Aldeous Huxley : nouvelle préface au meilleur des mondes


Share

Il n’y a, bien entendu, aucune raison pour que les totalitarismes nouveaux ressemblent aux anciens. Le gouvernement au moyen de triques et de pelotons d’exécution, de famines artificielles, d’emprisonnements et de déportation en masse, est non seulement inhumain (cela personne ne s’en soucie fort de nos jours); il est -on peut le démontrer- inefficace : et, dans une ère de technologie avancée, l’inefficacité est le péché contre le saint esprit. Un état totalitaire vraiment « efficient » serait celui dans lequel le tout puissant comité exécutif des chefs politiques et leur armée de directeurs auraient la haute main sur une population d’esclaves qu’il serait inutile de contraindre, parce qu’ils auraient l’amour de leur servitude. La leur faire aimer – telle est la tâche assignée dans les Etats totalitaires d’aujourd’hui aux ministères de la propagande, aux rédacteurs en chef de journaux et aux maîtres d’école