Du larcin au pillage


Share

Mi., l’avocat félon de Lyon,

Émet subrepticement une convention.

mécontent de ses services

Le futur divorcé rompt la liaison;

et le pactole lui passe sous le nez !

Vexé, furieux de se voir empêché,

Le narcisse escroc surtaxe.

 

Naïf, le plaignant en appelle à la bâtonnière

Mais la larronne est sa compère.

Ensemble, ils concoctent un jugement propre à satisfaire,

et leurs intérêts et ceux de leur corporation.

La ficelle est si grosse que le remarié forcé en appelle au juge,

Pendant qu’huissier, banquiers et autre juge

Jettent sur le trottoir

Et la personne et l’entreprise.

 

Déboutant le rétif plaignant « Vous avez bien lu la loi » dit la juge A.

« mais je jauge valables et convention et bâton « .

La cassation couvrira finalement

que vauriens, juges comme malfrats,

pourvu qu’ils soient de la corporation,

de leurs méfaits ont toujours sur un Rien raison;

Raison de classe et de corporation sur les honnêtes cons.

 

Survinrent quelques années plus tard les Gilets Jaunes

Aux trousses des Macrons,

des pilleurs de France,

alliés aux notables pilleurs de justiciables,

Prostituant, les un l’Etat, les autres la Justice, à leur service.

A Versailles comme Carlos Ghosn,

A à l’Elysée comme Macron,

Ils ne dansèrent plus dès lors que la carmagnole pour leurs anniversaires !