Résister à la torture psychique massive


Share

Par expérience, j’avais reconnu très tôt le caractère pervers narcissique et le danger grave du « il sera parfait pour le job » d’Alain Mink. Je connaissais le harcèlement moral relationnel, le harcèlement moral feutré de pouvoir et c’est pourquoi bien que sympathisant de la FI je m’étais commis à voter RN au deuxième tour dans le seul but de faire échouer le plan.

Cependant, je n’avais pas deviné que nous allions entrer dans un harcèlement moral systémique à l’échelle planétaire. Je remercie chaleureusement Jean-Jacques Crèvecoeur d’avoir amplifié dans une visio au sein d’un groupe de résistants et la pertinence de la détection d’Amazin Polly quant à l’application dans cette opération des 8 principes de Biderman pour la torture psychique des prisonniers militaires.

https://lbry.tv/@MargueriteRothe:8/Charte-de-coercition-de-Biderman-_-JJ-Crevecoeur:7?fbclid=IwAR2XrWotzVfd41lzCqj0jd-Rmtxa2d4pXpWE0SP14DkoU1_JHTbRxRGTsus

Je les remercie de m’avoir décillé et jjébauche ici mes antidotes à ces 8 injections répétées de poisons psychiques que force non seulement le président du 1% mais avec lui nombre de notables petits bourgeois tous plus ou moins médiocres malgré-eux (Alain Deneault).

Les vampires qui vous pompent votre énergie psychique chassent en bande on l’a déjà observé. Je l’ai par exemple vécu en entreprise lorsque les collaborateurs croyait que j’allais être nommé chef au départ du chef et qu’il fût préféré par une bande qu’un DRH membre des 5 instigateurs d’un management par le harcèlement moral dans le groupe (affaire Orange qui n’est pas sortie) aurait la place. Tous étaient instantanément passés de l’amabilité empressée à l’agression en signe d’allégeance et pour se dédouaner des bonnes relations antérieures… Ainsi va la veulerie moyenne des collabos.

L’appartenance au groupe est un facteur puissant (Solomon Ash) et la soumissions à l’autorité en est un autre tout aussi puissant (Milgram). Zimbardo a montré ce que pouvait donner la combinaison des deux et nous y sommes….

1) Isoler

Sans surprise, pour lutter, il faut entretenir et même resserrer tous les liens : familiaux, amicaux, sociaux. Il faut sortir, bouger, communiquer, aller travailler…. On peut même envisager de se saluer à la française comme avant… Faites l’amour pas la guerre ! Et même quand vous êtes physiquement seul, pensez aux amis qui vous soutiennent.

2) Focaliser l’attention

Pour contrer ce risque d’auto-destruction sournoise, d’abord et de toute urgence éteindre la télé, la radio et ne plus lire ni journaux ni magazines (le Monde est financé par Bill Gates). On vit très bien sans catastrophisme permanent anxyogène et on a du temps pour réfléchir. Cela fait 15 ans déjà pour moi….

Ensuite limiter son temps sur les réseaux sociaux et choisir de préférence des sources d’informations factuelles pas censurées par les GAFAM (complices des big pharma car détenus par les mêmes financiers) comme Odysee ou crowdbunker et tous les individuels transfuges du journalisme d’exploitation servile qui en profitent pour se lancer. Il ne faut cependant pas oublier de garder tout de même une oreille sur la propagande; mais en général les résistants sont un miroir suffisamment fidèle.

On peut profiter de ce temps libéré et choisi pour se cultiver sur les informations périphériques : les sources de données sanitaires et les mécanismes qui les faussent, la manière de bidonner ces données ou des études scientifiques, la bonne utilisation des statistiques et les biais manipulatoires, l’agnotologie, les théories de manipulation les foules (de ce bon Gustave le Bon), les méthodes comme le biais de lorgnette pour supprimer la référence contextuelle et donc la capacité de jugement, l’usage des facteurs d’ambiance perçus inconsciemment par le cerveau limbique ou reptilien pour conditionner la peur, l’étouffement des scandales pharmaceutico-médicaux depuis un siècle (grippe espagnole, Judy Mikovits), les mécanismes biologiques à l’intérieur des cellules, la naturopathie et autres médecines traditionnelles; l’économie et les relations d’actionnaires….

Attention cependant, ça change un peu les idées, ça ouvre la réflexion mais ça ne défocalise pas et par conséquent il ne faut allouer qu’une durée choisie chaque jour à ces sujets permettant de contrer la focalisation sur les conséquences en oubliant les causes.

Défocaliser plus complètement suppose de ne pas penser à la situation ni actuelle ni future; ne pas penser donc à tout ce qui fait le sommaire des médias…. Soyez cigale ! Chantez, jouez (avec les enfants), entretenez votre forme physique, dansez, donnez libre cours à vos passions, travaillez même, mais toujours comme si ne rien n’était. Musique et littérature, … sont de bons dérivatifs. N’importe lesquels pourvu que vous en ayez. N’importe lesquels pourvu qu’il n’y soit question ni de distanciation, ni de bâillon, ni de virus, ni de test, ni de vaccin, ni de situation sanitaire, psychique, sociale ou économique. Léger, léger, léger…..

3) Fatiguer

Dans les prisons, on prive les prisonniers de sommeil; on les interrompt sans arrêt pour un rien. Dans la vie courante ordinaire, le consumérisme, les carences d’infrastructures, les complexités bureaucratiques, les difficultés informatique, les surcharges de travail, la pression sur les volumes et la qualité, tout ce qui stresse fatigue énormément. la fatigue est perçue à l’échelle de la sensations générale mais elle existe sans perception aussi à l’échelle biologique du système immunitaire.

Si vous essayez de maintenir une vie normale avec toutes sortes de contraintes supplémentaires à celles déjà nombreuses, vous vous dirigez vers la case épuisement en passant éventuellement par la case dépression. Les anxiolytiques communs (nourriture, tabac, alcool, canabis) ne vous sauveront pas plus que les anti-dépresseurs destructeurs de la mémoire (mieux vaut encore s’adresser au professeur Fourtillan pour mettre un patch à la valentonine pour dormir)

Plus on est stressé, moins on dort, moins on dort plus on fatigue, plus on fatigue et plus on perd lucidité et volonté. Or le courage pour résister avec lucidité demande de la volonté. Par conséquent il faut tout faire pour rester en forme.

La règle essentielle, c’est bien sûr de défocaliser comme indiqué au paragraphe précédent, d’évacuer les tensions par l’exercice physique mais c’est surtout de choisir de se consacrer uniquement à des activités importantes et pour les indispensables de s’entraider collectivement pour les réaliser. Par exemple pour éviter la torture par le port hyper rigoureux du baillon, pour éviter les vaccins forcés particulièrement dangereux entre 12 et 17 ans, inscrire les enfants au CNED et faire école à la maison (beaucoup plus efficace que le conditionnement scolaire https://www.youtube.com/watch?v=H8p-7N_DNVk)

4) Menacer

La menace c’était l’annonce du président comme quoi des décisions difficiles l’empêcheraient de se représenter. Une fois entendue la menace doit être prise au sérieux. Mais il faut juguler la crainte, l’inquiétude, et tout ce qu’on peut regrouper comme sentiments sous le terme de « peur ».

« De tout ce qui vit, la peur est ce qui nait le plus vite » a dit le philosophe. Les neurologues le savent bien, l’activation d’une peur émotionnelle du limbique incontrôlée par le rationnel du cortex est très dangereuse pour les décisions. L’état de sidération (troisième état différent de la lutte et de la fuite) désactive le cortex et donc laisse libre cours au pilotage de l’individu exclusivement par sa peur irrationnelle.

S’attendre au pire, reconnaître la terrifiante finalité, avoir identifié la tactique des petits pas et deviner le prochain coup évitent l’effet de sidération. Le narcisse au pouvoir adore l’audace et donc joue à fond sur la sidération. Il faut le remettre en perspective. Seul, même à cette place, il ne peut pas plus qu’en matière de latitude économique vis à vis de l’Europe, c’est à dire …. rien ! Et même tous les valets du 1% ensemble, sans les médias sans la peur, ne peuvent rien. Ce sont des colosses financiers aux pieds d’argile. Un peu « d’eau » (ici union, organisation, discipline) et il (ils) tombe(nt)…..

Ecoutez la menace, prenez-la au sérieux et agissez. Après les nouveaux « ausweis bitte », quelle est la rétorsion suivante ? Préparez comment lutter contre cette ou ces menaces et dormez tranquille ! Restez confiant quoiqu’il advienne et si vous avez coupé les médias c’est plus facile. La biche hypnotisée par les phare de la voiture qui fonce sur elle se fait percuter. Celle qui fait un bond n’a rien. On a vu des troupeaux de buffles chasser des lions.

Jaugez la menace, trouvez les parades à plusieurs, imaginez les contre-attaques, préparez l’organisation de combat immédiate et de longue durée et appliquez. Tout le reste, et notamment les états d’âme, peut-être même bien les amendements aux lois et les actions juridiques… ne sert à rien.

Les apparences de la résistance juridico-politique sans les faits concrets au niveau technico-économiques sont inefficaces et même contre-productives car pendant ce temps on ne contrarie pas vraiment et on se berce d’illusion.

La barbarie commence dès qu’un ordre inférieur commande à un ordre supérieur. Nous avons à faire à des barbares parce qu’ils s’assoient sur les lois qui protègent le peuple et créent les lois qui vont l’asservir. Ce faisant, ils font prévaloir leurs intérêts technico-économiques sur l’ordre normalement supérieur du juridico-politique qui protège le faible et l’intérêt général contre les dérives ne répondant pas aux limites du bien et du mal découlant de l’ordre d’Amour.

Engagez-vous, faites confiance au collectif, faites-vous confiance tous bords confondus, unissez-vous concrètement….. et dormez sereins… Les menaces ne doivent pas plus vous impressionner que les rodomontages de combattants ou de rugbymen avant un combat ou une compétition.

Parce que ce sont nos vies et celles de nos enfants, nous sommes déterminés; et parce que nous sommes tous si fermement résolus, si complètement concentrés sur la victoire, c’est vous, c’est nous qui gagnerons cette guerre que le le 1% vient de déclarer au peuple toutes classes confondues !

5) Soulager ponctuellement

Dans sa grande bonté, les tortionnaires vous autorisent d’une main à baisser les baillons mais dans certaines circonstances, à circuler non pas librement mais presque dans des limites étroites, tandis qu’ils se préparent à vous inoculer de force des produits inutiles et dangereux.

Il n’y a là aucune bonté, c’est jusque que comme disait le grand Jacques Brel, « on s’habitue, c’est tout » Or les tortionnaires ne veulent pas que vous vous habituiez parce que cela émousse leur pouvoir de vous briser phychiquement pour arriver à leurs fins.

Pour contrer cela, il faut simplement connaître le procédé et s’y attendre. Campagnol l’avait signalé dans une de ses chroniques hebdomadaires https://odysee.com/@campagnoltvl:2? la rémission annonce la reprise des hostilité.

Il convient de saisir ces rémissions pour préparer la lutte contre la prochaine salve; comme on fourbirait ses armes dans la tranchée avec la ferme intention de repousser le prochain assaut de l’ennemi. Dans le désert, si vous proposez de l’eau à un bedouin, il va la refuser. Il ne veut pas perdre ses habitudes. Il faut faire comme lui et mépriser la « magnanimité » des tortionnaires. On peut en profiter pour respirer mais il ne faut surtout pas espérer, ni même reprendre la vie « comme avant ». Il faut au contraire se fortifier dans la haine de cette perversité et la volonté de lui résister.

6) Dévaloriser

Complotistes, extrême droite, islamo-gauchistes, populistes, judéo-bolchéviques…. les discrédits de ceux qui pensent plus juste, de ceux qui voient plus lucidement, de ceux qui ne pensent pas comme l’ont indiqué les nouveaux et anciens chiens de gardes des dominants, de ceux qui ne pensent pas donc comme les scientifiques corrompus par les groupes pharmaceutiques, de ceux enfin qui ne vont pas dans le sens des petits arrangements entre politiques et financiers (Blackrock, Rotschild, Gates, Rockfeller, Goldman Sachs, JP Morgan, Arnaud, Niel, Lagardère…) ne manquent pas.

Il ne faut pas s’y tromper, quand on est dans cette catégorie dans ce système à bout de souffle, dans cette société malade, c’est qu’on est sain ! Être critiqué par des pilleurs, des corrupteurs, des assassins systémiques et leurs valets, ou simplement par des perroquets crédules, c’est comme recevoir la légion d’honneur. C’est aussi une triple reconnaissance d’intégrité, d’engagement et de courage. Il ne faut pas bouder son plaisir….. Et vu comme cela, la tentative de dévalorisation s’en trouve, au plan psychique, magistralement retournée contre l’agresseur. Du beau judo !

On peut d’ailleurs si on en a envie s’adonner au même jeu dans l’autre sens. Mathilde Panot et Pascal Ruffin ne sont pas mal dans cet exercice à l’assemblée quand ils vilipendent gouvernement et députés de l’extreme-centre comme ils le méritent pour leurs incuries individuelles et collective. Cependant, il faut savoir, car la neurobiologie le démontre par scanner comme la sociologie (Zimbardo), que c’est cette dévalorisation de l’autre, du groupe des « eux » par rapport au groupe des « nous » qui ouvre la porte à toutes les barbaries. La menace est donc tout sauf anodine et il convient comme l’ont fait récemment les Insoumis de stigmatiser ce qui est bel et bien une agression.

7) Impressionner

Pour impressionner le prisonnier, on va lui faire voir des démonstrations de force. L’exemple terrible de torture d’autres prisonniers, des sévices sexuels en masse comme dans la prison d’Abou Grahim…. Une réponse disproportionnée d’Israel vis à vis de la Palestine; des balles qui explosent dans le corps en détruisant tous les tissus. C’est aussi ce que font les terroristes quand ils envoient des vidéos d’exécutions.

Dans la torture sanitaire de masse, ce sont les chiffres déconnectés du contexte, les séquences télévisuelles de réanimations, qui sont destinées à impressionner. L’idée est de saper tout espoir du prisonnier tant qu’il n’a pas parlé. Ici c’est l’espoir des prisonnier tant qu’ils ne sont pas vaccinés que l’on sape.

Pour cette technique encore, il suffit de ne pas y croire, de ne pas se laisser impressionner ni par la logistique, ni par le médiatique, ni par la confiance démesurée en des connaissances pourtant embryonnaires malgré leur degré technologique sur le fonctionnement des cellules, des virus, du corps humain. Il suffit de savoir que c’est de la propagande, de la propagande du camp opposé dans cette guerre du 1% contre tous les autres classes.

8) Dresser

Ruffin l’a bien fait remarquer à l’Assemblée Nationale, le monarque nous fait « jouer à Jaques à dit ». Ce qu’il n’a peut-être pas identifié comme le huitième et dernier principe du tortionnaire psychologique selon Biderman : dresser par une succession d’exigences absurdes. La liste est longue en ce qui concerne les baillons (sans effet puisque les virus flottent dans l’air même sans aérosol et qu’ils sont 8000 fois plus petits que les mailles et qu’on en respire entre 17 000 et 100 000 par minute), les distanciations ici et pas là, les auto-attestations, les vaccins qui (en plus d’être dangereux) ne protègent pas….

Passer par les fourches caudines seulement quand on ne peut pas faire autrement et toujours sans être dupe est une première solution. Résister sur le terrain en argumentant car comme disait Lénine : « les faits sont têtus »; déstabiliser voir stigmatiser les policiers improvisés dans l’exécution pointilleuse des règles est une seconde solution. Mais la liberté n’est pas compatible avec le dressage et chacun doit comprendre qu’il s’agit d’un conditionnement à la soumission et non pas de gestes sanitaires. Ce qui serait d’ordre médical, ce serait de soigner mais cela, comme l’usage des médicaments est interdit.

Conclusion

La connaissance de ces 8 techniques de torture psychique massivement appliquées à la population est indispensable pour rester sain et pour résister à cette nouvelle dictature mondiale qui s’installe. Cependant, pour paraphraser ce nécrophile fanatique de Winston Churchill : Comprendre est une chose, mais agir chacun et ensemble à partir de ce que l’on a compris est tout ce qui compte !

Share and Enjoy:
  • Print
  • Digg
  • StumbleUpon
  • del.icio.us
  • Facebook
  • Yahoo! Buzz
  • Twitter
  • Google Bookmarks

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *