Erreur d’analyse et conditionnement idéologique


Share

Je voudrais réagir à l’analyse par « la gauche » de la déclaration des militaires en retraite appelant ceux d’active à prendre le pouvoir car,  cela me semble tomber dans Le travers qui (nous le peuple) nous mine.

Croire qu’on va pouvoir reprendre le pouvoir des mains de ceux qui l’ont actuellement par les urnes est une grave erreur de jugement sur leur nature. Je ne vais donc même pas juger du procédé jugé illégal par les médias du capital mais devenu légitime au titre de la déclaration des droits de l’Homme et du citoyen de 93 qui prévoit dans son article 35 que « quand le gouvernement viole les droits du peuple se rebeller est un devoir ».

Je vous propose de nous concentrer sur l’analyse de l’évènement et pour cela de faire d’abord un petit détour par Tatiana Ventose :

Empêcher la jonction du prolétariat et du sous-prolétariat

J’avais déjà noté, place Bellecour un samedi en Gilets-Jaune, avec quelle promptitude deux pauvres malheureux jeunes typés banlieue éblouis par la lumière en émergeant naïvement du métro, avait été immédiatement et prestement refoulés par les forces en tenue de la répression accompagnées de ceux sans tenue abandonnant leurs couverture. Cela s’était fait d’un seul mouvement dans un réflexe si collectif, si énergique, si immédiat, si spontané qu’on ne pouvait douter que des ordres très précis aient été donnés à leur sujet : Il ne faillait surtout pas que les Français laissés pour compte tissent des liens avec les Français dans la galère. Il ne fallait surtout pas que les classes du prolétariat et du sous-prolétariat se rassemblent.

L’union fait la force, l’homogénéité fait la dynamique

Même de jeunes esprits éclairés élevés à gauche s’en aperçoivent : Dans une vidéo d’avril 2021) à propos des repas « caviar champagne sans fard ni masque » des riches à l’hôtel Meurice, Tatiana Ventose a (enfin à gauche) mis le doigt sur un point que je défends depuis longtemps en même temps que je soutiens la FI : celui du talon d’Achile que représente la division du peuple et par corollaire la contre-productivité du sectarisme idéologique des partis; tous les partis…..

La république c’est « une et indivisible ». La république c’est l’intérêt général d’abord. La république c’est le contrôle des agissement de la police et de la justice; par les représentants du peuple et quand ils sont défaillants ou en défaut de représentativité par le peuple directement; c’est à dire les réseaux sociaux.

La république c’est le mêmes traitement pour tous; les masques, les restaurants, la fibre, les trains, les écoles, les maternités et la poule au pot tous les dimanches… dans les villages autant que dans les villes… N’en déplaise aux capitalistes épiciers bornés, la rentabilité ne vient qu’en second ordre ! Les rois le savaient bien et les financiers modernes qui pendant des années ont financé des médias pour en prendre le contrôle le savent bien aussi….

C’est l’union qui compte et qui fait la force; les principes idéologiques ne font que les divisions. Cela ne suppose des inégalités modérées compatibles avec l’espoir d’une vie meilleure par le mérite pour les enfants de ceux moins satisfaits que d’autres. Je vous le prédit, la 6ième république commencera non pas par une constitution mais par une nuit du 4 août ! …. Si c’est dans le cadre d’une prise de pouvoir militaire ce sera sans frais, si c’est dans le cadre d’une révolution ce sera à relativement peu de frais, si c’est dans le cadre d’une guerre civile, ce sera très cher….

C’est cette orientation des choses après la répression du peuple des Gilets-Jaunes qu’ont bien analysée ces militaires en retraite ; apprécier les situations avant de combattre, c’est leur métier. Et plutôt que de subir, mieux vaut prendre les devants; amputer plutôt que mourir.

Abolir sinon les partis, au moins les divisions partisanes

Il n’est sans doute pas innocent de souligner que Tatiana Ventose a quitté la FI comme Cuzmanovic avant elle. La FI ne veut pas entendre, son leader en tête, c’est qu’elle doit s’ouvrir à tout le peuple si elle veut trouver le chemin du pouvoir. Probablement que dans les partis des « droitistes » on n’entendrait pas l’inverse d’avantage. Pourtant si les « deux morcelés » voulaient faire un pas vers l’autre, on n’aurait plus besoin de chercher l’union par la solidarité militaires pour rassembler et moins besoin de méthodes musclées. Les militaires pourraient s’en retourner à tenir les empires bureaucratiques, financiers, étatiques… prédateurs et leurs proxys en respect.

Imaginer droite et gauche réunies, c’est la bête noire des dominants extrémistes du centre. C’est ce que viennent implicitement de faire les militaires en retraite dans leur appel : ils ne se sont placés ni à droite ni à gauche, ils se sont placés dans l’intérêt général de la France et donc des citoyens français.  

Madame Le Pen a su très habilement récupérer cet appel mais il n’en demeure pas moins que ce n’est pas le sien. Ils le lui ont fait savoir dit. Il y avait un espace pour JLM et la FI qui aurait consister à la appuyer peu ou prou. Mais voilà, les a priori idéologiques et le clientélisme ont parlé. JLM est apparu comme un apparatchik alors qu’il nous faut un chef de guerre au 1% entouré de ses médiocres zélés et malgré-eux.

Car ce n’est pas parce qu’on est militaire qu’on est fasciste. Cela veut juste dire qu’on dispose d’organisation, armes et méthodes pour combattre les menaces pour la collectivité. Quoiqu’on les caricaturât à tort mais avec facilité avec une vision hérité de 1914, les militaires, plus encore de hauts-rangs, sont suffisamment fins pour choisir sous quel angle ils engagent une bataille : Leur appel sous cette forme est destiné à leurs collègues d’active de tous bords parce qu’ils savent que pour reprendre le contrôle des intérêts de la communauté, il faut être forts donc armés face à des brutes épaisses fanatisées et corrompues qu’il ne faut pas espérer pouvoir ramener à la raison. La réponse aux sanctions du pouvoir signée par le général Piquemal à l’attention du médiocre chef d’état major des armées le montre bien. Comme le souligne le site www.place-armes.fr leur appel s’adresse aux opinions de gauche comme de droite chez les militaires d’active car, eux, en bon stratèges, ils ne veulent pas de division ! Sans doute pour la même raison ne veulent-ils pas non plus, comme les Gilets-Jaunes de récupération. Ils veulent simplement l’union des forces; celle qui fait tellement défaut au peuple….. La grosse différence avec les Gilets-Jaunes c’est qu’eux ont déjà un chef et qu’eux sont organisés et pas trop tenté par les rêveries conceptuelles ou idéologiques.

Tout ce qui s’écrit en ce moment, qu’il s’agisse du dénigrement de gauche comme de la récupération de droite est à la fois une erreur d’analyse de leur démarche et un mécanisme d’échec. L’erreur d’analyse vient du conditionnement idéologique lequel fait retomber tout le monde dans l’immense travers du fossé idéologique artificiel ; celui qui permet aux médias de jeter de l’huile sur le feu en permanence et qui permet in fine aux dominants actuels de continuer à dominer pour le plus grand profit du 1%.

La peur des extrémistes du centre

les Vieilles recettes ne fonctionnent plus

Le cerveau est adaptatif. Ce qui faisait de l’effet la première fois n’en fait plus la dixième. Le mécanisme de masse est plus lent mais il est le même : L’accoutumance à la propagande médiatique, aux discours politiques, aux raisonnements moralisateurs prétendument philosophiques des journalistes et autres caciques des médias les annihile. Les vieilles méthodes ont fait long feu.

C’est l’heure du retour à la réalité qui affole les chiens de garde intellectuels et médiatiques; ceux qui ont volé dans les plumes de Tatiana Ventose. C’est l’heure de vérité qui fait peur aux politiques qui attaquent les militaires. toutes les catégories de médiocres zélés des valets du 1% sont bien conscientes que leur classe dominante asservie à ce 1% est allée mille fois trois loin dans les inégalités (Piketti, Stiglitz…). Ils ont trop bien servi leurs maîtres ! Ils sentent que le leurre sanitaire ne leur permettra plus de survivre bien longtemps mais ils n’ont pas envie de faire leur valise, de subir l’épuration, ni de cesser de traire et tondre les bêtes par toutes les méthodes coercitives possibles jusqu’à les tuer. Leur cupidité et leurs rivalités de puissance les empêche d’être exploiteurs durables ! Et dire que non conscients et non contents de cette bêtise crasse, ils se permettent de critiquer l’intelligence des Gilets-Jaunes, des cultures et des peuples colonisés ….!

Les fascistes sanitaires au pouvoir, tout incompétents qu’ils soient, ne se sont pas trompés sur l’importance du changement à venir pour eux. C’est pourquoi ils engagement si vivement des sanctions lourdes. Bienvenu chers militaires dans le club des syndiqués emprisonnés pour jet de confettis, destructions de chaises, ou chemines de cadre servile déchirée; Bienvenue chers militaires dans le club des Gilets-Jaunes mutilés; Bienvenue chers militaires dans le club des victimes du faux-problème sanitaire mal géré et exploité; Bienvenu chers militaires dans le club des bâtisseurs cassés dans leurs carrière par les incompétents….

Le moment de vérité approche

Tic tac, tic tac, comme l’avait dit JLM…. Les inégalités (Piketti le capital au 21ième siècle; Stiglitz le prix des inégalités…) sont telles que d’une manière ou d’une autre une remise à plat des inégalités se fera de toute manière; et pas forcément selon les plans de « la grande remise à zéro » du 1% des tenants de la domination mondiale. Contrairement à ce que voudrait nous faire croire la propagande du 1% avec Sapiens, Elon Musk ou Bill Gates, rien n’est écrit; ce sera une humanité saine et apaisée qui ira sur mars en démocrates sans masques et pas vaccinée !

Cependant, plus on attend pour amputer, plus la mort devient probable. Plutôt plus tôt que plus tard car passé un degré de dérélictions, en particulier avec la corruption généralisée, l’oligarchisme, l’instruction défaillante et le savoir faire industriel perdu, le phénomène devient irréversible. Diverses formes de colonisation en profitent parfois pendant plusieurs siècles ; Les africains le savent bien….

Comment faire ?

Sortir des carcans et stéréotypes

Tatiana Ventose, comme moi, comme Cuzmanovic, comme bien d’autres ont compris mais surtout osent dire qu’il est grand temps par les temps qui courent, de sortir de l’enfermement idéologique; sortir des stéréotypes. Par exemple, l’armée n’est l’ennemie ni de la démocratie ni du peuple. Elle est l’amie de l’intérêt général.

Il faut que les sectaires idéologiques de tous poils se rendent à l’évidence et changent leurs logiciels. Il faut que les sectaires idéologiques de droite comme de gauche éteignent leurs écrans et se mettent à penser, comme ces militaires : l’intérêt collectif d’abord, à l’intérêt général d’abord. Ils faut les sectaires idéologiques qu’ils oublient leurs certitudes, qu’ils considèrent ceux qui ne pensent pas comme comme aussi intelligents qu’eux ; et donc qu’ils écoutent au lieu de parler; qu’ils écoutent la réalité avant de répliquer avec des stéréotypes.

Chacun voit l’autre à travers le prisme de ses propres caractéristiques : Le gros de la troupe du peuple de droite, n’est pas plus fasciste que le gros de la troupe du peuple de gauche. Il a peur, il est mal dans sa vie, trop de choses ne vont pas et donc il cherche l’ordre, la justice, la sécurité et l’intérêt national. Il le voit par des moyens énergiques et francs; c’est bien différent du fascisme. Si on lui donne ce résultat ou même une amélioration sensible par d’autres moyens, il ne sera pas regardant. Certes il est conditionné dans son mépris pour les idées de gauche mais si l’on remplace droite par gauche dans ce qui précède on a trait pour trait le même schéma ! Tout au plus un peu plus de souplesse et de générosité dans les solutions mais avec les mêmes attentes fondamentales.

Marginaliser les idéologues

Des extrémistes, il en existe dans toutes les idéologies politiques, dans toutes les religions et plus généralement parmi tous les groupes d’activistes de causes. Le totalitarisme, c’est le fait pour un groupe d’extrémistes relayés par des sectaires idéologiques, zélés ou malgré-eux d’être devenus dominants ensemble. C’est un excès indépendant des notions de gauche de droite de centre en politique, comme en religion…. Les chiens de gardes de tous poils, les députés LREM, le gouvernement et les très riches sont de ceux-là; mais aussi bon nombre d’intervenants d’appareils et de têtes d’affiches de partis.

La gauche n’avait pas su emboiter le pas aux Gilets-Jaunes. La gauche, FI que pourtant je soutiens, ne se rend pas compte qu’elle est une opposition contrôlée et donc molle. Ses plus fidèles ne semblent pas discerner que, de par son sectarisme idéologique, elle se fait l’idiot utile des dominants contre les dominés ; tous les dominés…..  

A bien y regarder, tout conditionnement évacués, c’est-à-dire en ayant écarté la queue extrémiste et le pourcentage sectaire idéologique inconditionnel, l’essentiel des gens, les peuples des modérés de droite et de gauche veulent tous la même chose : l’équité, l’intérêt général, la qualité de fonctionnement des institutions, la qualité de protection de l’environnement, la qualité de vie, la stabilité pour l’avenir, une direction pour construire ensemble….  bref, liberté, égalité, fraternité bien comprises et bien appliquées.

Ne plus craindre la dictature de droite : Les extrémistes du centre l’ont déjà mise en place !

Comme l’explique très bien sur Youtube le Dr Louis Fouché président de de Réinfo Covid, nous vivons un extrémisme totalitaire quasi planétaire. Décomplexé dans brutalité, glorifié par les médias, il met sans vergogne sous embargo tout peuple qui lui résiste; soit environ 120 pays forçant les dirigeants de ces pays à l’autoritarisme pour garder le contrôle et induisant les souffrance des peuples concernés quand ce n’est pas en leur faisant 60 guerres en 60 ans… Sous couverts d’apporter la civilisation ils exportent le mal. Une nouvelle forme de colonisation.

En Occident, et particulièrement en France et au Benelux, nous ne sommes pas entrés en dictature; nous y sommes bel et bien de plain-pied sous couvert de mesures sanitaires.

Cette dictature nous gouverne par un conseil de défense sans même un référendum, c’est déjà une dictature militaire donc…,  Après avoir mutilés les protestataires en gilets jaunes,  elle maltraite maintenant les santés physiques et psychiques de tous, elle augmente les morts par interdiction des médicaments efficaces ou par l’organisation des abandon de soins (lire les deux articles sur ce site : du covid 10 au statistiques et des statistiques au scandale), elle ferme les commerces, elle induit la torture psychique et légalise l’assassinat des vieux au Rivotril injectable, elle abandonne ou refuse les soins en ville comme à l’hôpital; let tout avant de nous contraindre tous à nous faire injecter des cocktails vaccinaux délétères mortels pour jouir du plus élémentaire droit de vivre libre en société.

En bourgeoisie du centre, chez les CSP+ qui dévissent sans s’en accepter de s’en apercevoir, les extrémistes fascistes ont déjà une majorité au pouvoir; Ferry par exemple voulait faire tirer sur les Gilets-Jaunes; nombre de petits commerçants fiers indépendants aujourd’hui subventionnés par l’état disaient égoïstes et méprisants : « ils nous emmerdent » . L’extrême centre, dans la banalité du mal, gouverne déjà non par l’armée mais par son chef d’état major dans le conseil de défense et la répression est commandé par le chef tristement célèbre et ambitieux de la nouvelle gestapo parisienne dont il faut tout particulièrement se méfier car lui, au contraire des militaires, est un fasciste !

Outre l’Histoire du communisme autoritaire, la gauche n’est pas en reste de potentiel fasciste. Ne m’est-il pas arrivé à plusieurs reprises de m’élever par courriel contre l’autoritarisme de militants de gauche zélés de la FI locale qui auraient voulu me faire taire ? Je ne suis ni le seul ni le premier à critiquer ce travers à la FI dont les têtes pensantes parisiennes n’en font qu’à leur tête et interdisent de dire par exemple qu’il valait mieux voter le Pen que Macron au deuxième tour…. Il y en a même un qui m’avait donné le résultat de sa véritable enquête de police sur mon compte parce que je n’avais pas « l’opinion du parti » (c’est-à-dire la sienne qu’il prétendait imposer) ! Moi c’est de celui-là dont je me méfie !

Quand je vois les décisions autoritaires qui sont prises par les nouveaux élus verts, dont la principale critique aux élections régionales était qu’ils se comportaient en « kmer verts » ils ne sont pas en reste de potentiel totalitaire. La seule différence avec les actuels fasciste en place c’est que ce ne sera plus au nom des religions économique supplantée par la religion sanitaire mais au nom de la religion climatique ou anti-nucléaire; deux bêtises : la première parce que l’influence de l’homme est dérisoire (1%) et que les températures de la planète sont dictées par les cycles de Milankovitch (la preuve la température moyenne de la terre n’augmente plus) et la seconde parce que l’évolution de la qualité de vie de l’homme passera par une énergie concentrée et des technologies toujours plus puissantes et délicates à maîtriser. (pour lesquelles un supplément d’âme et d’intelligence sont nécessaires)

A côté de ses travers, le chiffon rouge des bruns qu’agite la FI et la gauche relayant les médias et le jeu du pouvoir paraît bien pâlot. On voit mal ce qu’il pourrait faire de pire. « Soupçonnez-moi du meilleur » disait au piéton une expression du trottoir. Elle va bien à cette initiative des militaires basée sur la solidarité.

Le fascisme indissociable du peuple de droite est une caricature que tout bon idéologue du capitalisme met immédiatement à l’épreuve du communisme soviétique ou du socialisme allemand; mais surtout, pour ce qui nous concerne, cela reste un cliché, en tout état de cause un procès d’intention au futur alors que l’actuel fascisme est déjà bel et bien installé; bel et bien réel !

Désacraliser l’obéissance au droit

Comme l’avait déjà bien remarqué l’économiste Frédéric Bastiat (dans citations sur ce site), et avant lui les révolutionnaires rédacteurs de la déclaration des droits de l’Homme de 1793, le droit est rapidement orienté pour servir ceux qui dominent jusqu’à en devenir insupportable pour presque tous. C’est probablement la raison d’être de l’article 35 qui stipule que lorsqu’un gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est un devoir. Or le viol des droits du peuple, après le viol initial que constituait le détournement médiatique et de 600 000 voix lors de l’élection présidentielle, est devenu un viol répété à chaque séance de l’assemblée nationale croupion.

De même que se plier aux règles de distanciation sanitaire sans efficacité constitue un viol, de même que forcer les gens à se vacciner au risque de séquelles ou de la mort tout en ayant interdit de prévenir et soigner constitue un nouveau viol, que nasser, gazer, trainer par les cheveux, mutiler sans raison valable constitue encore un viol, que licencier massivement après avoir touché les subventions et versé les dividendes constitue encore un viol, que détruire sciemment à petit feu les systèmes sociaux et d’éducation est encore un viol, que laisser asservir la nation par la bureaucratie financiaro-anglo-saxonne est encore un autre viol… le devoir d’insurrection est largement justifié.

Il faut accorder sa conduite aux temps et les temps ne sont plus à la douce concertation pour des lois équilibrées dans l’intérêt général. Les temps sont à la prédation décomplexée et dont à la rébellion tout aussi décomplexée.

S’organiser

Les militants extrémistes de droite sont mieux organisés que les militants extrémistes dits anti-fachistes de gauche. Ils disposent de milices avec hélicoptères et, quoi qu’en disent les médias de la propagande, ils sont nos véritables terroristes de l’intérieur pour une partie de la population. Aussi déterminés et décomplexés qu’ils soient, il n’en demeure pas moins qu’ils ne sont qu’une minorité.

Les mieux organisés pour l’instant ce sont les milices des extrémistes du centre : Non seulement elles se baptisent « forces de l’ordre » (tout en semant la violence la haine et le ressentiment) mais les CRS actuels ou la BAC qui se lâche sont suréquipés et disciplinés; prêts à exécuter des ordres illégaux voire à en rajouter personnellement.

Après les Gilets-Jaunes de la France des territoires, voici que vient de surgir, tel un coup de semonce, la France, profonde elle-aussi, mais toutes classes sociales confondues et toute entière tournée vers l’intérêt général. En lançant cet appel, ces français sont entrés en rupture non seulement de fait avec les dominants mais aussi implicitement en rupture idéologique, sinon avec le capitalisme, mais au moins avec ses excès systémiques et ses effets. C’est une opportunité à saisir pour la gauche.  La gauche stratégique devrait immédiatement changer son fusil d’épaule, les appuyer, parler sous couvert de pluralité d’opinions personnelles au sein de l’armée avec le peuple de droite.

Dans les temps actuels, pour être président, il ne suffit plus de s’y voir et de faire campagne; Il faut du discernement stratégique pragmatique dépourvu d’émotions et de conditionnement idéologique. Il faut rassembler pour conduire une révolution…..  !

S’organiser est donc la première chose qui compte, car elle ouvre sur tous les possibles, et en particulier celui de reprendre le contrôle de nos intérêts communs : l’état français, la politique de la nation, les médias, l’intégrité politique, les banques, les traités et lois, l’économie…. Cette initiative de militaires, c’est aussi de s’organiser très efficacement avec des chefs dont c’est le métier et à qui l’intérêt général peut faire confiance.

Share and Enjoy:
  • Print
  • Digg
  • StumbleUpon
  • del.icio.us
  • Facebook
  • Yahoo! Buzz
  • Twitter
  • Google Bookmarks

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *