparé a l’explosion des cancers par les ondes de Drahi, Niel, et bien d’autres ou encore à côté du taux 4 fois plus élevé de cancers provoqués autour d’eux par les industriels de la zone de Fos sur Mer, ce n’est pas si grave….

On en conclura que la duplicité et la complicité de l’Etat et de la représentation démocratique avec les intérêts industriels de la caste du 1% sont systémiques, idéologiques et patents; comme aux dernières élections présidentielles …. (lire Crépuscule de Juan Branco)

Quelle honte d’oser dans cet article-interview du Figaro, placer en bouclier humain les braves employés de Lubrizol pour autoriser une autre bombe écologique entre les mains de terroristes industriels ! Même tactique que les syndicats de police qui lorsque Mélenchon met le doigt sur leurs excès protègent leurs barbares derrière les policiers équilibrés appuyés sans vergogne par leur ministre sans scrupule Castaner.

 

Il ne faut surtout pas tomber dans le panneau. Cette usine Lubrizol de Rouen doit fermer et ses dirigeants rentrer chez Warren Buffet. Elle doit être reconstruite dans la zone industrielle du Havre et pour prix de l’incompétence de la structure actuelle elle doit être opérée par les travailleurs qui eux ont le sens des responsabilités !

S’il y a des brevets, ils doivent devenir la propriété publique à titre d’amende et de dédommagement et ce n’est pas à l’Etat ou la collectivité ou aux individus de nettoyer les retombées : c’est à Lubrizol qui pourrait bien y consacrer l’activité de ses employés pendant le temps qu’il faudra, directeur industriel et directrice du site chiffons à la main en tête. Juste pour la pédagogie d’éducation des prétentieux….