Non masques de chirurgien et FFP2 ne protègent pas des contaminations (et ils sont néfastes)


Réaction à un article dans la revue Travail et Sécurité paru courant janvier 2022 :

J’ai parcouru avec intérêt l’étude sur les masque FFP2 plutôt que chirurgicaux et je tiens à vous signaler que comme l’ont dit les rédacteurs en chefs des plus prestigieux journaux scientifiques (British Medical Journal et Lancet) avant même l’hystérie pandémique, la majorité des études ne sont plus fiables.

Celle ci ne me semble pas échapper à la règle. En particulier, c’est une modélisation sans mesures nanométriques et donc ça ne tient pas debout.
La théorie des exosomes n’est même pas mentionnée alors qu’on exhalerait la bagatelle d’entre 17 000 et 100 000 virus nanométriques à la minute !
Il ne fait plus de doute, contrairement à ce qui est dit, que les virus de taille nanométrique se propagent aussi et probablement beaucoup sans substrat qu’avec.
Preuves :
1) constat de contamination malgré le strict respect de la procédure d’isolation des échantillons témoins par Judy Mikovits en labo P4 dans Plague of corruption. Une seule possibilité l’air….(ça laisse rêveur sur la sécurité des P4)
2) ré-étude et découverte de la mention de la contamination des habitant au voisinage d’un hôtel à Hong Kong où tout l’hôtel avait été spectaculairement contaminé par un « super-contaminateur » (un monsieur 100 000 virus à la mn parce que pétri de bactéries ?).

Les masques FFP2 sont faits pour la poussière et il n’est pas indiqué jusqu’à quelle taille ils filtrent des particules à dominante lipidique; donc non polaire. Les masques chirurgicaux servent seulement pour ne pas postillonner « dans les ventres ouverts ou les bouches des malades » et ne sont pas faits pour être portés longtemps.

Bref, même avec du FFP2 c’est comme prétendre arrêter des gouttes d’eau avec un caddie, des moustiques avec un grillage ou des hirondelles avec des porches. Ce sont des génuflexions devant l’hôtel qui rassurent. Qui plus est, il manque l’évocation des masques en fibres non-tissées.

Il ne faut pas encourager les Ayatolah de la sécurité d’entreprise ou simplement ceux qui veulent bien faire pour le plus grand bénéfice de 3M et autres fabricants. Il ne faut pas non plus encourager les apparences symboliques de la sécurité qui sont les alliées de l’insécurité.

Qui plus est les règles de la prévention disent bien que les équipements de protection individuelle sont la 5ième roue du carrosse à laquelle on recourt seulement quand on ne sait pas ou qu’on ne peut pas faire autrement. Mieux vaudrait donc s’intéresser,
– aux techniques préventives, y compris jusqu’à ré-autoriser les médicaments pas chers en utilisation précoce qui soignent comme un extincteur un départ de feu,
– aux abandons de soins divers (voir du mythe aux statistiques et des statistiques au scandale sur ce site
– aux protections collectives.

Si vous voulez, je peux vous écrire un article moins dans le sens du vent comparant ces simagrées à prétention scientifiques à des processions pour conjurer la peste qui la propageaient car j’ai beaucoup travaillé la question.

Je compte transmettre cette étude au comité scientifique indépendant de réinfocovid en demandant au mathématicien Vincent Pavan habitué à montrer les biais de ce genre d’étude ce qu’il en pense.
Si vous publiez aussi ce commentaire et/ou ma proposition d’article alors, promis, je m’abonnerai.

NB : 5 mois après, je n’ai pas transmis à Vincent Pavant parce que pas reçu de réponse d’Alternatives-Economiques. Et je crois qu’en fait d’alternative cette revue Santé et Travail et les autres sont plutôt dans la continuité du système en décomposition artificiellement maintenu par la peur, la guerre et la planche à billets.
Share and Enjoy:
  • Print
  • Digg
  • StumbleUpon
  • del.icio.us
  • Facebook
  • Yahoo! Buzz
  • Twitter
  • Google Bookmarks

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.