L’attentat symbolique sous faux drapeaux ou comment manipuler les foules


Le complotisme c’est l’état; sinon c’est simplement voir le dessous des cartes

Les choses ne sont pas ce dont elles ont l’apparence. L’attentat sous faux drapeaux est une arme redoutable de manipulation des foules. Commençons par des exemples avant de prédire l’avenir.

Pearl Habour

Jean-François Deniau explique dans « le bureau des secrets perdus » que le Pentagone savait le Porte-Avions japonais était à portée d’attaque. Il avait mis un maximum de soldats en permissions, incitant les Japonais de tomber dans le piège de l’attaque de Pearl Habour qui leur était tendu pour humilier les Etats-unis (humiliation qu’on leur a fait payer ensuite avec les expériences grandeur nature gratuites d’Hiroshima et Nagazaki).

L’annonce de l’Amérique attaquée par tous les médias 24h/24 appelait une réponse forte du président : les Etats-Unis allaient donc entrer dans la deuxième guerre mondiale. A l’échelle de l’Histoire, c’était urgent, il fallait anticiper la défaite des allemands face aux russes et empêcher l’arrivée des russes sur les côtes atlantiques ; tout près des côtes anglaises. D’autant qu’un espion au japon avait prévenu Staline qu’il n’y aurait pas d’attaque japonaise sur son front de l’est, ce qui lui avait permis de reporter un maximum de forces sur son front allemand de l’ouest.

Les tours jumelles du World Trade Center

Les tours vieillissantes bourrées d’amiante ont été revendues peu avant l’attentat et le nouveau propriétaire a pris non pas un mais deux contrats d’assurance. Ces tours étaient à la fois un symbole de l’Amérique, de son idéologie et un problème de santé

Un groupe de coupables à l’avance a été formé au pilotage mais pas à l’atterrissage et a pu détourner simultanément plusieurs avions. Quand on connait le côté draconien des fouilles des passagers aériens, et le repérage au faciès, voire même pour des français blancs à l’occasion d’une simple conversation avec un voisin américain, ces détournements simultanés relève de l’infime probabilité et de l’exploit. On a laissé les portes ouvertes

Ceux qui avaient les meilleures relations ont reçu un appel leur conseillant de ne pas aller travailler ce jour-là. Les ingénieurs en génie civil ont tout de suite dit que même sous les chocs des avions, les structures offraient suffisamment de résistance à l’écroulement affiché en boucle sur toutes les télévisions. L’enquête a montré que les tours avaient été subrepticement plastiquées chaque nuit. Il s’agit d’une destruction contrôlée assortie d’un montage vidéo. Même le bâtiment de projet juste à côté a été plastiqué pour effacer toute trace. La seule chose incompréhensible dans cette affaire, c’est le trou sans débris, soit-disant un avion mais plutôt un missile, dans le Pentagone. Quelqu’un aurait-il tenté d’empêcher l’attentat, une cerise sur le gâteau du montage vidéo manipulatoire. Une erreur dans le scenario hollywoodien ?

Ainsi les militaires, services de propagande vidéo et autres services secrets ont organisé un attentat sous faux drapeau pour mettre la main sur le pétrole et détruire le bijou social qu’était, de par la qualité de ses services public, l’Irak ; un pays dépourvu de toute arme de destruction massive que parallèlement les mêmes perfides développaient par tranches réparties aux quatre coins du monde comme on le sait maintenant.

Ainsi les militaires Etats-Uniens voire les dirigeants ont facilité une attaque pour justifier une décision d’entrée en guerre. Les complotistes dénoncés dans le célèbre discours de Robert Kennedy président en exercice d’après-guerre et qui lui a valu d’être immédiatement assassiné, faisait sans doute allusion à ce gouvernement de l’ombre. Le fameux Etat-Profond. Au passage des gens bien informés en ont profité pour une petite escroquerie à l’assurance. On finance discrètement comme on peut…. Ca monte juste un peu les cotisations du bon peuple….

D’autres attentats suspects 

Je passe sur les gazages sous faux drapeau en Syrie et l’opération de Butcha des ukro-nazis et je reviendrai sur les bombardements ukrainiens sur la centrale ukrainienne de Zaporoje. Mais je ne voudrais pas manquer de parler de le détournement avec escale intermédiaire secrète dans une ile, de l’avion de la Malaisian Airlines dans lequel le patron chinois et toute une équipe d’ingénieurs qui travaillaient sur le plus petit micro-processeur du monde ont disparu ; laissant Rothschild seul au commande de l’entreprise officielle. Encore un avion de la Malaisian Airlines qui décidément se trouve souvent en point de mire, celui abattu par les Ukrainiens et qui transportait des spécialistes de biologie revenant d’un congrès en asie financé par …. financé par ….. l’incontournable Bill Gates !  Là il semble bien que ce soit un but contre son camp car l’avion visé, celui qui était en retard mais qui devait passer là c’était celui de Vladimir Poutine…. On mesure aujourd’hui l’importance d’avoir raté ce coup. La liste est longue et pas limité aux Etats-Unis et l’Europe mais je ne voudrais pas oublier le président Hutu Rouandais abattu par un missile de la bourgeoisie Tutsi qui a déclenché la réaction promise par le président Hutu que l’on sait. Nul doute que les propos du président Poutine soient à prendre tout aussi au sérieux et qu’avec ou sans lui les patriotes russes agissent en cas d’action de ce niveau de gravité ; ce que n’est pas l’attentat demi-manqué d’Alexandre Douguine qui a coûté la vie à sa fille par les services secrets ukrainiens commandés directement par des officiers de la CIA. On entre à ce stade dans les assassinats et la liste des gêneurs pour les intérêts du 0,01% serait bien trop longue.

Zaporozhye

Le rôle fourbe de celui qui a été mis au pouvoir en France par la CIA pour en arriver à une agression en apparence justifiée de la Russie, ou pour nous mettre en dépendance totale de l’Etat-Profond américain est connu. Aussi bien depuis l’inaction pour faire respecter les accords de Minsk que dans la vente à l’encan de nos bijoux industriels et brevets (Alstom). Là encore la liste serait longue et il faut un bon étouffoir pour couvrir le tintamare des beaucoup trop nombreuses casseroles qui mériteraient la cour martiale.

Un cœur de centrale dégage beaucoup d’énergie, c’est fait pour cela ; et cette énergie doit être évacuée; c’est même l’idée pour qu’une centrale produise du courant. Si les utilités qui font tourner les équipements d’évacuation d’énergie sont bombardées, on peut ne plus pouvoir refroidir le cœur. Même arrêtée en urgence, l’inertie est telle que l’on peut avoir un autre Three Miles Island (on oublie trop souvent dans les médias que c’était la première catastrophe et qu’elle était américaine) un autre Tchernobyl (soviétique-ukrainien) ou un autre Fukushima. Ce n’est pas une bombe atomique, c’est de l’uranium et pas du plutonium mais ça n’en est pas mois passablement délétaire comme on sait.

Les irresponsables bombardements par les ukro-otan de la centrale nucléaire de Zaporoje, dans le même pays, l’Ukraine que celui qui a déjà vu la catastrophe de Tchernobyl, est manifestement un élément de la guerre médiatique conduite par l’ukro-Otan. Les russes, ont bien fait d’arrêter préventivement la centrale. Au-delà de la propagande mensongère la preuve que les russes bombarderaient une centrale qu’ils contrôlent depuis le début de l’opération spéciale de dénazification démilitarisation ne pourra être que fallacieuse puisque que ce n’est pas le cas. 

A qui profite le crime

Mais si le président Poutine qui ne voulait plus répondre à ses appels et qui ne parle ni n’agit sans réfléchir, s’est décidé d’appeler le président français, c’est qu’il a bien compris, tout comme l’état profond, que le narcissique du président français a besoin d’une guerre pour exercer un pouvoir totalitaire en solitaire. Il sait que cette guerre comme la précédente fait le jeu des anglais dont la première ministre apparaît comme une va-t’en guerre forcenée.

Dans cet esprit, faire de la France, qu’il ne représente pas réellement mais qu’il représente officiellement, une victime l’arrangerait. Une centrale touchée atteindrait un symbole de la puissance de la France : son nucléaire. Domaine de fierté et d’indépendance s’il en est, domaine encore un peu synonyme d’avance avec autrefois la meilleure et la plus grande entreprise d’électricité du monde, les meilleurs spécialistes chez Orano et l’œuvre du sauveur de la France le général de Gaulle.

Quelle meilleure aubaine qu’un coup porté à un établissement nucléaire français pour ceux qui voudrait tout à la fois affaiblir la France, garder leur pion au pouvoir et entrer en guerre ? Quant au tyran au pouvoir, il sautera sur l’occasion pour se donner le beau rôle du héros-sauveur et tenter dans sa folle ambition théâtrale dépourvue des moyens intellectuels, de se hisser à la hauteur de l’histoire.

Alors comment ça marche ?

J’avais envisagé un scenario où les russes, lassés de prendre des coups en Ukraine envoyés par des canons français, irrité par les rodomontades et le comportement du président français, choisirais plutôt la France que l’Angleterre pour envoyer un missile hypersonique sur quelque centrale. Mais ce serait tomber dans le piège de l’OTAN, ce serait lui fournir sur un plateau le prétexte qu’il cherche pour justifier la main mise sur les ressources russes, relancer grâce à le système économie en péril du 0,01% dominant et affaiblir les velléités des peuples à leur autodétermination, leur autoadministration, bref leur pouvoir et leur liberté. Les russes de l’après union soviétaique ont trop bien compris tout cela et savent depuis 1917 à qui ils ont affaire. Ils sont trop bons joueurs d’échec pour tomber dans ce piège grossier.  

Puisque les provocations ne fonctionnent pas, il va falloir provoquer le choc qui déclenchera l’holocauste. Et c’est là que les bonnes vieilles méthodes pourries tordues reviennent discrètement dans l’ombre. Des services secrets inféodés de l’OTAN organiseraient un attentat sous faux drapeau sur une centrale ou un établissement symbolique : Fessenheim, Super Phenix, La Hague…, les médias qui n’en sont plus à un mensonge près ces derniers temps accuseraient les russes en cœur ; les gogos en avaleraient leurs baîllons et avaleraient goulument leur bouillon de 11h au lieu de se le faire injecter à petite dose, et les braves ignorants courraient se faire tuer.  L’affaire du déclenchement de la guerre serait réglée, l’affaire de la dépopulation serait accélérée, l’affaire économique serait relancée car il faut savoir que les profits en temps de guerre sont plus grands qu’en temps de paix.

Conclusion

Voilà pourquoi, Poutine, certainement bien informé et sans doute disposant de bons analystes de partie d’échec a décroché son téléphone. Voilà pourquoi Macron a prévenu elliptiquement qu’il fallait être prêt à payer le prix de la liberté. Voilà pourquoi Philippot indique qu’il se prépare « un gros coup »

Rien n’est pire que la guerre. Le système capitaliste du 1% dominant doit se renouveler et réduire les inégalités autrement que par le prix des vies ; ou alors celles du 1% et de ses soutiens mais plus comme lors des deux précédentes avec celle des gens ordinaires.

Il faut donc à tout prix empêcher la mise en œuvre d’un tel plan machiavélique. Les services de renseignement font bien leur travail mais ils sont soumis à la coopération avec les alliés, la propagande et l’infiltration. Il doit bien rester quelques patriotes sincères.

Voltaire savait ce qu’était la vie du pouvoir : « Mon Dieu, gardez-moi de mes amis. Quant à mes ennemis, je m’en charge ! » Je serais ces services de renseignements français, je surveillerais mes amis du MI6, du Mossad et de la CIA comme le lait sur le feu. Vu l’enjeu, je n’hésiterais pas, tout comme Trump, à coopérer discrètement avec ceux qu’on voudrait nous faire appeler improprement l’ennemi…. dans le but d’empêcher ce coup tordu.

Share and Enjoy:
  • Print
  • Digg
  • StumbleUpon
  • del.icio.us
  • Facebook
  • Yahoo! Buzz
  • Twitter
  • Google Bookmarks

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.