Winston Churchill


Le crime impardonnable de l’Allemagne avant la deuxième guerre mondiale a été le fait, réussi,  d’extraire sa force économique du système  d’échange international en créant son propre système de troc de sorte que la finance mondiale ne pouvait plus faire de profit.

Winston Churchill


Il faut que vous sachiez que cette guerre n’est pas contre Hitler ou le national-socialisme, mais contre la force du peuple allemand, une force que nous voulons anéantir à jamais, peu importe si elle est entre les mains de Hitler ou d’un père jésuite.

Le choléra capitaliste c’est pire que la peste Bolchevique !


Message personnel

On peut être bon militaire, émettre une chronique claire, pleine d’intégrité logique, bien sourcée, honnête dans sa présentation comme le fait Xavier Moreau sur Stratpol et néanmoins être resté comme on a été biberonné à la moraline bourgeoise depuis l’enfance, puis conditionné par le travail; et donc n’avoir pas tout compris au « jeu » pourtant stratégique qui se déroule depuis la naissance de la massification entre dominants et dominés et tomber dans le piège des dominants. Ils sont nombreux comme lui les bien intentionnés à l’égard du peuple manipulés par les idéologies et j’espère que cet article leur permettra de prendre de la distance et de s’appartenir rationnellement au lieu d’appartenir émotionnellement à un clan.

La provocation

Pourquoi dans la chronique N°96 https://odysee.com/@emanou:a/STRATPOL—Bulletin-N%C2%B096.-Gamelin-en-phase-terminale,-%C3%A9conomie-russe,-Broussilov-2.0:7 irriter certains de ses auditeurs assidus tout en « flattant » les autres avec cette réflexion : « avant l’arrivée de la peste brune bolchévique ». Cette diabolisation des bolchéviques n’est rien d’autre qu’une ancienne appellation « complotiste » ou « anti-vax ». Robert Sapolski explique très bien le mécanisme de constitution puis de polarisation des « nous » et des « eux » dans son livre « Behave ». C’est un mécanisme dangereux qui peut conduire à la guerre civile; surtout quand comme l’explique René Girard dans « la violence et le sacré » la violence sociétale accumulée s’évacue par la violence sur les boucs émissaires sacrifiés; ce qui est particulièrement le cas de par les inquiétudes entretenues et les conditions économiques tendues. Il y a donc aussi dans cette recherche de faire prendre conscience une tentative de réduction de ce risque dans notre intérêt à tous même si cela n’allait pas jusqu’à conduire l’intérêt général des français à la victoire sur les mondialistes.

Sortir de la caverne

C’est un long chemin de découverte personnel qui m’a permis de comprendre cette loi : les précurseurs de tous domaines sont toujours repoussés (« ridicule, dangereux, évident » dirait Idriss Aberkane) et parfois pendant de nombreuses décennies voire siècles. Cela m’a mené aux découvertes successives que tout ou presque est faux en biologie du dogme ou ou mauvais pour l’être en comportement sociétal.

J’ai poursuivi cette démarche de sortie de la caverne par l’écoute détaillée des coulisses de l’Histoire; bien loin des histoires simplistes, voire à dormir debout depuis la paléontologie, racontée par les manuels officiels de classes dument contrôlés par les dominants en place et leur idéologie traditionnelle et acceptée. C’est en effet là, plus encore et depuis plus longtemps, qu’on découvre comment la propagande toujours au mains des dominants tue les grands hommes par l’âme (j’entends par grandeur d’âme : la générosité des engagements, les actes, le mépris des honneurs, du pouvoir et de l’argent, et la modération de sagesse) et comment elle glorifie les butors violents et sans scrupules dès lors qu’ils sont vainqueurs. Le bon peuple qu’on prend bien soin de garder inculte en lui faisant croire qu’il s’ait tout, y croit. Ainsi on glorifie naïvement monsieur Frick dans son Frick museum de New York en racontant comment il est sorti de la fange en imposant une dureté épouvantable à des milliers d’ouvriers pour finalement s’entourer d’œuvres d’art dans le palais qu’on visite. Ainsi à Lisbonne on glorifie Vasco de Gama….

la falsification de l’histoire

Pour s’en convaincre, par exemple pendant des vacances à Kaliningrad…, c’est le moment d’écouter Henri Guillemin raconter sur Youtube qui était vraiment Napoleone Buonaparte; comment s’est vraiment déroulée la révolution française et d’y découvrir en particulier à la fois la fourberie des bourgeois emmenés par Danton, la cruauté « azovienne » sans borne de leurs préfets et découvrir que le seul modéré avisé, le seul défenseur du peuple, le premier abolisseur de l’esclavage, celui qui prônait l’égalité femmes- hommes, celui qui refusait la guerre à l’Europe, celui qui préférait que périsse les (profits des) colonies plutôt qu’un principe (la liberté des individus), celui qui voulait arrêter les exactions des préfets, celui qui comme Louis XVI et Necker aimait le peuple, c’était Robespierre. Oui, Robespierre ce noble, quand on y regarde bien a gardé toute sa noblesse humaine pendant que les bourgeois se vautraient déjà dans la violence, les magouilles et la fourberie avant de lui tailler un costar idéologique en réécrivant l’Histoire à leur avantage.

Tout en Histoire est comme cela; en particulier « l’épisode » de la deuxième guerre mondiale où le nécrophile Churchill est porté aux nues alors qu’on oublie de dire qu’Hitler avait été accueilli en libérateur à Danzig (devenue Gdansk depuis). On dissimule, on ignore, on oublie que Churchill lui même disait : » cette guerre est une guerre anglaise » « nous imposerons cette guerre à Hitler qu’il le veuille pou pas » « je veux faire rôtir 60 millions d’allemands » » « le crime impardonnable de l’Allemagne est d’avoir établi un système de troc qui la fait échapper au marché financier » (https://www.deboutlafrance.fr/?s=churchill)

L’histoire de deux camps dans un ménage à trois !

Depuis la révolution anglaise, un siècle avant la française et où ils ont avant nous coupé la tête au roi, avec la technologie énergétique naissante, une nouvelle caste est arrivée au pouvoir : la bourgeoisie des usines, du commerce et de la finance a succédé à la noblesse. En Angleterre ce fut un mariage de raison, en France une soumission avec intégration de la noblesse dans la bourgeoisie mais le résultat est le même. Ce sont les principes et l’idéologie bourgeoise, on dirait aujourd’hui mondialiste qui gouverne.

Sous la domination de cette nouvelle caste dominante muti-confessionnelle, fondamentalement apatride même s’il faut bien être né quelque part, dominé des marchés-fiefs-territoires et comme toute caste, cherche à concentrer le pouvoir. Cela donne les mariages entre cousins, les mariages de la carpe riche et du lapin au carnet d’adresse d’état. C’est le paradis des médiocres-zélés bien conscients de leur amoralité égoïste mais qui dans un narcissisme épanoui, se jugent supérieurs et dans leur bon droit. Quelques psychopathes intelligents, beaucoup d’héritiers sociopathes imbéciles qui s’entre-craignent.

La plupart des autres dès qu’ils le peuvent, et indépendamment de toute religion, choisissent le parti des plus fort. « Ça marche comme ça » déclarent-il en adoptant l’idéologie des maîtres autorisant la maltraitance des plus faibles quand ce n’est pas le sadisme où ils s’appliquent à singer le comportements des dominants de la classe au-dessus. C’est un peu douloureux pour l’ego, dégradant pour la morale et l’estime de soi, contraignant pour sa liberté… il faut travailler un peu mais au final c’est physiquement relativement confortable, moralement supportable même dans la « saadisation » des inférieurs à l’extrême comme aujourd’hui en France et dans les pays anglo-saxonnisés à coup de soft-power médiatique que n’avait pas pu équilibrer en son temps Jean-Marie Messier. Mais cette position intermédiaire où l’on s’entre-observe jalousement, est surtout porteuse de considération auprès de tous; sauf auprès des dominants qui les méprisent ! Dans cette classes avec toutes ses sous-catégories, on se croit dominant alors qu’on est avant tout prolétaire. La considération affectée des autres rend peu conscient de l’inhérente veulerie, les limitations intellectuelles permettent de s’affranchir de toute réflexion culpabilisante. C’est le paradis des médiocres-malgré-eux : suffisamment intelligents pour tirer leur épingle du jeu pas assez pour faire pire avec les dominants et pas assez pour faire mieux avec les dominés comme l’avait fait Robespierre.

La classe des plus faibles, celle de ceux qui ne possèdent que leur force de travail, leur imagination, leur solidarité pour survivre, quelquefois vivoter, exceptionnellement parvenir à passer dans une des classes nouvelle ou supérieures après trois générations d’efforts ou encore à la faveur d’un tempérament, d’une amoralité lucide ou encore d’un QI très exceptionnel, cette classe de prolétaires reste éternellement dominée. Manquant de tout, elle est maintenue sans ménagement par les deux ou trois autres classes, leur police, leur justice, leurs lois, leur système…. dans son état de précarité propice à la soumission.

Une exception cependant, l’après deuxième guerre mondiale, à la faveur des trente glorieuses sous un régime idéologiquement socialo-communiste, s’est constitué en France une classe « intermédiaire basse » de petits propriétaires parvenus à posséder leur(s) logement(s). j’en profite pour signaler que les moujiks crevaient de fin avant 1917 essentiellement parce que les propriétaires exportaient le blé; un peu comme les propriétaire anglais ont fait crever les paysans irlandais alors qu’ils auraient eu moyen de les sauver lors de la maladie de la pomme de terre; plat unique.

Cette configuration par classes dominante, dominée-dominante, dominée correspond aux expérience avec les rats en cages relatées par Werber dans « la révolution des fourmis » / »l’encyclopédie du savoir relatif et absolu »

Installée, la classe dominante pousse son avantage. Elle aussi solidement installée, la classe intermédiaire de domination transmet la domination et les abus des dominants de plus en plus autoritairement (Kafka, et l’autoritarisme bureaucratique actuel).

Cela remonte toutes les catégories progressivement contre la catégorie intermédiaire ou les écrans-fusibles-boucliers politiques de la catégorie dominante. Hormis quelques intellectuels prolétaires hélas, peu arrivent à concevoir l’ensemble du mécanisme et encore moins à le débarrasser de fantasmes; notamment religieux. Il faut dire à décharge que leur décrédibilisation par désinformation professionnalisée émanant directement des bureaux des légendes des services de renseignements n’aide pas. (affaire Jean-Michel – Natacha Rey)

Le phénomène de rejet commence par les plus misérables, contamine les précaires et grimpe les catégories sociales au fur et à mesure que les inégalités croissantes font dévisser les catégories basses de la classe intermédiaire.

L’intelligence de situation se répand (aujourd’hui via les réseaux sociaux et la vidéo à la demande) les jacqueries deviennent révoltes, le peuple gronde. Une allumette, une maladresse des couches dominés-dominants dans la transmission de l’excès de cupidité en trop des dominants, un meneur parfois ou des conjonctions météo font éclater la révolution.

La corruption régnante de tous les dirigeants de contre-pouvoirs potentiels (syndicats…) et la canalisation par toutes les oppositions contrôlées bien-pensantes dans les rangs de la catégorie dominés-dominants, dans son alliance de la classe dominante ne réussit plus ni à réprimer, ni à détourner une révolution d’esclaves sexuels, de dealers, de travailleurs, de prolétaires, d’ouvriers, d’employés, commerçants, artisans, fonctionnaires…. La révolution contre la maltraitance et pour la qualité de vie pour tous réussit.

Le mécanisme de basculement est toujours le même : la tension de société et la rancœur contre les injustices et privilèges que s’arrogent les dominants ayant débordé, quelques rares grandes âmes des classes dominantes vont mener le changement dès que les soldats, policiers, gendarmes, CRS de tous poils, lassés d’être mis en première ligne au service des classes dominante et dominée-dominante dont, hors les officiers, ils font partie de la classe dominée, refusent d’obéir (ou quand c’est un coup d’état de la bourgeoisie le font échouer contre Hugo Chavez à la suite d’un conciliabule entre gardes du palais présidentiel). Ils refusent de tirer sur les femmes, rejoignent les manifestants après avoir parfois retourné leurs armes contre les officiers fanatisés.

Privée de ses cerbères, la caste dominante s’effondre.

S’engage alors une contre-révolution dans laquelle la classe des catégories intermédiaires, courageuses mais pas téméraires, attend de voir. Matérialiste égoïste timorée, elle cherche à se replacer en dominants-dominés quel que soit le nouveau pouvoir. Ce sont les petits-bourgeois, les CSP+, les bobos, les apparatchiks….. Naturellement les nouveaux dominants les utilisent .

Tout aussi naturellement quand la révolution est en passe de réussir, les ex dominés devenus dominants les contrent brutalement voire sauvagement : koulaks, rééducation à la chinoise….

Puisque l’Ukraine est d’actualité, « l’affaire Schwartzbard et le procès des progroms » par Philippe Bouklara permet de découvrir la notion de cosaque Zaporoje et le comportement des nobles polonais pullulants durant la Grande Pologne englobant alors l’Ukraine sous forme de Lituanie. Cela permet de découvrir au passage une révolution méconnue emmenée par le petit noble ukrainien Khmelnitsky, maltraité par un noble polonais, il s’est allié aux turcs et a rassemblé des cosaques officiels (qui au passage on tués leurs officiers polonais) et cosaques résistants (Zaporoje) pour bouter le noble (polonais) hors d’Ukraine sans pour autant renier le roi de Pologne. On y voit en particulier comment la classe populaire, vainqueur dès 1648 s’est déchainé jusqu’en 1653 contre la classe intermédiaire chargée par les nobles de les opprimer et qui s’acquittait de fonction de classe avec zèle; cautionnant tous les abus. Les histoires religieuses autour de cela ne sont qu’un emballage fallacieux. (un peu comme gauche droite…. d’ailleurs ce qui compte c’est la synchronisation dans le fameux « en avant… marche ! »)

l’agressivité de défense n’est pas la pulsion d’agressivité

Erich Fromm dans « anatomie de la destruction » explique cela très bien. La destructivité ce sont les pulsions sadiques d’ukro-nazis par exemples et les pulsions de destruction comme celle de Macron par exemple. Il ne faut pas confondre cela avec la personne agressée, qui ne demandait rien et qui contrainte et forcée, frappe la première pour se défendre.

Assaillis de toute part depuis l’extérieur de par la solidarité mondialiste de classe dominante (lire Monique et Michel Pinçon-Charlot « La sociologie des riches » que l’on découvre de type communiste)

les révolutionnaires du peuple n’ont pas d’autre choix, s’ils veulent conserver leur nouvelle liberté toujours acquise au prix du sang que d’exercer un pouvoir très autoritaire sans pitié ni concession à l’endroit de cette classe. Staline et Mao en sont de purs produits mais pas Robespierre qui en a fait les frais. C’est parce que Staline a préservé la révolution, l’autonomie soviétique, sa liberté in fine face aux grands bourgeois capitalistes du monde riche que les russes continuent à vénérer Staline. Le comportement de l’un est toujours le comportement réponse de l’autre et hormis quelques stratèges particulièrement habile comme Louis XI, de Gaulle ou Poutine, il est difficile de faire autrement pour préserver une révolution des assauts de la grande bourgeoisie. La Russie post soviétique y est parvenue dans une partie extrêmement serrée et on voit que cela n’a servi qu’à faire prendre de l’ampleur aux appétits grands-bourgeois qu’on appelle de nos jours plus volontiers Etat-Profond, 1% ou 0,01%.

En France, la contre-révolution de la grande bourgeoisie avait duré de 1793 à 1870 date à laquelle, ayant fait la paix entre grands-bourgeois plus fondamentalement apatrides solidaires qu’allemands et français, le tonton flingueur Adolphe, je parle d’Adolf Thiers, a massacré les communards sous le nom révélateur de « Versaillais ». Cette appellation était celle des communards, lesquels avaient sans doute bien senti une collusion noblesse-bourgoisie et déjà intuité que la lutte contre la domination de cette collusion c’était « la suite de l’Histoire ».

Non content de ce massacre suivi de parodies d’injustice cruelle, dans un discours connu, Thiers ce boucher que la bourgeoisie va glorifier comme tant d’autres de ses rangs, expliquera que la bourgeoisie et la noblesse luttent depuis un siècle contre cette fichue révolution sans en venir à bout. Il propose de changer de tactique dans la stratégie de domination : noyauter la révolution, les institutions du peuple, les républiques de l’intérieur. Aujourd’hui c’est toujours vrai et cela se formule : « ce sont eux le virus » « ils sont la corruption »…..

En union soviétique les choses sont allé au même rythme de 70-80 ans après puisque le renversement de domination établi en 1917 a été contré en 1989 avec l’implosion de l’URSS en nations autonomes.

Les grands-bourgeois capitalistes se sont alors rué sur ce qu’ils voyaient comment un nouveau marché, certains pays dégagé du joug se tournant résolument vers les délétères sirènes clinquantes de la société de consommation. (la consommation c’est l’écoulement au plus vite et le plus possible de la production donc des profits)

Seules quelques révolutions en sortiront victorieuses : l’écroulement de l’empire Russe en 1917 et qui doiti se défendre encore aujourd’hui, de la Chine avec Mao et qui se défend elle aussi encore.

Mais la vie est dure quand même quand on a réussi comme l’Irak de sadam Hussein, l’Iran d’après Shah, la Lybie de Khadafi, Cuba de Castro toujours sous embargo, du Venezuela de Chavez toujours copieusement déstabilisé par les EUd’A et l’Argentine sous Maduro, du Brésil avec un Lulla écarté par manœuvre tordue pour y mettre un complice du 1% nommé Bolsonaro, l’Ukraine reprise en main par les démocrates EUd’A au service du 1% allié au nouveau riche Kolomoisky derrière le fusible Zelensky…..

En France, la situation est restée indécise un siècle et l’histoire n’est pas terminée; Il en va de même dans les pays latins et germaniques; Raison supplémentaire pour laquelle l’idéologie anglo-saxonne des bourgeois mondialistes dominants, et en particulier les lords et la City alliés aux côtes Est et Ouest des EUd’A veulent abattre leurs états par le biais de l’administration de la communauté européenne et la guerre à travers l’OTAN.

De la tactique gagnante à son apogée avant la chute

Le noyautage préconisé par Thiers en 1870, une sorte d’infection virale politique a marché extrêmement bien; d’autant mieux que toutes les découvertes psychologiques ont été mise à profit pour la division des prolétaires dominés d’une part et la manipulation médiatique des foules par l’idéologie d’autre part. Elle a fait école partout. Lire les chiens de garde de Paul Nizan et les nouveaux chiens de garde de Serge Halimi; le meilleur des mondes d’Orwell (après la ferme des animaux pour les paragraphes précédents) Pour être complet, il faut ajouter les attentats médiatiques sous faux drapeaux; parfois de très gros coups comme Pearl Harbour, les armes de destructions massives d’Irak, on a marché sur la lune, les tours jumelles…

La domination grande bourgeoise dans son système de capitalisme financier très dérégulé, marche encore tant bien que mal mais plutôt cahin-caha. Compte tenu de toutes les découvertes macabres faites par le peuple récemment : mœurs dépravées et sadiques à l’extrême, fragilité du systémique du système financier, trafics ignobles divers, croyances diaboliques, corruption généralisée, dévoiement scientifique, manipulation médiatique des foules, trafics économiques en tous genres, évasions fiscales légalement organisées, espionnage informatique commercial, économique politique généralisé, ravalement de la nature humaine à l’état d’objet, monstrueuses fermes d’animaux……

Bref l’inversion de la hiérarchie des ordres pascaliens de l’ordre technico économique mis à la place de l’ordre divin; et donc la barbarie philosophique à la puissance 5 particulièrement visible dans ses œuvres en Ukraine et dans les révélations des tares des de la classe dominante et de sa classe intermédiaire servile la plus proche.

Voyage en jet, plurinationalité, cadeaux, fraude et évasion fiscaux, placement au dessus des lois, financement de leurs médias -cinéma compris- par l’état, contournement permanent de la démocratie, essais militaires ou sanitaires en vraie grandeur sans contrôle, destruction de la faune et de la flore, pillage des services et entreprises publiques, et depuis peu totalitarisme sanitaire et policier, bientôt militaire… tels sont les privilèges que s’octroie aujourd’hui la noblesse-bourgeoise du le 0,01% qui traite généreusement en monnaie de singe ses thuriféraires comme ses complices de classe intermédiaire.

Mais ce n’était encore pas assez, il leur fallait se rassurer, faire mal pour se sentir bien, avoir le pouvoir absolu, total, de vie et de mort, et même de la pensée pendant la vie des nouveaux esclaves.

La meilleure analyse actuelle est probablement celle de Catherine Austin-Fitts expliquant qu’il s’agit de coups d’Etats simultanés, planifiés, organisés par la grande bourgeoisie/Etat-Profond/Forum Economique Mondial/ 0,01% pour détruire le pouvoir des états et contrôler, y compris avec ce qui reste des états pour ce faire, une population mondiale maltraitée de toutes les manières sur plusieurs générations au besoin jusqu’à en être réduite des deux tiers.

Résumé

Cette longue explication historique montre qu’il serait temps de comprendre, surtout quand on est de formation militaire, que les histoire de gauche et de droite, les diabolisations des bolchéviques, c’est de l’application du « sans donner de bataille tâcher d’être victorieux » ou encore « diviser pour régner ». Il s’agit de diviser les dominer et à qui profite le crime ? Évidemment in fine aux dominants susnommés.

Il n’y a pas que la hiérarchie reflets de la domination qui fonctionne. Les militaires surtout dans les services discrets savent bien que la fonction prime le grade et que c’est le plus compétent pour la circonstance qui mène le groupe. Toutes les équipes d’élite, tous les commandos savent bien que c’est la solidarité et la rigueur qui comptent pas l’autorité; encore moins la domination. C’est le mieux placé qui, selon l’expression consacrée « prend la manœuvre » Les anarchistes, de droite comme de gauche, qu’on a aussi comme par hasard discrédités, le savent bien et c’est la fonction naturelle de fonctionner. Chaque individu du groupe est important, mais c’est le groupe le plus important.

Conclusion

Même avec une petite audience comparée aux grands médias des milliardaires, même chacun arrivant avec les idées reçues tiré de son vécu, il est important maintenant quand on est influenceur sur internet, au minimum de ne pas diviser, pour le moins de rassembler et au mieux d’engager l’action.

Des petites phrases assassines qui provoquent et divisent comme la peste bolchéviques ne sont plus de mise devant les enjeux.

Il est temps que les prolétaires, les couches basses de catégories intemédiaire ou couches hautes des dominés comme les patrons de petites entreprises artisans, commerçants, si loin du 1% et si près du 99% quand on regarde l’échelle globale des rémunérations, jouent des rôles moteurs de rassembleurs conquérants dans l’intérêt général des nations et pour leur paix; même si ça doit passer par une lutte sévère avec les fauteurs et profiteurs de guerre du 0,1%. C’est cela le vrai prix de la liberté et l’ouverture sur la qualité de vie.

« Nous imposerons cette guerre à Hitler qu’il en veuille ou pas »


Churchill délaissé par ses parents nobles lorsqu’il était enfant était devenu un nécrophile policé, un forcené bien éduqué; tout sauf un type à glorifier. Il en va de même de Napoleone Buonaparte dont l’avidité de combat, d’argent et de sexe passaient bien avant la France et qui comme Macron s’est fait stratégiquement berner par les anglais tant il était intellectuellement limité.

Encore quelques unes pour bien planter le décor

  • Le crime impardonnable de l’Allemagne avant la deuxième guerre mondiale a été le fait, réussi ,  d’extraire sa force économique du système d’échange International en créant son propre système de troc de sorte que la finance mondiale ne pouvait plus faire de profit.
  • Nous aurions pu empêcher cette guerre sans tirer un coup, si nous l’avions voulu, mais nous ne voulions pas l’empêcher.
  • Nous imposerons cette guerre à Hitler qu’il en veuille ou pas.
  • Il ne s’agissait pas seulement, avec cette guerre, de supprimer le fascisme en Allemagne, mais de la conquête du marché allemand. »
  • Il faut que vous sachiez que cette guerre n’est pas contre Hitler ou le national-socialisme, mais contre la force du peuple allemand, une force que nous voulons anéantir à jamais, peu importe si elle est entre les mains de Hitler ou d’un père jésuite.
  • Le peuple allemand se compose de 60 millions de criminels et de bandits.
  • Je ne mène pas une guerre contre Hitler mais je mène une guerre contre l’Allemagne.
  • Cette guerre est une guerre anglaise ayant pour but la destruction de l’Allemagne.
  • Je ne veux pas avoir de propositions sur la manière de détruire des objectifs de guerre autour de Dresde je voudrais avoir des propositions rôtir 600 000 réfugiés de Breslau se trouvant à Dresde.
  • L’Allemagne doit être vaincue encore une fois et cette fois-ci définitivement.
  • Nous transformerons l’Allemagne en désert, oui en désert.

Ces citations ont l’avantage d’être cohérentes

  • avec le film sur Turing et Enigma au cours duquel il est dit que les généraux eux-mêmes ont été obligés de calmer l’enthousiasme génocidaire germanophobe de Churchill.
  • avec les intérêts grands bourgeois (le 0,1% financier) toujours opposé à la force du peuple indépendamment de l’étiquette dont on l’affuble : socialisme, communisme, nationalisme, extrémisme, populisme….
  • avec, et c’est sans doute le plus important, la stratégie anglaise de toujours, à savoir ne jamais tolérer de puissance européenne de l’autre côté de la Manche (qu’ils appellent le canal anglais).

Pour comprendre la situation en Ukraine, il suffit de remplacer Hitler par Poutine. Il est d’ailleurs à noter qu’après le communisme et le court intermède capitaliste, la fédération de Russie est socialiste et nationaliste.

Les bourgeois ont fait la même chose avec tous les défenseurs sincères du peuple : ils l’ont fait récemment pour Castro, Maduro, Chavez, Sadam Hussein, Muamar Khadafi, Hassad et jusqu’à Marine le Pen mais le plus éminent perdant de l’Histoire après le peuple, c’est Robespierre qui était pratiquement le seul vrai défenseur du peuple, ne voulait pas la guerre, ne voulait pas les guillotinages, avait aboli l’esclavage, avait établi l’égalité homme femme et a cherché à arrêter les terribles exactions des commissaires de la république liés aux bourgeois (Danton)

Pour les bourgeois, dominer le peuple, est plus important que préserver le bien commun qu’est le territoire national. C’est pour cela que le boucher Adolphe, je veux parler de Thiers, a conclu très vite une paix très chère et très humiliante en 1870 aux frais du peuple, pour pouvoir exterminer les communards qui défendaient Paris contre les prussiens. Pour couronner le tout, c’est lui qui a induit le changement de stratégie consistant à saper la république de l’intérieur faisant des résidus nobles et des financiers industriels bourgeois, les virus de la démocratie.

La bourgeoisie n’a jamais désarmé : elle a renouvelé son idéologie capitaliste avec les Hayek et autre école de Chicago dès l’après-guerre alors que toute l’Europe continentale baignait dans l’idéologie communiste ou socialiste à laquelle nous devons le salaire des femmes à la maison (allocations familiales), la retraite des vieux, la protection santé mutualisée. Avec son fantasme de la main invisible du marché qui régulerait tout, une autre forme de dieu, elle menait la guerre froide et l’effort de course aux armements. Elle a reconverti le nazisme dans le management des entreprises et les avancées technologiques américaines immédiatement partagées avec l’Angleterre. Sur un plan ethnologique cela s’apparente à manger la cervelle de l’ennemi pour voler sa force.

Ayant gagné avec la chute du mur des communistes qui avaient exterminé les anarchistes russes, avoir exterminé sous Franco avec les camions de Ford et l’argent anglo-saxon les anarchistes espagnols, elle a reconverti ses forces sources dans l’espionnage, le Gladio, le contrôle de l’Europe, par la déstabilisation de la France en 68 comme les révolutions Orange des pays de l’est comme par la bureaucratie corrompue de l’Europe.

En réalité, dans l’idéologie de l’état profond américain, tout comme dans pour la mainmise sur l’Europe et la guerre en Ukraine, ce sont les anglais qui sont à la manœuvre en arrière plan et pas les américains qui ont toujours été juste leur instrument de force. 

Les grosses différences avec la deuxième guerre ce sont : 

  1. que le pacte russo-chinois ne se rompra pas aussi bêtement que le germano soviétique et que les brics sont réellement alliés. 
  2. Que la Russie est un plus gros morceau que l’Allemagne et qu’elle a bien analysé ses erreurs après la rupture du pacte germano-soviétique avec le dévoiement du nazisme vers le capitalisme sous l’influence capitaliste
  3. Que la les USA sont maintenant vieillissants alors qu’ils étaient en pleine croissance il y a un siècle.
  4. les réseaux sociaux qui accélèrent les prises de conscience et l’échange de très nombreuses analyses

Si vis pacem para bellum !


Y’en a un peu marre de cette classe, de ses clercs « médiocres malgré-eux » (Deneault) mais néanmoins zélés par veulerie dans la coercition autant pour les profs que pour museler les enfants. Y’en a marre de cette sous classe de clercs de justice aux ordres qui condamne les rebelles au moindre signe gesticulatoire : confettis, chemise déchirés, et ici mot au moindre mot de travers tout en absolvant toutes les excès de police sur les braves gens venant dire qu’ils n’en peuvent plus….

Dans les commentaires sur Twitter, certains soulignent que Florence Foresti appelait à la mort de Trump sans qu’on lui dise rien. On aura aussi entendu dans les enregistrements d’archive de TV américaine du nord de l’infâme prétentieux criminel, complice à l’époque de l’hypocrite sainte nitouche médiatique ‘Obama qui faisait pleuvoir les bombes sur le monde « comme à Gravelotte » (modestement en 1914 en comparaison), et pas encore sénile comme aujourd’hui, se venter de ses nombreux assassinats lorsqu’il demandait de bombarder Belgrade dans la guerre de l’Otan au Kosovo…. J’ai nommé l’assassin et complice d’assassins de masse, le président illégitime par fraude électorale informatisée : Joe Biden.

On n’oubliera pas le nécrophile glorifié Churchill qui voulait réellement « faire rôtir (c’était son terme) 60 millions d’allemands » avec des bombes au phosphore extrêmement cruelles et que ses propres généraux anglais ont dû calmer. On n’oubliera pas non plus Buonaparte avec son « une nuit à Paris réparera tout cela » (Arcole ?) ou Teng Xiao Ping « en Chine que sont quelques milliers de morts » (massacre de Pékin). Il sont à classer dans la même catégorie de capitalistes nécrophiles.

« Nous aurions pu empêcher cette guerre mais nous ne le voulions pas; nous voulions l’imposer à Hitler » avait dit Churchill. Vous avez bien compris une guerre pour eux c’est du consommable et c’est le camp de l’OTAN qui l’a veut.

Notez qu’après les coups financier et de la constitution économique-libérale européenne de l’infâme Giscard d’Estaing et le coup d’un autre infâme du nom de Sarkozy assassin de Khadafi pourtant bienfaiteur unificateur des peuples d’Afrique qui nous a fait entrer dans cet Otan belliqueux la France est en pointe de la complicité de martyrisation de son peuple bien à l’image de la servilité coupable de ses administrations et des mutilations des Gilets-Jaunes ou des stigmatisations des banlieues.

Dans la distribution des mauvais points et le rétablissement des images pour manque de sagesse, je ne voudrais pas oublier ces américains fanatiques idéologiques qui ont refusé l’entrée de la Russie dans l’Europe et dans l’Otan après la chute du mur; naturellement suivis par les français. Sans parler des conférences sur les frontières obstinément ignorées malgré l’insistance de Jean-Luc Mélenchon.

Sur Odysee @Stratpol, journaliste particulièrement professionnel et posé dans ses analyses, souligne le rôle éminemment préparatoire criminel de l’alliance Macron Biden dans la construction récente de l’actuel conflit en Eukraine. (On écoutera aussi l’interview de Georges Kuzmanovic par Tatiana Ventose sur Youtube ou Asselineau pour avoir les idées plus claire sur les magouilles de préparation de guerre en coulisse)

Dans le tableau, il ne faut pas oublier les milliers voire bientôt millions d’assassinats récents discrets sous couvert d’interdiction de soigner et d’utiliser les médicaments qui soignent, de piqure des vieux au Rivotril, où figurent au tableau d’horreur des Schwabb, Gates, Attali, Macron

Peut-être Biden, Sarkozy ou Macron, quand la France sera ravagée et les braves gens comme elle, consacrés héros morts pour la patrie, diront-ils comme Churchill : « nous avons imposé cette guerre à Poutine comme Churchill l’avait imposée à Hitler ». Mais il se pourrait fort que l’hiver nucléaire ait mis tout le monde d’accord !
 Au final, n’a t-elle pas bien ressenti le danger et sa recommandation préventive n’est-elle pas salutaire pour des millions d’Européens ? N’est-ce pas précisément parce qu’elle a mieux senti et mieux résumé que tout le monde qu’il devient si important pour les nécrophiles, ces jouisseurs pervers de la destruction, de la faire condamner ?

A bas l’idéologie capitaliste du Deep State, vive l’idéologie de la qualité pour tous : http://www.deboutlafrance.fr/2020/09/lideologie-de-la-qualite/ (résumé)

http://www.deboutlafrance.fr/2019/01/rendre-les-pauvres-riches-partie-2-croyance-dominante-et-alternative/ (il y a 7 chapitres)

Si vis pacem; para bellum !  vous connaissez les enjeux et c’est à nous de préparer et c’est maintenant …..

Comprendre la différence entre Philippot et Zemour/de Villiers ?


Comme l’explique un article de ce site, Zemour est le candidat fantoche du 0,1% chargé soit d’ouvrir la voie à un candidat dociledu système comme de Villiers, soit donner le change comme candidat perdant au deuxième tour à l’élection truquée au 1er tour permettant à Pécresse la traitresse de l’emporter puisque le candidat du 0,1% est une candidate dument adoubée au Bilderberg tout comme Macron; ce qui avait permis à Attali de la prophétiser.

Philippot c’est tout le contraire, il est le candidat du peuple. Il a créé son parti à la force du poignet après avoir fait ses classes dans un parti populaire dont il est sorti dès que dans le cadre d’une récupération de ce parti par le 0,1% lorsqu’il s’était soumis au thèses des tenants du gouvernement mondial; trompant ses braves électeurs et utilisant ses extrémistes du départ comme commandos.

Les braves gens de droite seraient donc bien inspirés de préférer Philioppot à Pecresse, à le Pen sans doute jugée usée ou incompétente pour les seconds rôles, et à Zemour/de Villiers. Mais que le recrutement des épouvantails est donc difficiles.

Les braves gens de gauche, seraient tout aussi inspirés de se rapprocher de lui encore qu’il faille faire attention car si cela arrivait trop tôt, s’il rassemblait trop, il serait immanquablement en danger de mort. Il faut donc laisser croire qu’il reste hors course et voter pour lui tout en se prémunissant de la fraude informatique dans les préfectures au 1er tour pour faire éclater le scandale avant le 2ième.

En effet, comme l’analyse très bien Valérie Bugault dans son livre et son interview sur TV Liberté : la France est le fer de lance d’une culture sociale humaine… bref à droite comme à gauche l’inconscient collectif soutient une culture civilisée à l’opposé de la culture apatride et barbare du 0,1 %; culture venue historiquement d’Angleterre et répandue d’abord dans son ex empire puis en Europe et dans le médiatique via le deep state financier et industriel (dont GAFAM).

Espérons que les saxons, peuple lui aussi très social sauront pencher du bon côté. (le kaiser avait été le premier à mettre en place la sécurité sociale et le succès de l’ouvrier Hitler résultait de son traumatisme dus aux excès bourgeois; raison pour laquelle la bourgeoisie anglais a tout fait pour anéantir le peuple allemand; Churchill voulait par exemple gazer 60 millions d’Allemand; voir aussi ses citations sur ce site) Le putsch du 0,1% pourrait alors se transformer en révolution libératoire mondiale des peuples et franchement, ça soulagerait !

Résister à la torture psychique massive


Par expérience, j’avais reconnu très tôt le caractère pervers narcissique et le danger grave du « il sera parfait pour le job » d’Alain Mink. Je connaissais le harcèlement moral relationnel, le harcèlement moral feutré de pouvoir et c’est pourquoi bien que sympathisant de la FI je m’étais commis à voter RN au deuxième tour dans le seul but de faire échouer le plan.

Cependant, je n’avais pas deviné que nous allions entrer dans un harcèlement moral systémique à l’échelle planétaire. Je remercie chaleureusement Jean-Jacques Crèvecoeur d’avoir amplifié dans une visio au sein d’un groupe de résistants et la pertinence de la détection d’Amazin Polly quant à l’application dans cette opération des 8 principes de Biderman pour la torture psychique des prisonniers militaires.

https://lbry.tv/@MargueriteRothe:8/Charte-de-coercition-de-Biderman-_-JJ-Crevecoeur:7?fbclid=IwAR2XrWotzVfd41lzCqj0jd-Rmtxa2d4pXpWE0SP14DkoU1_JHTbRxRGTsus

Je les remercie de m’avoir décillé et jjébauche ici mes antidotes à ces 8 injections répétées de poisons psychiques que force non seulement le président du 1% mais avec lui nombre de notables petits bourgeois tous plus ou moins médiocres malgré-eux (Alain Deneault).

Les vampires qui vous pompent votre énergie psychique chassent en bande on l’a déjà observé. Je l’ai par exemple vécu en entreprise lorsque les collaborateurs croyait que j’allais être nommé chef au départ du chef et qu’il fût préféré par une bande qu’un DRH membre des 5 instigateurs d’un management par le harcèlement moral dans le groupe (affaire Orange qui n’est pas sortie) aurait la place. Tous étaient instantanément passés de l’amabilité empressée à l’agression en signe d’allégeance et pour se dédouaner des bonnes relations antérieures… Ainsi va la veulerie moyenne des collabos.

L’appartenance au groupe est un facteur puissant (Solomon Ash) et la soumissions à l’autorité en est un autre tout aussi puissant (Milgram). Zimbardo a montré ce que pouvait donner la combinaison des deux et nous y sommes….

1) Isoler

Sans surprise, pour lutter, il faut entretenir et même resserrer tous les liens : familiaux, amicaux, sociaux. Il faut sortir, bouger, communiquer, aller travailler…. On peut même envisager de se saluer à la française comme avant… Faites l’amour pas la guerre ! Et même quand vous êtes physiquement seul, pensez aux amis qui vous soutiennent.

2) Focaliser l’attention

Pour contrer ce risque d’auto-destruction sournoise, d’abord et de toute urgence éteindre la télé, la radio et ne plus lire ni journaux ni magazines (le Monde est financé par Bill Gates). On vit très bien sans catastrophisme permanent anxyogène et on a du temps pour réfléchir. Cela fait 15 ans déjà pour moi….

Ensuite limiter son temps sur les réseaux sociaux et choisir de préférence des sources d’informations factuelles pas censurées par les GAFAM (complices des big pharma car détenus par les mêmes financiers) comme Odysee ou crowdbunker et tous les individuels transfuges du journalisme d’exploitation servile qui en profitent pour se lancer. Il ne faut cependant pas oublier de garder tout de même une oreille sur la propagande; mais en général les résistants sont un miroir suffisamment fidèle.

On peut profiter de ce temps libéré et choisi pour se cultiver sur les informations périphériques : les sources de données sanitaires et les mécanismes qui les faussent, la manière de bidonner ces données ou des études scientifiques, la bonne utilisation des statistiques et les biais manipulatoires, l’agnotologie, les théories de manipulation les foules (de ce bon Gustave le Bon), les méthodes comme le biais de lorgnette pour supprimer la référence contextuelle et donc la capacité de jugement, l’usage des facteurs d’ambiance perçus inconsciemment par le cerveau limbique ou reptilien pour conditionner la peur, l’étouffement des scandales pharmaceutico-médicaux depuis un siècle (grippe espagnole, Judy Mikovits), les mécanismes biologiques à l’intérieur des cellules, la naturopathie et autres médecines traditionnelles; l’économie et les relations d’actionnaires….

Attention cependant, ça change un peu les idées, ça ouvre la réflexion mais ça ne défocalise pas et par conséquent il ne faut allouer qu’une durée choisie chaque jour à ces sujets permettant de contrer la focalisation sur les conséquences en oubliant les causes.

Défocaliser plus complètement suppose de ne pas penser à la situation ni actuelle ni future; ne pas penser donc à tout ce qui fait le sommaire des médias…. Soyez cigale ! Chantez, jouez (avec les enfants), entretenez votre forme physique, dansez, donnez libre cours à vos passions, travaillez même, mais toujours comme si ne rien n’était. Musique et littérature, … sont de bons dérivatifs. N’importe lesquels pourvu que vous en ayez. N’importe lesquels pourvu qu’il n’y soit question ni de distanciation, ni de bâillon, ni de virus, ni de test, ni de vaccin, ni de situation sanitaire, psychique, sociale ou économique. Léger, léger, léger…..

3) Fatiguer

Dans les prisons, on prive les prisonniers de sommeil; on les interrompt sans arrêt pour un rien. Dans la vie courante ordinaire, le consumérisme, les carences d’infrastructures, les complexités bureaucratiques, les difficultés informatique, les surcharges de travail, la pression sur les volumes et la qualité, tout ce qui stresse fatigue énormément. la fatigue est perçue à l’échelle de la sensations générale mais elle existe sans perception aussi à l’échelle biologique du système immunitaire.

Si vous essayez de maintenir une vie normale avec toutes sortes de contraintes supplémentaires à celles déjà nombreuses, vous vous dirigez vers la case épuisement en passant éventuellement par la case dépression. Les anxiolytiques communs (nourriture, tabac, alcool, canabis) ne vous sauveront pas plus que les anti-dépresseurs destructeurs de la mémoire (mieux vaut encore s’adresser au professeur Fourtillan pour mettre un patch à la valentonine pour dormir)

Plus on est stressé, moins on dort, moins on dort plus on fatigue, plus on fatigue et plus on perd lucidité et volonté. Or le courage pour résister avec lucidité demande de la volonté. Par conséquent il faut tout faire pour rester en forme.

La règle essentielle, c’est bien sûr de défocaliser comme indiqué au paragraphe précédent, d’évacuer les tensions par l’exercice physique mais c’est surtout de choisir de se consacrer uniquement à des activités importantes et pour les indispensables de s’entraider collectivement pour les réaliser. Par exemple pour éviter la torture par le port hyper rigoureux du baillon, pour éviter les vaccins forcés particulièrement dangereux entre 12 et 17 ans, inscrire les enfants au CNED et faire école à la maison (beaucoup plus efficace que le conditionnement scolaire https://www.youtube.com/watch?v=H8p-7N_DNVk)

4) Menacer

La menace c’était l’annonce du président comme quoi des décisions difficiles l’empêcheraient de se représenter. Une fois entendue la menace doit être prise au sérieux. Mais il faut juguler la crainte, l’inquiétude, et tout ce qu’on peut regrouper comme sentiments sous le terme de « peur ».

« De tout ce qui vit, la peur est ce qui nait le plus vite » a dit le philosophe. Les neurologues le savent bien, l’activation d’une peur émotionnelle du limbique incontrôlée par le rationnel du cortex est très dangereuse pour les décisions. L’état de sidération (troisième état différent de la lutte et de la fuite) désactive le cortex et donc laisse libre cours au pilotage de l’individu exclusivement par sa peur irrationnelle.

S’attendre au pire, reconnaître la terrifiante finalité, avoir identifié la tactique des petits pas et deviner le prochain coup évitent l’effet de sidération. Le narcisse au pouvoir adore l’audace et donc joue à fond sur la sidération. Il faut le remettre en perspective. Seul, même à cette place, il ne peut pas plus qu’en matière de latitude économique vis à vis de l’Europe, c’est à dire …. rien ! Et même tous les valets du 1% ensemble, sans les médias sans la peur, ne peuvent rien. Ce sont des colosses financiers aux pieds d’argile. Un peu « d’eau » (ici union, organisation, discipline) et il (ils) tombe(nt)…..

Ecoutez la menace, prenez-la au sérieux et agissez. Après les nouveaux « ausweis bitte », quelle est la rétorsion suivante ? Préparez comment lutter contre cette ou ces menaces et dormez tranquille ! Restez confiant quoiqu’il advienne et si vous avez coupé les médias c’est plus facile. La biche hypnotisée par les phare de la voiture qui fonce sur elle se fait percuter. Celle qui fait un bond n’a rien. On a vu des troupeaux de buffles chasser des lions.

Jaugez la menace, trouvez les parades à plusieurs, imaginez les contre-attaques, préparez l’organisation de combat immédiate et de longue durée et appliquez. Tout le reste, et notamment les états d’âme, peut-être même bien les amendements aux lois et les actions juridiques… ne sert à rien.

Les apparences de la résistance juridico-politique sans les faits concrets au niveau technico-économiques sont inefficaces et même contre-productives car pendant ce temps on ne contrarie pas vraiment et on se berce d’illusion.

La barbarie commence dès qu’un ordre inférieur commande à un ordre supérieur. Nous avons à faire à des barbares parce qu’ils s’assoient sur les lois qui protègent le peuple et créent les lois qui vont l’asservir. Ce faisant, ils font prévaloir leurs intérêts technico-économiques sur l’ordre normalement supérieur du juridico-politique qui protège le faible et l’intérêt général contre les dérives ne répondant pas aux limites du bien et du mal découlant de l’ordre d’Amour.

Engagez-vous, faites confiance au collectif, faites-vous confiance tous bords confondus, unissez-vous concrètement….. et dormez sereins… Les menaces ne doivent pas plus vous impressionner que les rodomontages de combattants ou de rugbymen avant un combat ou une compétition.

Parce que ce sont nos vies et celles de nos enfants, nous sommes déterminés; et parce que nous sommes tous si fermement résolus, si complètement concentrés sur la victoire, c’est vous, c’est nous qui gagnerons cette guerre que le le 1% vient de déclarer au peuple toutes classes confondues !

5) Soulager ponctuellement

Dans sa grande bonté, les tortionnaires vous autorisent d’une main à baisser les baillons mais dans certaines circonstances, à circuler non pas librement mais presque dans des limites étroites, tandis qu’ils se préparent à vous inoculer de force des produits inutiles et dangereux.

Il n’y a là aucune bonté, c’est jusque que comme disait le grand Jacques Brel, « on s’habitue, c’est tout » Or les tortionnaires ne veulent pas que vous vous habituiez parce que cela émousse leur pouvoir de vous briser phychiquement pour arriver à leurs fins.

Pour contrer cela, il faut simplement connaître le procédé et s’y attendre. Campagnol l’avait signalé dans une de ses chroniques hebdomadaires https://odysee.com/@campagnoltvl:2? la rémission annonce la reprise des hostilité.

Il convient de saisir ces rémissions pour préparer la lutte contre la prochaine salve; comme on fourbirait ses armes dans la tranchée avec la ferme intention de repousser le prochain assaut de l’ennemi. Dans le désert, si vous proposez de l’eau à un bedouin, il va la refuser. Il ne veut pas perdre ses habitudes. Il faut faire comme lui et mépriser la « magnanimité » des tortionnaires. On peut en profiter pour respirer mais il ne faut surtout pas espérer, ni même reprendre la vie « comme avant ». Il faut au contraire se fortifier dans la haine de cette perversité et la volonté de lui résister.

6) Dévaloriser

Complotistes, extrême droite, islamo-gauchistes, populistes, judéo-bolchéviques…. les discrédits de ceux qui pensent plus juste, de ceux qui voient plus lucidement, de ceux qui ne pensent pas comme l’ont indiqué les nouveaux et anciens chiens de gardes des dominants, de ceux qui ne pensent pas donc comme les scientifiques corrompus par les groupes pharmaceutiques, de ceux enfin qui ne vont pas dans le sens des petits arrangements entre politiques et financiers (Blackrock, Rotschild, Gates, Rockfeller, Goldman Sachs, JP Morgan, Arnaud, Niel, Lagardère…) ne manquent pas.

Il ne faut pas s’y tromper, quand on est dans cette catégorie dans ce système à bout de souffle, dans cette société malade, c’est qu’on est sain ! Être critiqué par des pilleurs, des corrupteurs, des assassins systémiques et leurs valets, ou simplement par des perroquets crédules, c’est comme recevoir la légion d’honneur. C’est aussi une triple reconnaissance d’intégrité, d’engagement et de courage. Il ne faut pas bouder son plaisir….. Et vu comme cela, la tentative de dévalorisation s’en trouve, au plan psychique, magistralement retournée contre l’agresseur. Du beau judo !

On peut d’ailleurs si on en a envie s’adonner au même jeu dans l’autre sens. Mathilde Panot et Pascal Ruffin ne sont pas mal dans cet exercice à l’assemblée quand ils vilipendent gouvernement et députés de l’extreme-centre comme ils le méritent pour leurs incuries individuelles et collective. Cependant, il faut savoir, car la neurobiologie le démontre par scanner comme la sociologie (Zimbardo), que c’est cette dévalorisation de l’autre, du groupe des « eux » par rapport au groupe des « nous » qui ouvre la porte à toutes les barbaries. La menace est donc tout sauf anodine et il convient comme l’ont fait récemment les Insoumis de stigmatiser ce qui est bel et bien une agression.

7) Impressionner

Pour impressionner le prisonnier, on va lui faire voir des démonstrations de force. L’exemple terrible de torture d’autres prisonniers, des sévices sexuels en masse comme dans la prison d’Abou Grahim…. Une réponse disproportionnée d’Israel vis à vis de la Palestine; des balles qui explosent dans le corps en détruisant tous les tissus. C’est aussi ce que font les terroristes quand ils envoient des vidéos d’exécutions.

Dans la torture sanitaire de masse, ce sont les chiffres déconnectés du contexte, les séquences télévisuelles de réanimations, qui sont destinées à impressionner. L’idée est de saper tout espoir du prisonnier tant qu’il n’a pas parlé. Ici c’est l’espoir des prisonnier tant qu’ils ne sont pas vaccinés que l’on sape.

Pour cette technique encore, il suffit de ne pas y croire, de ne pas se laisser impressionner ni par la logistique, ni par le médiatique, ni par la confiance démesurée en des connaissances pourtant embryonnaires malgré leur degré technologique sur le fonctionnement des cellules, des virus, du corps humain. Il suffit de savoir que c’est de la propagande, de la propagande du camp opposé dans cette guerre du 1% contre tous les autres classes.

8) Dresser

Ruffin l’a bien fait remarquer à l’Assemblée Nationale, le monarque nous fait « jouer à Jaques à dit ». Ce qu’il n’a peut-être pas identifié comme le huitième et dernier principe du tortionnaire psychologique selon Biderman : dresser par une succession d’exigences absurdes. La liste est longue en ce qui concerne les baillons (sans effet puisque les virus flottent dans l’air même sans aérosol et qu’ils sont 8000 fois plus petits que les mailles et qu’on en respire entre 17 000 et 100 000 par minute), les distanciations ici et pas là, les auto-attestations, les vaccins qui (en plus d’être dangereux) ne protègent pas….

Passer par les fourches caudines seulement quand on ne peut pas faire autrement et toujours sans être dupe est une première solution. Résister sur le terrain en argumentant car comme disait Lénine : « les faits sont têtus »; déstabiliser voir stigmatiser les policiers improvisés dans l’exécution pointilleuse des règles est une seconde solution. Mais la liberté n’est pas compatible avec le dressage et chacun doit comprendre qu’il s’agit d’un conditionnement à la soumission et non pas de gestes sanitaires. Ce qui serait d’ordre médical, ce serait de soigner mais cela, comme l’usage des médicaments est interdit.

Conclusion

La connaissance de ces 8 techniques de torture psychique massivement appliquées à la population est indispensable pour rester sain et pour résister à cette nouvelle dictature mondiale qui s’installe. Cependant, pour paraphraser ce nécrophile fanatique de Winston Churchill : Comprendre est une chose, mais agir chacun et ensemble à partir de ce que l’on a compris est tout ce qui compte !

La cause et les auteurs de la radicalisation


Si le constat du coordonnateur du renseignement sur l’augmentation des tensions de sociétés est juste, son interprétation de « bourgeois de naissance » est faussée par son imprégnation pleine de « moraline.

Lorsque le rat dans une cage en a assez d’etre stresse par des décharges electriques il se laisse mourir. C’est le cas du malheureux etudiant qui vient de s’immoler de Lyon.

Quand le rat dans la cage peut aller dans la cage d’à côté lorsque la lumière annonçant la décharge s’allume il prend l’habitude de changer de cage pendant la décharge et de revenir dans la première après. C’est le cas des retraités qui partent profiter de la douceur de vivre en francophonie.

Enfin si deux rats se trouvent dans la même cage électrifiée ils se battent; considérant chacun que la décharge vient de l’autre. C’est le cas des extrémistes idéologiques de droite, de gauche mais aussi et surtout du centre, des islamistes, des ligue de defense juive et autre crif, des neo évangélistes…

Quant au terrorisme d’etat, c’est là qu’on voit l’effet de sa moraline de classe et de propagande : il existe dans tous les pays mais d’abord parce que c’est le plus assumé le plus sournois le plus fort le plus dangereux celui des Etats-Unis; suivi par l’Angleterre, Israel, l’Arabie Saoudite, la Russie, et la France n’est pas loin…  C’est donc l’hôpital (ce moribond…où le divorce entre la hiérarchie et la base est là aussi patent..) qui brandit la menace de la charité !

Le vrai problème c’est non pas la cage -il faut bien vivre dans une société- mais son électrification. Le mécanisme d’électrification  c’est le système idéologique qui conditionne le législatif, lequel conditionne à son tour les réalités diverses dans laquelle vivent les gens. C’est l’électrification de la cage « société » qu’il faut couper. C’est ce qu’avaient fait les paradis socialistes des années 36 à 70 avec les mécanismes sociaux malgré la contre-attaque capitaliste de la 2ieme guerre mondiale (lire citations Churchill sur www.deboutlafrance.fr  . Ce sont aussi les générateurs du courant, c’est à dire les tenants les plus farouches de l’idéologie prônant la loi de la jungle rebaptisée « main invisible des marché » cette compétition de chacun contre tous en lieu et  place de l’idéologie de la qualité (en 7 parties sur www.deboutlafrance.fr) prônant coopération de chacun pour le bonheur de tous.

Ces extrémistes-là se rencontrent parmi les fréquentations de ce « monsieur de » ce sont même probablement eux qui l’ont nommé. Comment peut-il dans ces conditions percevoir la réalité ? Ces terroristes sont economiques, 1%, grands financiers patrons, petits directeurs des sites de production qu’il nous reste… Ils sont fédérés par le Cercle, le Bilderberg, la Trilatérale et au niveau subalterne  le MEDEF d’Ernest Antoine …avec semble-t-il une forte proportion chez les Francs-massons et autres professions libérales anciennes de notables « Young Leaders » d’abord fanatisés puis soudoyés par les Etats-Unis (où est le compte offshore de Macron ? et avec combien ? demandes à Hillary mais moi ça ne me fait pas rire). Politiquement ils s’appellent Beloubet, Castaner, Penicaud, Attal, Buzyn, Philippe, Macron et les 200 « robots heil » de l’assemblée peu représentative.

Voilà monsieur le coordonnateur du renseignement les principaux extrémistes à surveiller : les extrémistes du centre!

Voila cette catégorie que sans l’initiative et le courage de Maxime Renahy auteur d’où va l’argent vous auriez oubliée : les terroristes economiques systémiques. Réglez le problème d’évasion et de fraude fiscale et toutes les autres formes de nuisance disparaitront !

 

Le peuple gigote mais les dominants tiennent bien les rênes


Intro les élections européennes

Les électeurs ont parlé et j’y découvre cinq tendances :

  • Le totalitarisme nationaliste identitaire de l’extrême droite est installé
  • Le totalitarisme économique de l’extrême centre se confirme
  • La peur écologique a fait basculer les électeurs de la France Insoumise vers les écologistes
  • La désintégration des idéologies sociales continue
  • L’apparition de la notion animale dans le débat.

Le totalitarisme nationaliste identitaire de l’extrême droite

  • Il monte, il monte… symptôme d’un mal de vivre inexorablement augmenté chez les pauvres, chez les modestes, chez ces travailleurs indépendants : commerçants, artisans à 60 heures/semaine qui n’en peuvent plus de voir nos feu excellents systèmes sociaux se décomposer et être exploités; ces personnes que les traditions rassurent ne supportent pas la disparition des valeurs de vie en collectivité comme le respect de l’autorité, celui de l’âge et celui de l’autre. Ils ne sont pas champions des concepts. Ils se concentrent de constater les effets plutôt que de conceptualiser les causes. Ils ne voient pas dans quel système ils baignent mais ils ressentent avec acuité et sans amortisseur les maux sécrétés par le système de domination économique. Leur exaspération ne permet plus l’intégration d’étrangers ; c’est-à-dire de venus d’ailleurs plus modestes qu’eux encore. Lesquels eux-mêmes ne supportent plus de souffrir en sous-hommes dans leurs pays.
  • Leurs extrémistes n’ont pas encore le pouvoir et le maintien de l’ordre n’en est donc pas au stade du Brésil où des policiers-tireurs, accompagnés par le directeur local, tirent aux pigeons sur la population des favelas depuis leur hélicoptère. Les responsables de camps de concentration nazis n’avaient que leurs balcons pour tirer sur les prisonniers. Là le camp de souffrance est à ciel ouvert et le bouc émissaire c’est le pauvre. L’histoire ne dit pas si les psychopathes accompagnant leur ignominie d’un rire sardonique, sadique, jubilatoire comme certains soldats américains en Irak ou certains soldats israéliens à Gaza. Les souffre-douleur de la société ne sont plus que des animaux à leurs yeux qu’ils chassent de manière moderne comme hier les rois s’en allaient chasser des animaux à courre.
  • J’ai honte de faire partie de cette humanité-là. J’ai honte quand je découvre cette méchanceté-là ; cette barbarie qui le dispute à la bêtise de ne pas remettre en cause autrement que par le repli sur soi, le système de domination dérégulé; voire même quand l’occasion se présente de participer discrètement à la corruption ambiante…
  • Mais ces extrémistes minoritaires, contrés dans la police, ne représentent pas le peuple de droite. Cependant, maltraité et exploité, il ne voit pas à quel point ses sentiments légitimes sont manipulés tant par les dominants économiques pour asseoir leur système que par les vicieux empressés de satisfaire leurs frustrations sexuelles ou morbides.
  • Braves gens méfiez-vous.

 Le totalitarisme économique de l’extrême centre

  • Plus sournois, moins visible, il n’a rien à envier au précédent. Il faut se méfier des pantoufles plus encore que des bottes mais il n’est pas inconcevable que les pantoufles diligentent des bottes. Le totalitarisme contrôlant se répand au grand jour avec les innombrables mutilations, perquisitions, interrogatoires de la presse, rafles, gazages, caméras, lois liberticides, règles inflexibles et justice de classe. Pas question de laisser déranger le pillage en règle de l’intérêt général à la faveur de la corruption généralisée du pouvoir politique vaguement dissimulée derrière des lambeaux de démocratie ! Vous les Gilets-Jaunes payez ! Nous les riches on pille !
  • L’idéologie de l’école de Chicago, la main visible les soldats de Milton Friedman et de Friedrich Hayek derrière celle du marché, a engendré des fanatiques comme Reagan, Thatcher, Macron et tous ces chefs d’entreprises produits des « grandes écoles » d’Amérique du nord comme de France, ces adorateurs cyniques du veau d’or qu’on glorifie sous les termes de capitaines d’industrie ou de financiers en oubliant qu’ils font leurs profits sur le dos pauvres (800 millions de plus-value pour Mit Romney avec la vente de Samsonite et 200 licenciements à Hénin-Beaumont …on connaît la suite politique) et sur l’intérêt général (Alstom, Thomson, SNCF, France Telecom, la santé, ADP, les barrages, les sources…. Depuis des ghettos de riches ils fabriquent depuis longtemps des souffre-douleurs parqués dans des cités. Ce n’était déjà pas brillant depuis quarante ans pour les ghettos de pauvres. Leur cupidité décuplée, ces sociopathes qui ne travaillent pas, mettent la pression sur les revenus du travail depuis 40 ans externalisant sur Pôle-Emploi les coûts de leurs licenciements spéculatifs.
  • Symboliquement en tête de ces pratiques, madame Penicaud ministre du travail, ex collectrice de fonds de son futur président par effraction, et ex DRH délictueuse initiée du groupe Danone. Moyennant quoi la haine accumulée dans la société atteint un paroxysme risquant à tout moment de la faire basculer dans la guerre civile déclarée.
  • Les dominés auparavant consentants se trouvent aujourd’hui aculés à devenir souffre-douleurs à leur tour quand ils ne le sont pas déjà avec la honte de l’avouer ou de se l’avouer.
  • A coup de lignes pas rentables, de rationalisations diverses sous prétextes d’économie, les extrémistes bourgeois du centre ont supprimé toutes les irrigations capillaires. Les campagnes sont devenues des ghettos.
  • La république une et indivisible, égalité, fraternité, les extrémistes du centre et tous leurs thuriféraires médiocres zélés ou médiocres malgré-eux ; tous sociopathes individualistes vendus à la loi du plus fort et à la lutte de chacun contre tous s’en tapent. Ils ne veulent pas entendre que la coopération est plus bénéfique que la compétition et que seul, chacun, même un puissant, n’est rien….
  • Élevant leur barbarie au carré, ils dévoient même les valeurs : pour cette engeance bourgeoise pure, celle qui a décapité le roi en Angleterre 100 ans avant 1793, ce qui est bien c’est ce qui rapporte et comme l’avait dit Churchill, le vice c’est de faire des pertes ! Faut-il s’étonner dès lors que leurs victimes manifestent en gilets jaunes le refus d’être considéré moins que des animaux, leur refus d’être considérés comme des imbéciles, des riens tandis que les monstres et leurs soudards les mutilent à l’armes de guerre, les gazent, les emprisonnent, les condamnent impitoyablement dans les grandes traditions de l’injustice prévalant après le massacre des communards par Thiers et ses versaillais.
  • D’ailleurs et c’est un signe, notre actuel monarque de la république bourgeoise non représentative, notre cher Jupiter Poudré et néanmoins chantre de l’extrême centre, aime Versailles. Louis XVI se plaignait déjà que seuls Necker et lui aimaient le peuple. Il visait l’aristocratie d’alors. Elle a changé de nom et s’appelle « zélite ». Elle est bourgeoise au lieu d’être aristocrate. Elle à la langue bien pendue à la télé au lieu de faire des bons mots à la cour mais elle ne pisse toujours pas loin; et surtout elle est toujours aussi sociopathe cruelle.
  • Devant la fraude et l’évasion fiscale massive, devant la corruption patente, devant l’intense répression du journalisme libre, ils sont contraints de rendre visible leur totalitarisme en refusant les amendements, en intimidant les députés en pleine séance. Ils adoptent les méthodes de l’extrême droite avec totalitarisme désormais visible au-delà du totalitarisme des innombrables dispositifs et mécanismes de contrôle. Parallèlement, l’intensité de la répression des notables petits-bourgeois que sont les juges, l’intensité de la propagande des journalistes ténors, l’intensité des outrages des ministres n’est autre que la manifestation d’une guerre civile larvée entre bourgeois et peuple construisant la haine. On peut mettre en parallèle cette mutation de la guerre civile franche en répression juridico-policière sévère à l’évolution de la guerre en entre états à la guerre économique.
  • Le panoptique à ciel ouvert est le résultat des extrémistes du centre et de leur totalitarisme jusque-là rampant. Ils nous projettent dans un gigantesque camp de concentration à Ciel; leurs plus ardents thuriféraires n’ont-ils pas déjà proposé de transformer les stades de foot en abattoirs ? et les abords du palais présidentiel de l’Élysée n’ont-ils pas failli devenir une gigantesque chambre à gaz pour Gilets-Jaunes ?
  • Combien parmi leurs tenants sont médiocres zélés, psychopathes sataniques sadiques et combien sont simplement médiocres malgré-eux, c’est-à-dire croyants sincères de cette idéologie délétère. Je voudrais croire que les seconds sont plus nombreux.
  • A ceux-là je dis : « ouvrez les yeux s’il vous reste un brin d’humanité ou de lucidité ! »

La peur écologique

  • Nous mangeons mal nos maladies nerveuses, nos maladies, le tabagisme, l’épidémie de poids et de diabète en attestent. Mais gare aux naturopathes qui le démontrent un peu trop bien. Nous sommes malades de notre technologie de communication ou du stress de l’idéologie de l’extrême centre. Les valeurs du profit et de l’intérêt individuel passant avant l’intérêt général, le court terme avant le long terme, souvent les deux à la fois, s’ajoutent à l’alimentation carencée en vitamine et minéraux par l’épuisement des sols de la culture intensive des extrémistes du centre pour donner nombre de cancers et autres allergies. Les occidentaux pourrissent en barbare civilisationnels incultes des cultures millénaires qu’ils qualifient de « sauvages » en leur apportant l’alcool, le café, le sucre raffiné, les engrais… Témoins factuels de l’inefficacité des religions sur les comportements, le miroir aux alouettes a même marché sur les populations de l’Est du mur après sa chute.
  • Les oxydantaux pourrissent là-bas comme chez eux la chaine alimentaire par intoxication. Ils tuent ou trafiquent les animaux sauvages comme ils répandent les perturbateurs endocriniens et autres glyphosates tueurs d’abeilles. La diversité sur terre et dans la mer subit des génocides en chaine, au point de mettre l’espèce humaine en danger d’auto-extermination indirecte.
  • Le climat semble le meilleur levier pour soulever les populations mais ce sont les génocides et la diversité, la qualité des sols et celle de la chaîne alimentaire, jusqu’à la disponibilité de l’eau préemptée par Coca-Cola ou Nestlé, les principaux problèmes.
  • L’idée de l’augmentation anthropocentrique du climat a le bon goût de remettre l’idéologie de l’extrême centre vaguement en cause mais le prétexte malgré toute l’aura médiatique conférée au GIEC et au sommets sur le climat est scientifiquement fallacieux. C’est probablement plutôt l’émissions de l’onde basse fréquence à partir des antennes HAARP de Tacona qui amincit l’ionosphère plutôt que les cheminées, les pots d’échappement ou la pétulance des bovine ; sans oublier les phénomènes cosmiques résultant des marées entre Jupiter et le soleil. L’évolution du climat ne se joue pas sur terre, elle se joue dans les airs mais ce n’est pas une raison pour continuer à l’alimenter depuis le sol ou l’aviation.
  • L’accident nucléaire américain de Three Mile Island, le premier du genre, a disparu des mémoires à coup d’intimidation, d’assassinat et d’omerta comme cela arrive fréquemment aux lanceurs d’alertes naturopathes médico-alimentaires ou velléitaires anti-corruption (Beregovoy) ou aux présidentiables populaires (Coluche). Cet accident valait bien ceux, ultérieurs, de Tchernobyl et de Fukushima dont là curieusement, les médias ont le droit de parler; sauf des ovnis qui les survolent pour limiter les dégâts ou prévenir d’autres accidents naturellement.
  • Cela aussi, et plus encore quand il est couplé au nucléaire militaire est bien plus important que le climat.
  • Les écologistes ont bénéficié des votes jeunes qui s’étaient porté sur la FI à la présidentielle et qui ne savaient plus à quel saint se vouer entre une gauche médiatiquement promise à l’échec et l’acceptant par avance, et des extrêmes chacun à leur manière peu attractif. Dans le doute, plutôt que de s’abstenir, les pragmatiques se sont joint aux écologistes dogmatiques pour une cause peu agressive et sans risque de se tromper de domaine ; tout au plus de priorité.
  • Ce que l’on peut cependant reprocher politiquement à ce vote c’est qu’il ne remet pas fondamentalement en cause le système en place. Les écologistes se disent même « libéraux compatibles » malgré l’échec du précédent ministre de l’environnement. Ils acceptent donc fondamentalement le système de domination actuel, oublient les pauvres et cherchent juste une place au soleil dans le système actuel vaguement édulcoré. L’idéologie écologiste est bonne mais elle est manipulée, exploitée pour créer un marché de la transition écologique portant sur l’énergie. C’est totalement insuffisant et ceux qui souffrent de misère et de pénibilités seront mort avant que leur action, à supposer qu’elle réussisse, produise son effet sur la nature. A-t-on le droit sans être sociopathe de si peu se soucier d’une ou deux génération de misérables miséreux ? a-t-on le droit, sans être psychopathe de laisser perdurer un tel système de domination libéral dérégulé, amoral au service de dominants immoraux et corrompus ?

 

La désintégration de l’idéologie sociale

Le communisme, médiatiquement assimilé au socialisme a été tellement associé à la dictature qu’on en a oublié les principes et la possibilité d’une mise en œuvre libertaire. Les porteur d’un communisme ou d’un socialisme libertaire ont été décimés autant par les communistes dogmatiques en Russie que par les bourgeois industriels du monde soutenant la dictature espagnole tandis qu’en France on arrêtait la bande à Bonnot sous prétexte d’un terrorisme sans même aucun dégât collatéral des frappes chirurgicales anti-finance. Il ne fait pas bon promouvoir la coopération et la répartition des pouvoirs face à la volonté de dominer, des communistes comme des bourgeois ; ce qui tendrait à prouver que les modalités sont à dissocier de l’idéologie.

« Socialistes » dévoyés à un libéralisme plus capitalistes que social, communistes barricadés dans leur dogme idéologique, partis ouvriers radicaux réduits à néant parce que radicaux, France Insoumise égarée ; tiraillée entre son idéologie de gauche à la base et une mystérieuse direction elle-même tiraillée entre ajustement du système socialo-écologique ou écologico-socialiste…. aucun porteur d’une demande sociale assumée molle n’a fait recette.

La division n’est pas seulement la marque des variantes dogmatiques et des volontés de pouvoir. Elle est la marque d’errements idéologiques dépourvus de pragmatisme et de réalisme tactique. Pas étonnant que le manque de conviction, l’abandon d’un étendard comme l’Avenir en Commun, et l’ignorance volontaire d’une idéologie neuve comme l’idéologie de la qualité (voir articles sur www.deboutlafrance.fr)  aboutisse à un désaveu. La raclée à Macron s’est muée en raclée à Mélenchon parce que la volonté populaire c’est une remise en cause vigoureuse et crédible, si possible sans violence, du système ; et avec des gens au tempérament crédibles et pas des apparatichiks bureaucrates arrivistes. Sauf Mélenchon et Ruffin appelant à rejoindre les gilets jaunes ou braquant un projecteur, l’insoumission du club discret des chefs inconnus ne se traduit par aucun mot d’ordre d’action d’insoumission effective alors que les gilets jaunes sont dans la rue. Comment voudriez-vous que la jeunesse ne cherche pas un refuge crédible ? Comment espérez-vous une révolution sans rejoindre et rassembler tout le peuple ? Quittez vos dogmatismes madame Autin : peu importe la couleur du chat, s’il attrape des souris, c’est un bon chat… ! Celui qui a dit cela ne manquait pourtant pas de convictions…  Les chefs syndicalistes pourront se vanter d’avoir fait avorter une révolution en ne joignant pas leur puissance de blocage de l’économie aux maigres barricades des gilets jaunes sur les ronds-points. Les gilets jaunes n’ont pas été plus malins de repousser leur base parce qu’ils étaient gauchistes. Il faut dire que pour CFDT et FO on savait que comme les socialistes, ils étaient dans la bénédiction des dominants et de leur idéologie mais pour la CGT, c’est une grave erreur et une lourde responsabilité.

 

L’apparition de l’animalité.

Dernier né des partis politique : le parti des animaux. Il apparaît aussi saugrenu au commun que la candidature écologiste de Dumont aux présidentielles dans les années 70. 50 ans après le vote écologiste sert de refuge idéologique. Vu le totalitarisme galopant des extrêmes du centre comme de droite – en réalité tous de droite si l’on tient compte de la déviation idéologique progressive – il y a gros à parier que cette tendance « vegan » est promise à un bel avenir. Les animaux méritent notre respect cela ne fait aucun doute. La massification de leur consommation apparente les abattoirs à des camps d’extermination c’est un fait. Pourtant nous sommes constitués comme des carnassier et on imagine mal un loup ayant pris conscience de sa nature devenir herbivore ; et encore, les plantes ne manifestent elles pas des émotions quand on devient un brin curieux ?

Mais, égoïstement, je dirais que le plus grave ne me semble pas relever de cela. « Une société qui traite les Animaux comme des Hommes » disait Emmanuel Todd, « c’est une société qui s’apprête à traiter les Hommes comme Animaux ». Je crains fort en effet que le totalitarisme actuel une fois abouti, ne nous traite déjà comme tel dans les aéroports et les supermarchés et qu’il continue avec les implantations de puces RFID comme aujourd’hui les chiens, les vaches et les suédois ; sans parler de la discipline intégrée radar et GPS sur les routes.

Pourquoi les dominants tiennent bien les rênes.

Qu’il s’agisse de l’extrême droite dont la majorité est pauvre mais ni raciste ni totalitaire, juste en attente de justice Qu’il s’agisse de l’extrême centre dont la majorité est aisée et très structurellement violente, devenant totalitaire et sectaire dès lors qu’il s’agit de contester l’ordre de domination et l’idéologie établie; Qu’il s’agisse des écologistes cherchant à édulcorer les méfaits de l’ordre économique et idéologique établir ; Tous acceptent implicitement et l’idéologie et la domination des très très riches et de leurs valets grassement payés pour leur trahison sociale et leur contribution à mais tellement moins riches

Aucun espoir de voir les choses changer avec ces trois orientations où chacun se fait manipuler par ses désirs : d’ordre, de pouvoir, de sécurité. Car, même en admettant qu’il y ait d’autres corrections qu’à la marge s’ils venaient à prendre le pouvoir, le système actuel étant fondamentalement accepté dans leurs orientations, nul doute que les bourgeois n’en viendraient rapidement à en tirer parti comme c’est déjà le cas avec Macron naturellement, avec les positions de Marine Le Pen sur toute ce qui est social et écologique et comme ce sera bientôt le cas avec l’utilisation de l’énergie renouvelable, le « green washing » et l’écologie économiquement compatible de Jadot.

Reste l’orientation « gauchiste » actuellement atomisée. Aucun espoir non plus tant qu’elle sera réduite à l’atomisation et à la critique réciproque des obédiences pour des variantes idéologiques hors de propos dans le contexte. Il lui faudrait des gens sincères aux tempéraments à la fois forts et humbles, non dépourvus de convictions mais capables, de par leur capacité d’analyse et leur hauteur, de les faire passer après les considérations pragmatiques du moment. Cela nécessiterait de l’ouverture d’esprit plutôt que des fractures du crâne et beaucoup des chefs ressemblent plus à ceux qui ont lâché Vercingétorix devant les romains à Alesia qu’à Chegevara, Castro, Mao, Luther King ou Mandela (pour ne citer qu’eux…)

Décidément les dominants ont un boulevard devant eux tant ils tiennent bien les rênes

Comment dominer les dominants ?

Pour l’idéologie, je propose celle de la Qualité écrite sur ce site (voir articles sur www.deboutlafrance.fr) qui n’est pas si loin de l’Avenir en Commun.

Pour la force, je propose le rassemblement des idéologies et des couches sociales autour de cette idéologie de la qualité avant de lancer l’assaut révolutionnaire après toutes les formes de sape préalable par l’action collective massive et répétée.

Mais pour les ego de chefs, je ne peux que proposer leur responsabilisation ou la désertion de leurs organismes jusqu’à ce qu’un nouveau fédérateur vienne les mettre tous d’accord.

Rendre les pauvres riches partie 6 les motifs de refus de la Qualité par les dominants


1         Après l’incrédulité intéressée, les motifs prosaïques d’opposition

1.1         Les vieilles lunes ont la vie dure.

L’idée de faire le bien des plus pauvres, hormis que ce n’était pas avec ces modalités, n’est pas nouvelle. Elle est même fondamentalement l’idée chrétienne faut-il que je le rappelle, moi l’athée aux croyants des trois grands bords où préside la même philosophie.

Les bourgeois du XIXième qui allaient à l’église mais n’avaient pas mieux compris la vie que les « zélites » d’aujourd’hui, y objectaient que les ouvriers ne sauraient pas user sagement de leur temps libre et de leur argent. Un peu comme l’idée actuelle que si on laisse voter le peuple, il va voter des erreurs.

Non, le peuple n’est pas, n’est plus ce troupeau d’imbécile de Maupassant dans le Horla. Il est intelligent et sage, mais aussi généreux. A la différence de la fourmi qui vote pour son intérêt particulier, il votera dans l’intérêt général et ce faisant empêchera la domination des riches; car là est le vrai problème.

Bien sûr il y a des risques de manipulation médiatique : la maxime de Tocqueville sur le peuple qui votera comme on le lui dira reste un risque. Mais depuis lors nous avons les réseaux sociaux, l’instruction publique généralisée et nous pouvons construire des systèmes médiatique plus sains qu’aujourd’hui en même temps que des pouvoir mieux contrôlés et mieux répartis. On peut même envisager des éducations civiques et des droits de votes par niveaux ou thèmes.

Seules sont à redouter les influences sourdes étrangères genre révolutions orange financées par Soros ou services secrets. C’est une bonne incitation à disposer d’un contre-espionnage efficace et à imposer la transparence sur les financements des organisations non gouvernementales et les rémunérations et en regard des trains de vie des personnes en charge du bien public….

L’arrière-pensée de l’absence de renoncement à exploiter est donc patent derrière cette argumentation fallacieuse d’inconséquence du peuple.

1.2         Où les temps ne deviennent pas si durs pour les riches

Un tel repositionnement d’un coup permettrait d’abord de rétablir ce déséquilibre creusé depuis 40 ans entre capital et travail. Il ne serait donc que justice. Outre qu’il calmerait immédiatement les tensions sociales, il ne minerait plus sourdement notre économie mais il rendrait la dynamique collective dont le  pays a besoin.

Les possédants, qui comprennent mieux les systèmes économiques que la vie en société, verront bien qu’il s’agit d’une forme de dévaluation de leur capital. Mais on pourra leur expliquer qu’il s’agit d’une perte fictive puisque d’abord les prix des biens réels augmenteront aussi et qu’ils conserveront leurs biens.

C’est simplement le rythme d’accumulation qui sera réduit. Mais surtout on pourra utiliser leur logique pour leur expliquer qu’il s’agit d’un investissement massif à grande échelle ; un investissement très rentable à terme puisque l’économie s’en trouvera stimulée pour 30 ans avec en plus des marges augmentées de par l’augmentation des prix.

Ils peuvent partir s’ils veulent mais leurs entreprises restent, les capitaux ne leur appartiennent plus et s’ils détiennent des actions dans des entreprises étrangères, les produits sont d’autant plus surtaxés par rapport à la règle de base du pays d’exportation que leur participation est importante. En d’autres termes, où qu’ils s’expatrient, ils ne tirent plus d’argent sur les français à travers leurs activités. Le contrat est rompu.

Entre une grosse carotte et un petit bâton, le choix sera vite fait. L’économie des français est une valeur sûre. Cet épouvantail-là n’a pas de réalité.

1.3         Mais pour « les pauvres » qui ne travaillent pas ?

D’abord les besoins de modernisations de nos infrastructures sont immenses. « Les pauvres » en sont conscients et travailleront volontiers pour une grande ambition collective d’amélioration de qualité de vie de leurs enfants et même de celle des pays ayant besoin de soutien pour se développer.

Les pauvres travailleront s’ils sont bien payé pour : passer à deux réseaux d’eau, l’économie de la mer, l’agriculture respectueuses de la nature, des animaux et des consommateurs, l’amélioration de santé des procédés agro-alimentaires et leur déconcentration, les dépollutions de toute sortes, la sortie du nucléaire ou mieux son évolution vers le Throrium, la transition énergétique, l’amélioration en maillage irrigant les territoires des transports, l’amélioration en vitesse en qualité des réseaux de transports comme par exemple les trains sur coussin d’air à 500 km/h,, l’amélioration des  logements, l’entretien et la réparation des infrastructures, l’augmentation de la vitesse des télécommunications, la recherche fondamentale et appliquée comme la magnéto-hydro-dynamique et toutes les recherches oubliées (Pierre Lance Chercheurs exclus Savants maudits), le fret ferroviaire au lieu des noria de camions qui usent les routes, le rétablissement des structures éducatives, de santé, de justice de proximité avec de gros moyens, le rétablissement de l’autorité des enseignants….

Tout cela peut facilement conduire au plein emploi et au boom économique comme en Chine il y a quelques années.

1.4         Changer la qualité des productions, produits

Mais cette relance par les capacités d’investissement n’a de sens que s’il existe aussi un débouché pour ces investissements, comme on ne veut pas produire plus mais mieux, il faut augmenter les prix déjà « doublé » des produits pour garantir des produits d’excellente qualité à commencer par les produits alimentaires.

Comme l’économie est mue à l’origine par la consommation et que la consommation est essentiellement le fait des revenus du travail, il faut donc les « tripler » aussi ; rapport à la situation réajustée.

Nous voilà donc avec des produits d’excellente qualité achetables par tous et des capacités d’investissements dans l’économie réelle environ triplés en valeur mais modulés par l’exigence supplémentaire de qualité : qualité des procédés permettant la qualité des produits à faire pâlir les naturopathes ; qualité environnementale desdits procédés ; en particulier par exemple arriver à faire disparaître les taux affolants de cancers dus à la zone industrielle à Fos sur Mer.

1.5         Le risque de réaction des dominants et l’enjeu

Avec un peu d’ambition et surtout en faisant FI des restrictions financières que les dominants ne manqueront pas de vouloir imposer quand ils verront un marché comme la France échapper non pas tant en terme de profit qu’en termes de contrôle. L’histoire de l’anarchisme le montre (

Si le ou les meneurs de cette politique ne peuvent pas être neutralisés, ce pourrait même la cause possible d’une troisième guerre mondiale ; car la véritable cause de la seconde était que l’Allemagne, après la Russie, échappait à son tour à la finance mondiale et risquait de montrer la voie à toute l’Europe. J’en veux pour preuve ces deux citations de Churchill : « Le crime impardonnable de l’Allemagne avant la deuxième guerre mondiale a été le fait, réussi,  d’extraire sa force économique du système  d’échange International en créant son propre système de troc de sorte que la finance mondiale ne pouvait plus faire de profit. » (la finance mondiale ce sont les détenteurs privés de la banque d’Angleterre et de son colosse de rejeton les détenteurs privés de la FED et aujourd’hui aussi détenteurs de la BCE et de bon nombre d’autres banques centrales de pays) et puis encore : « Il faut que vous sachiez que cette guerre  n’est pas contre Hitler ou le national-socialisme, mais contre la force du peuple allemand, une force que nous voulons anéantir à jamais, peu importe si elle est entre les mains de Hitler ou d’un père jésuite. »

Mais cette fois si l’idée d’une troisième guerre reprenait les dominants, nous sommes prévenus et ce serait l’holocauste pour tous.

A l’opposé de cette approche, il y a de quoi permettre à tous de travailler, de travailler dans de bonnes conditions, à tous ceux qui le veulent et si les dominants facilitent ils en tireront les profits ;  mais leur domination du peuple français, dans le cadre ou pas d’un gouvernement européen ou mondial occulte, n’est pas négociable.

1.6         Comment permettre aux pauvres de se payer des produits de qualité durable ?

Tout simplement en augmentant les rémunérations du travail. J’imagine les cris d’orfraie de certains employeurs en lisant cela. Mais à supposer que je multiplie par trois le smic, mes produits vont être trop cher ? et mes concurrents ? A cela je réponds qu’aucun produit n’est trop cher si les consommateurs qui sont aussi les travailleurs peuvent l’acheter et que les concurrents seront mis dans la même situation ce qui fit que les règles ne seront pas faussées. Si les employés gagnent mieux leur vie de manière à pouvoir consommer ou investir, les carnets de commande se rempliront.

Pour ce qui est de la concurrence, elle se régule avec des clauses environnementales et sociales qui précisément permettent une concurrence équitable. Si en France on est payé trois fois plus qu’en Allemagne, revenus différés et assurances sociales comprises, alors il suffit de taxer les produits allemands en fonction de leur proportion de main d’œuvre mettons 50% et de sa différence de prix soit dans cet exemple 3×0,5.

Naturellement dans cette concurrence non faussée, la liberté commençant là où s’arrête celle du voisin suppose de revenir sur le libre-échange au sens des échanges incontrôlés pour passer à un échange tout aussi libre mais régulé par les taxes compensatrices basées sur des réalités.

Cela est sans rapport avec le protectionnisme.

Pour prendre une comparaison, les frontières seraient des transformateur et non plus des résistances chauffantes pour quelques profiteurs, ni non plus des disjoncteurs.

Cela suppose soit une harmonisation intra européenne et des frontières communautaires soit le retour aux frontières françaises donc une rupture des traités. Les conditions de cette rupture sont prévues et quand on voit la situation en France depuis deux mois, la clause est applicable.

Ces dispositions, ont aussi pour effet d’empêcher que l’argent de la consommation fuie vers les produits producteurs au lieu d’alimenter notre économie en circuit fermé.

Même avec un partage entre les pays exportateurs et importateurs, cela aura aussi pour effet d’assurer des rentrées à l’Etat français et par là de sortir des griffes des marchés financiers tout en disposant des moyens d’investir.

1.7         L’objection environnementale

Nous enfreignons la règle verte chaque année plus tôt et si l’on développait la consommation des pauvres ce serait encore pire !

Oui, on pourrait aussi à l’inverse tuer tout le monde, comme ça on consommerait moins !

Plus sérieusement, pourquoi serait-ce les pauvres qui devraient se sacrifier pour les autres ?

Mais surtout, le raisonnement ne vaut que si l’on n’a pas compris la profondeur de l’approche par la qualité et en particulier la dissociation du volume physique et du volume économique.

En réalité si l’idéologie s’oriente vers la recherche de la qualité durable, tous, riches et pauvres réduiront leurs consommations en volume. Certes les infrastructures pèseront sur l’empreinte environnementale mais si tout est conçu pour ensuite minimiser la consommation de fonctionnement et de déplacement, alors la consommation évoluera vers des services dont le seul impact environnemental est énergétique.

1.8         L’intérêt bien compris des possédants

Les possédants, qui comprennent mieux les systèmes économiques que la vie en société, verront bien qu’il s’agit d’une forme de dévaluation de leur capital. Mais on pourra leur expliquer qu’il s’agit d’une perte fictive puisque d’abord les prix des biens réels augmenteront aussi et qu’ils conservent leurs biens.

Mais surtout on pourrait utiliser leur logique pour leur expliquer qu’il s’agit d’un investissement massif à grande échelle très rentable à terme puisque l’économie s’en trouvera stimulée en plus des marges et même en arrêtant le « tout pour rien », l’obsolescence programmée, la publicité omniprésente, au profit de la vertu environnementale et l’hyper qualité durable pour tous.

On peut aussi leur démontrer que plus d’employés pendant moins de temps au travail, cela signifie plus de temps pour les associations, la vie en société, la santé, les loisirs et tous ces services modernes, ce sont des activités économiques ; de surcroit orientées PIB positif et non pas négatif comme les soins des pénibilités mentales.

 

On peut encore leur expliquer que tous les phénomènes pervers liés à des salaires très bas, tellement bas qu’ils sont beaucoup trop près des minimas sociaux et génèrent des comportements aussi profiteurs que ceux qui ont mis en place ce système de surexploitation généralisée du travail. Ces comportements cesseront progressivement.

1.9         Le rétablissement des moyens pour les infrastructures

Enfin, le rétablissement des marges en même temps que le grossissement du volume permettra le financement de tous les systèmes qui se mettront à fonctionner mieux, simplement parce qu’on aura, qu’il s’agisse de privé ou de public, les ressources pour les adapter aux besoins au lieu de réduire sans le dire les besoins et la qualité au motif des budgets insuffisants.

1.10     Avantages pour les industriels

Marge, carnet de commande, stabilité des employés l’ensemble des PME hormis quelques exploiteurs devraient y voir du bon.

Même Niel, Drahi, Roger, Arnaud, Pinaud, Bouygues, Bolloré,  et de Castries devraient dire à Gattaz, Mink, Attali et Rothschild que c’est une bonne voie puisque leurs profits, même avec la suppression de l’évasion fiscale, n’en sera que plus grande.

Contrairement à ce qu’on pourrait penser, ils ne le feront pas car pour eux dominer et surtout rester dominants est encore plus important que gagner de l’argent et ce qui les gêne c’est le paragraphe suivant.

1.11     Réactions probables à la démocratie dans l’entreprise et la cité

La prise de pouvoir par des représentants de tous ces travailleurs pauvres, indigents, modestes, moyens, aisés, ces patrons de PME, ces indépendants, toutes ces forces vives de la nation tendraient à faire perdre aux dominants actuels, leur mainmise sur cette démocratie qu’ils ont si bien su subvertir dans la société et neutraliser dans leurs entreprises.

Le plein emploi rétabli, les ouvriers en position de négocier, les travailleurs fournis par une bourse et actionnaires, le pouvoir est équilibré dans les entreprises et dans la cité. Ils le verront comme pris par les ex-dominés devenus dominants.

Quelques ordonnances sur les règles d’importation pour appliquer les clauses environnementales et sociales aux bornes des territoires français, plus une loi suivie d’un décret d’application sur l’indépendance des médias, un renforcement énergique des services fiscaux et douaniers assorti d’un contrôle des transactions financières avec les pays offshore et voilà les parasites de la caste des riches remis à leur place de contributeur à la société. C’est moins confortable et cela ne leur plaira pas.

Comme ils ont des réflexes de dominants, il faut s’attendre à des réactions brutales, bien pires mais dans la prolongation de celles qu’on a observé dans le passé vis-à-vis des anarchistes et qu’on ré observe actuellement vis-à-vis de leurs dignes héritiers que sont spontanément les Gilets Jaunes.