L’avertissement du Parc des Princes

Les financements occultes de la CIA des terroristes ou autres nazis chargés de déstabiliser ne sont plus un secret pour personne. Aucun pays n’est à l’abri. l’instigateur de la révolte de mai 68, comme ceux des révolutions Orange plus tard, un certain Kohn-Bendit était un agent de la CIA. Il en va de même avec Navalny ou l’actuel maire de Moscou, Macron, Sarkozy et Van der Leyen.

Il faudrait d’ailleurs savoir combien en 68 ont touché les dirigeants syndicaux pour emboiter le pas aux étudiants pour in fine parvenir à dégager ce gêneur de de Gaulle qui instaurait la participation, l’intéressement, prenait 20 ans d’avance sur le nucléaire et pratiquait la politique de la chaise vide pour résister à l’ex nazi Walter Altstein devenu premier président de l’union européenne cherchant déjà à contrer la vision nationaliste de de Gaulle pour une vision mondialiste.

Le mécanisme synchronisé à double détente comme en 68 : d’abord les étudiants enfants gâtés puis les syndicats attirés par l’appât du gain sous couvert de lutte des classe ont dans l’affaire du parc des princes été remplacés par les voyous de la police puis les voyous de banlieue.

Selon le récit d’un journaliste sportif anglais interrogé par André Berkoff sur Sud Radio, les supporters ont été d’abord bloqués par la police sous prétexte de faux billets. Le prétexte est facile car on peut facilement imaginer qu’il y en a pour chaque match et on peut facilement grossir l’affaire en faisant croire à la police que les services de renseignements ont été mis au courant d’une fraude massive. Du coup la police nasse les supporters et comme on a mis très peu de policiers pour contenir une foule qui s’énerve vu comme on la traite et qu’ils ne sont pas choisis pour être fins, ils dégainent les gaz lacrymogènes.

Et puis brusquement, tout contrôle est oublié, les policiers disparaissent, un seul ordre au bon moment, c’est à dire juste avant l’arrivée des voyous aura suffit à lever le dispositif léger. Cela permet aux policiers de terrain absents de ne pas avoir à voir les voyous de banlieue attaquer les supporter et donc garantir qu’aucun renfort ne sera appelé et que les voyous auront le champ libre.

Comme les supporters échauffés, bloqués n’ont pas encore eu le temps d’entrer, que ce sont de braves gens qui n’ont pas encore eu le temps d’entrer ils se font massacrer.

Gageons que les ordres donnés aux malfrats étaient d’en faire assez pour faire scandale médiatiquement mais pas assez pour qu’une enquête fouillée dusse être diligentée qui aurait pu révéler l’attentat sous faux drapeaux comme pour Charlie ou le Bataclan ou même le coup avorté (déjà) du Parc des Princes.

Celui-là aura parfaitement marché, tonnerre médiatique, Darmanin, conscient ou pas du coup tordu, est obligé de choisir entre fustiger la police ou les supporters anglais. Dans l’état actuel de la situation il a plus besoin de la police que de l’image de la France en Angleterre. Son choix est désagréable sans doute mais facile.

Que veut dire cette situation ? Que la CIA, elle même manipulée de l’intérieur par le MI6 et le Mossad, fait ce qu’elle veut avec pratiquement n’importe quel groupe de pression à incidence politique en France. Ici il suffisait de payer quelques caïds mafieux de banlieue pour la deuxième détente du coup tordu.

Mais il y a bien pire : la première détente. Soit les services de renseignements anglo-américains savent directement ou indirectement comment manipuler la police, soit ils payent ou tiennent sexuellement ou appuient idéologiquement un certain nombre de hiérarchiques de la police ou du ministère de l’intérieur. Celui-là même dont ils hébergent les serveurs et qu’ils infiltrent pour piper les élections dans la dernière heure de dépouillement obligeant la télévision à dire qu’elle a fait une erreur alors qu’elle a annoncé fièrement une heure avant qu’elle était branchée directement sur la base de donnée.

Non seulement les services publics sont anéantis (hôpital, éducation, justice), non seulement les services sociaux sont détruits (retraite, sécurité sociale), non seulement nos fleurons industriels et brevets sont bradés (affaires Macron), non seulement les recettes de l’état sont pillées (financement des torchons médiatiques du 0,1%, obligation d’emprunt sur les marchés financiers, fraude et évasion fiscale sans contrôle réel, fraude aux services sociaux sans moyens de contrôle) mais pour couronner le tout l’Etat est détruit corrompu, manipulé, jusque dans sa fonction régalienne la plus immunitaire. Qui a donné les informations et les ordres ? Les circuits doivent être identifiés et nettoyés !

Une question demeure cependant : à deux semaines du premier tour des législatives cet « accident » n’est pas fortuit. Quel peut bien être le sens politique géostratégique de l’avertissement ?

Share and Enjoy:
  • Print
  • Digg
  • StumbleUpon
  • del.icio.us
  • Facebook
  • Yahoo! Buzz
  • Twitter
  • Google Bookmarks

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *