COVID-19 : Une pandémie du spectacle et de la peur


Share

Cher monsieur, permettez-moi de réagir à votre information de fermeture de votre établissement hôtelier « pour le bien de tous ». De toute manière j’allais vous appeler car ma mission vient d’être annulée pour la même raison. Votre décision de petit entrepreneur est louable et réglementaire mais je crains fort qu’en s’appuyant sur vos bons sentiments autant que sur un abus de pouvoir, on vous ait berné :

Il me semble en effet que ces décisions gouvernementales pour limiter la propagation de la variante 2020 de la grippe sont excessives et mal adaptées. De très nombreux virus grippaux nous affligent certains par régions tropicales toute l’année, d’autres dans l’hémisphère nord et il convient comme l’a écrit dans son livre le professeur Raoult, de différentier les « vrais danger et les fausses alertes ».

Malheureusement, comme pour les épidémies annuelles, si 85% ne se savent même pas contaminé si dans les 15% la grande majorité s’en tire après quelques jours de repos ou de traitement, il n’en demeure pas moins que d’autres en meurent. C’est par respect pour eux et pour leurs proches que j’ai changé l’ancien titre, trop provocateur de cet article; sans pour autant changer le sens.

Par cet excès décisionnel même, le confinement ne sert pas en fait comme vous le croyez « le bien collectif » mais au contraire une pulsion morbide, des intérêts pharmaceutiques, des perversions de crédits publics de recherche et perversions médiatiques et surtout l’autoritarisme moutonniers de petits marquis ministériels complaisants et incapables de la moindre réflexion autonome et sensée comme de fonctionner en mode crise.

Permettez-moi d’expliquer cela sous quatre angles :

Angle 1 : La guerre des classes :

Les dirigeants financiers, politiques et industriels actuels, le 0,1%, le 1%, le 10% même ne se soucient pas du bien collectif. Ils se soucient juste de préserver ce qu’ils considèrent comme le troupeau qui va leur fournir leurs rentes. Ils veulent juste conserver leur pouvoir sur lui pour accumuler du capital et entretenir leur besoin de supériorité morbide. Le livre « le capital au 21ième siècle » du professeur-chercheur en économie Thomas Piketty et de ses thésards montre bien par l’histoire sur deux siècles que l’accumulation du pouvoir par le capital est leur seul souci. C’est parfaitement cohérent avec la reconquête idéologique par les théories économistes dans son intérêt que décrit Serge Halimi dans le grand bond en arrière.

  • S’ils se souciaient de l’intérêt général ils permettraient l’existence d’un bien collectif. Ils ne procèderaient donc pas à la casse de l’état social, cette part des activités de l’Etat née pendant la deuxième guerre mondiale ; part complémentaire de l’état excluivement régalien (armée, police, « justice ») qui prévalait jusque-là. Médecine du travail ravagée, code du travail taillé en pièce, droit de grève mis à mal, retraites confiées à Axa ou Blackrock et aux aléas du casino de spéculation financière…. L’état social n’existait pas avant 1914 et il a fallu deux guerres mondiales et une grande dépression pour y parvenir. C’est une merveilleuse construction des sociétés humaines avancées pour 90% de la population. S’ils se souciaient de son bien ils ne le détruiraient pas méthodiquement avec autant d’entrain.
  • S’ils se souciaient du bien de chacun et de tous, de l’intérêt général. Ils ne vendraient donc pas les actifs d’état qui rapportent sensiblement plus que la croissance (le rendement moyen d’un capital est d’environ 5% pendant que la croissance est d’1%). Qui plus est les 4% en moyenne permettent d’alléger le payement les intérêts de la dette empruntée à taux très faible voire négatifs. Une fois ces actifs collectifs vendus, il faudra prélever ou emprunter ces 4% en plus ou faire autant de coupe sombre dans les systèmes utiles à tous. C’est idiot. Ou plutôt non, c’est particulièrement intéressant financièrement pour le 1%. En effet non seulement cet argent va lui profiter mais légalement ou illégalement il va priver l’état des rentrées d’impôt sur ce capital nouveau comme sur l’ancien. Ce qui lui permettra de prêter encore un peu plus à l’état déjà endetté. C’est donc non seulement un pillage des biens publics mais aussi une mise en dépendance de plus en plus forte de notre bien commun qu’est l’Etat français
  • S’ils se souciaient de l’intérêt général, ils n’auraient pas permis que l’on démantèle tous les réseaux capillaires qui irriguaient le pays disons jusqu’en 70. La république une et indivisible, les humains qui naissent libres et égaux en droit cela implique d’avoir le même service public sur tout le territoire (la Poste nationale, la SNCF nationale, les télécom nationaux, les infrastructures de l’eau et de l’énergie nationaux, et les commerces d’autres biens et services locaux privés…).
  • S’ils se souciaient de l’intérêt général, ils ne tolèreraient pas la politique de l’euro fort qui ne sert qu’aux retraités allemands et laisseraient filer gentiment l’inflation qui réduit la dette. Parallèlement ils instaureraient un impôt progressif sur le capital, sur les revenus du capital et sur les successions de sorte que l’Etat social, l’état régalien, l’état entrepreneurial ne manque de rien et soit libre puisqu’il n’aurait plus à emprunter. Au passage ils ne tolèreraient pas les 160 milliards par an d’évasion et de fraude fiscale qui accumulés dans les paradis fiscaux totalisent rien moins que 10% du PIB mondial dont on peut penser que la part de la France est particulièrement élevée.
  • S’ils se souciaient de l’intérêt général, les pseudo « serviteurs de l’Etat » ne formeraient pas une caste méprisante et n’iraient pas, président en tête, pantoufler dans le privé pour se faire rémunérer leur services précédemment rendu en tant que hauts fonctionnaires ou politiques ; et bien sûr ils ne mettraient pas dans des paradis fiscaux au nom de leurs épouses, ou famille, leurs petites fortunes acquises à coup de compromissions au détriment du pays.
  • S’ils se souciaient de l’intérêt général, au lieu de cette focalisatio imbécile sur leur fortune ils auraient une vision de notre avenir industriel, technologique, économique…. Ils planifieraient la transition énergétique ou plus généralement l’avènement pratique de l’idéologie de la qualité pour tous.
  • S’ils se souciaient de l’intérêt général, les méritants prendraient l’ascenseur en montée et les incompétents descendraient de l’échelle sociale.

Or rien de tout cela, rien n’arrive.

Manière 2 : Le virus révélateur de société

C’est dans ce cadre général d’insouciance vis-à-vis du bien public et même d’agressivité qu’intervient un petit virus promu par des décisions chinoises de confinement de la population spectaculaires. La propagande des médias du 1% emmené par la puissance capitaliste et impérialiste rivale : les Etats-Unis d’Amérique et accompagnés par leur dominions, France en tête, sème la panique mondiale.

Dans un système à l’agonie conduit par des dirigeants aussi narcissiques qu’incompétents, entourés de flatteurs (émission du premier ministre à l’heure de plus grande écoute chez Bouygues) et de petits marquis, c’est-à-dire accompagnés des seuls profils adaptés au maintien de la phase de décomposition du système actuel prennent de mauvaise décision :

– en environnement comme en santé sécurité, c’est un grand principe que de prévenir à la source. Par conséquent, limiter la source de la contagion c’est porter un masque. Le masque n’étant pas cher on peut demander à tout le monde de le porter. Juste après dans l’ordre hiérarchique de prévention, vient la limitation des sources de contagion avérées. Pour cela, c’est le dépistage et le confinement des seuls contaminés.

– Comme on n’a rien et qu’il faut bien donner l’impression de faire quelque chose, comme plus c’est gros mieux ça marche, on décrète un confinement auquel on s’empresse de donner des passe droits ; notamment aux industriels américains. Or les études de propagation atmosphériques de Lydia Bourouiba le montrent, les virus flottant dans l’air étant dispersé gentiment au gré de la météo, le confinement est très peu efficace ; sinon pas du tout.

– Mais le confinement généralisé rassure : on lutte tous ensemble et donc on appartient au groupe et donc le groupe protège chacun. Il valorise aussi : il y a les petits héros qui acceptent la contrainte, les moyens héros qui acceptent malgré la peur panique qu’on leur a instillée de travailler et les grands héros qui se dévouent à l’hôpital.

– Vous ne le saviez peut-être pas car le battage médiatique, bien qu’intense a « oublié » de vous le préciser mais comme le montre le graphique ci-dessous, la grippe saisonnière (la pandémie deviendra une grippe saisonnière) fait habituellement entre 5 000 et 10 000 morts par an en France et 400 000 toujours par an en Chine. Ainsi cette omission stimule votre peur et prive votre intelligence : Vous risquez de mourir ! Au cas où vous ne le sauriez pas déjà, je vous l’annonce : la vie est une maladie mortelle !

– En 2016, année particulièrement sévère pour la France, il y avait eu 200 morts par jour en moyenne sur une durée de deux mois. La route faisait encore 3248 morts en 2018. Pourtant à l’époque, de tout cela on n’entendait pas ou peu parler.

– cette année 2020 nous étions parti sur une année exceptionnellement basse de mortalité grippale de l’ordre de 1000 morts à fin février, mais le virus grippal 2020 a tout compromis et va probablement si l’on en croit le pic passé, nous amener dans la moyenne des 10 000 décès sur la saison malgré son démarrage tardif. Si cette version 2020 s’arrête comme souvent avec l’arrivée de l’été.

– Contrairement à ce qu’on pourrait penser en écoutant les médias, tout le monde de meurt pas de la grippe ; pas plus de celle-là que des précédentes. Ce n’est pas la peste ni le choléra. Un jeune tunisien me racontait qu’un de ses amis, un parisien de 27 ans avait eu la grippe avec les symptômes du virus star et avait été diagnostiqué comme contaminé. En guérir lui avait pris une semaine comme pour n’importe quelle grippe. Les exemples de ce type sont fort heureusement nombreux ; mais ils n’intéressent pas les médias car il n’y a pas de quoi faire pleurer dans les chaumières. Comme au cirque chez les romains, il faut des (télé)-spectateurs, il faut des gladiateurs, il faut du sang !

– Il faut savoir qu’en France on ne dépiste pas: on teste les gens en réanimation ! On pourrait tout aussi bien ne tester que les morts et on aurait 100% de mortalité… Les chiffres français donnés actuellement permettent d’apprécier grossièrement l’inefficacité par construction de notre système médical par rapport à l’Allemagne et malgré tout le dévouement du personnel; mais certainement pas la nocivité du covid19. Son taux de mortalité est d’approximativement 0.2-0.4%, comme toutes les autres grippes.

– on notera que la perspective est toujours masquée dans les chiffres délivrés par les médias. On indique le nombre de décès (ans coefficient d’incertitude sur l’origine) sans la rapporter à la population d’une part et sans comparer le ratio cumulé du taux de décès suite à détresse respiratoire à celui des épidémies de grippe précédentes. Comment cela ? Malgré tout vous n’avez toujours pas peur ! Mais comment comment ? On vous le sous-entend, vous devez avoir peur !

– le pneumologue Dr Wolfgang Wotan, (en allemand sous-titré en anglais) a toute l’expertise pour confirmer : https://www.youtube.com/watch?v=p_AyuhbnPOI . Il a décidé de donner l’alerte parce qu’il a jugé que l’erreur prenait des proportions invraisemblable. Le Pr Raoult préfère focaliser sur la troisième démarche curative précoce avec l’hydroxychloroquine et l’azitromycine mais il n’en est pas loin dans son livre.

– Singapour où il est devenu culturel de porter un masque sanitaire dès qu’on est malade a imposé le masque à tous en permanence en public (Taïwan). Il n’a pratiquement aucun cas déclaré et pas de mort à déplorer ; tout en préservant les libertés individuelles et l’activité économique…. Et donc même si on n’accepte pas la situation des années précédentes il existe des remèdes plus simples et plus efficaces.

Angle 3 : les emballements scientifico-médiatique, pharmaceutiques

On voit les gens se frotter compulsivement les mains après y avoir mis du gel hydro-alcoolique toutes les 5 mn alors qu’ils sont restés assis et n’ont rien touché. Les rues sont vides mais à la moindre incartade les PV pleuvent. Les chiens sont lâchés et les serviettes périodiques ne sont pas considérées comme indispensables par les pandores. Qu’on la leur coupe, ce n’est pas indispensable non plus ! Mais où est donc passé le marché de Brive la Gaillarde…. Fermé sans doute pour laisser l’alimentation à discrétion de la grande distribution.

Comment en est on arrivé là ?

Au 3ième trimestre 2019 un laboratoire de recherches biologiques militaire américain doit fermer une partie de son activité après une perte de confinement. Une petite épidémie de grippes s’ensuit alentours tandis que des athlètes militaires contaminés s’en vont participer aux championnats mondiaux à Wuhan, ville de 11 millions d’habitants (presque Paris donc) où existe un centre de recherche biologique et donc une concentration de virologue comme de virus.

Les athlètes américains contaminent involontairement des gens en visitant la ville et pour une raison inconnue une concentration se produit sur un marché.

Les nombreux virologues du lieu se mettent en valeur auprès des politiques et le gouvernement chinois, après avoir emprisonné trois semaines les 6 médecins dont un décédé du virus qui avaient donné l’alerte sur l’épidémie nouvelle, sur-réagit de peur de perdre la face vis-à-vis du monde et de la propagande américano-capitalistico-libérale. Trop tard l’épidémie s’est propagée, il ne leur reste plus qu’à confiner et à construire un méga hôpital de campagne pour montrer qu’ils prennent le problème à bras le corps ; que la Chine est un pays développé futur empire du monde.

Les dirigeants des autres pays contaminés tour à tour, surtout les pays européens, se doivent pour démontrer la supériorité de leur idéologie de faire mieux que la Chine. Ils sur-réagissent à leur tour compte tenu de l’attention médiatique qui vient d’être donnée à la Chine et à la peur que la forme choisie (voir précédemment l’absence de perspective temporelle et de relativisation numérique)

Les médias, en bons chiens de berger du troupeau, affolent le troupeau le poussant dans le sens voulus par les dirigeants-bergers que sont l’industrie pharmaceutique et les médecins. Comme d’habitude, ils digèrent mal les statistiques, acceptent ou créent toutes les erreurs pseudo-scientifiques. Ils répètent des informations fausses par omission. La psychose bat son plein et le troupeau français guidé par son chef narcissique court maintenant à bonne allure, tel les moutons de Panurge, se précipiter avec son économie du haut de la falaise.

Rien ne sert de dépenser inutilement : la gaffeuse gouvernementale vous l’a expliqué, « le masque ne sert à rien » et de toute manière « vous, (les gueux, les riens, les sans dents) ne sauriez pas le mettre »… On ne boit plus dans des tasses, il est vraisemblable que dans leur esprit de classe zélite, ils pensent qu’on ne saurait pas les laver puisqu’on ne sait pas porter un masque ! Seulement des gobelets jetables; ils sont bons pour l’environnement brusquement…. J’ai même vu une dame reprocher à un vigile de supermarché filtrant les entrées d’une file où chacun laisse un vide sanitaire d’un mètre, de s’être trop approché du premier de cordée. Les médias avaient oublié de lui parler des recherches de Lydia Bourouiba sur la propagation des aérosols jusqu’à 6 m et de la durée de vie des virus de plusieurs jours en milieu humide. Jusqu’au comptoir de la pharmacie où l’on se tend à bout de bras le terminal de paiement par carte et où il n’y a plus de lingette désinfectante… C’est une psychose car plus c’est grave plus on se protège, plus on se protège plus c’est grave ; s’ajoutant au plus on en parle plus c’est grave, plus c’est grave plus on en parle….. ad libitum des moyens de communication radio, télé, internet

Mieux aurait valu tenir compte du rapport du professeur Raoult de 2003 et conserver les stocks stratégiques de masques, y ajouter des stocks de tests et faire provision d’hydroxychloroquine et d’azithromycine lorsque les chinois ont commencé à confiner. Mieux aurait valu, organiser une saine information pour adultes responsables des français; Mieux aurait valu, à la lumière des années passées, planifier une organisation de crise des hôpitaux pour passer les deux à trois mois d’une épidémie limitée par cette prévention aurait été bienvenue. Mais voilà, à moins qu’ils n’en aient reçu l’ordre par les politiques ou qu’ils se soient censurés, les petits marquis de ministères, sûrs d’eux, imprégnés de l’idéologie de réduction des dépenses de l’Etat ne préparent rien, ne se mettent pas en grève, n’alertent pas leurs syndicats, ne disent rien d’éventuels dysfonctionnements au Canard Enchainé, au Media, à QG Media ou à Mediapart où un journal d’investigation qui écrirait un livre circonstancié. C’est moins fatiguant et c’est moins cher de ne rien faire et on gagne pareil. Comme le nuage de Tchernobyl, le virus s’arrêtera bien tout seul aux frontières ; parce que c’est la France tout de même !

On peut comparer avec la préparation de pays comme Singapour où le masque pour tous a été imposé avec succès, avec l’Allemagne où la détection plus prévention fait merveille et où, avec le double de lits par habitants, ils sauvent 19 personnes sur 20 quand ça ne suffisait pas. Ce n’est donc avant tout qu’une manière idéologique et narcissique de gérer les pays et en particulier, la France qui s’exprime en Europe latine comme en Grande-Bretagne et aux Etats-Unis d’Amérique du Nord.

Est-ce cela prendre en compte l’intérêt général ?

Angle 4 : les brèches économiques, idéologiques et totalitaires

La brèche économique est bien préparée :

A quoi rime le classement de la chloroquine comme substance vénéneuse par la ministre Buzyn juste avant l’épidémie ? Que signifie cette opposition décennale constante de l’INSERM dirigé par son mari, monsieur Levy contre les préconisations de molécules pas chères chères aux intérêts américains mais contraires aux intérêts santé et économiques des français ? A quoi rime ce comité scientifiques de badernes qui échafaudent un stratagème pour déconsidérer l’hydroxychloroquine en la faisant interdire en administration précoce où elle fonctionne pour la réserver aux cas désespérés où on la sait sans effets ?  La réponse on la connaît et c’est la même que les vaccins obligatoires : il faut satisfaire les appétits de l’industrie pharmaceutiques avec la manne de la sécurité sociale français. Tout comme il faut satisfaire les appétits d’Axa et Blackrock avec la manne de vos épargnes retraites. Ces gens-là veulent nous piller par milliards, fusse au prix de vaccinations au mieux inutiles au pire délétères. Je vous le prédis, on discutera sous peu à l’assemblée de la vaccination coronavirus obligatoire ; laquelle sera aussi aléatoire que les précédentes puisque les virus, c’est leur condition de survie, mutent chaque année. Grace à l’impréparation, grâce à la réduction des moyens hospitaliers, grâce à la formidable mécanique médiatico-polique, tout est en marche pour parvenir à ce but initial qu’est la vaccination généralisée payante et obligatoire pour un oui pour un non. Est-ce cela se soucier de l’intérêt général ?  Ah mon bon hôtelier, que vous êtes naïf en fermant votre établissement pour le bien de tous !

Toujours dans la brèche économique, notez qu’au passage, on va en profiter pour renflouer sous prétexte de virus, le système économique prêt à craquer et desserrer, temporairement rassurez-vous, quelques contraintes européennes devenues un tantinet gênantes pour cela.

Si en plus on peut en profiter pour enfoncer, voire dépecer ces peuples à l’esprit fondamentalement socialiste comme la Grèce, l’Italie, l’Espagne, la France ce n’en sera que mieux.

Il n’y aura que vous pour avoir souffert mon brave petit patron d’hôtel. Ce n’est pas grave, vous êtes un pauvre et vous continuerez bien à voter comme les médias des 9 milliardaires vous le diront ; pour un président à leur botte et pour une représentation du peuple d’autant plus inutile que sauf la FI et les communistes, elle trahira l’intérêt général. Il faut bien assurer les dividendes des banquiers, les salaires mirobolants des dirigeants de grands groupes et les primes des traders. Vos fins de mois à vous, l’éducation de vos enfants, leur santé, la justice, votre retraite…. ils s’en tapent !

350 000 PV, 50 millions d’€ ; mais ne vous leurrez pas, c’est pour acheter des grenades et des LBD dont les stocks sont au plus haut après l’énorme consommation anti-sociale. Les quelques millions ne serviront pas à acheter des masques FFP2 ; pas plus qu’à relancer Luxfer ou l’entreprise lyonnais de fabrication de la chloroquine qui certes a trouvé repreneur mais n’a pas été reprise par les ex salariés – faudrait pas exagérer tout de même !

Ce n’est pas un hasard si l’on retrouve Macron, Castaner, Lallement et par instant Philippe et Beloublet dans les rôles principaux presque autant que le ministre et le directeur général de la santé.

Plus discrète mais bien là, la Penicaud qui n’oublie pas d’envoyer tout le monde au charbon comme si ne rien n’était ; et au passage de passer la semaine à 60 h avec réduction du repos intermédiaire. La brèche est bien exploitée pour la casse sociale.

Comme on le voyait déjà avec la terreur d’Etat combinée à la désinformation médiatique pour casser le mouvement des Gilets Jaunes ou avec les manipulations du pouvoir politico-judiciaire pour casser l’opposition (perquisitions FI et procès Mélenchon), nous voilà maintenant tous en prison à ciel ouvert avec interdiction de la moindre circulation. Aucun tyran n’a jamais fait mieux que la loi martiale qui vient de s’instaurer !

A cela s’ajoutent bientôt les contrôles de Google sur la mobilité des français permettant de battre en brèche d’un coup une idée reçue et une communication fantaisiste : l’idée reçue nouvelle les français savent se discipliner. Quelle nouvelle ! il n’y avait que la propagande des milliardaires pour tenir tout le monde sous le joug pour dire cela. Les français ont défendu avec discipline Paris à Valmy il y a deux siècles et demi et l’auraient encore défendue contre les prussien en 1970 si Thiers n’avait pas fait en toute urgence la paix sur leur dos pour pouvoir retourner l’armée contre eux et massacrer les héros communards. Les français sont les plus efficaces et les plus créatifs au monde, soyez en persuadé. Mais comme de par cette intelligence et ce courage, ils ne sont pas dociles, il leur faut de bons chefs pas des dominants assoiffés de capital.

Conclusion

Tout ceci n’est qu’un gigantesque emballement décisionnel catastrophique autour d’une situation sanitaire épidémique hélas récurrente.

Il est urgent de réagir pour utiliser la brèche ouverte par la situation sous prétexte de virus et de faire basculer le système. S’il n’est pas balayé maintenant il se redressera à la faveur des pertes de liberté déjà exploitées. Seuls sont dispensés de grève les soignants des réas pulmonaires…..

Les bénéfices pour les dominants français sont nombreux :

  • Donner libre cours à leur pulsion sadique envers les classes inférieures pour libérer leur frustration de n’être plus rien dans le pouvoir européen et mondial,
  • Effacer l’oukase « oukase 49-3 » cadeau de 312 milliards à Axa et Blackrock
  • Mettre en perspective de l’entreprise de casse sociale et de pillage de la nation par quelques privés avec commissions aux politiques et hauts fonctionnaires
  • Casser tous les mouvements de contestation d’un coup ; en particulier les Gilets-Jaunes,
  • Stopper le ras de marrée vert balayant les REMs aux municipales avec obligation constitutionnelle de revoter aux municipales pour tous les endroits où les gagnants ne sont pas passés du premier coup,
  • Présenter médiatiquement le duce, le commandatore, le caudillo, le führer…. comme le grand vainqueur du virus rhume des foins, très dangereux parce que couronné, et faire revoter pour ses listes municipales en ballotage sur cette base,
  • Se présenter comme le sauveur économique des petites entreprises,
  • Mais surtout, dernier mais pas moindre, masquer la faillite du système économique par un impondérable viral démesurément grossi ; et donc sauver par-là l’idéologie ultra-libérale qui l’induit. C’est-à-dire implicitement avoir trouvé un bouc-émissaire pour pouvoir continuer à nous pourrir la vie, toujours progressivement, mais de pire en pire.

 

Face à ce qu’il faut bien appeler un coup de maître pervers, il faudrait rassembler les petits entrepreneurs, petits patrons, avocats, Gilets Jaunes, Insoumis, ouvriers syndiqués, dirigeants syndicalistes employés, ouvriers égarés au Front National pour que, dans la caste étatico-financière, « ils dégagent tous ».

Je ne voudrais pas que les « petits patrons indépendants d’hôtel ruraux et autre petits commerçants professions libérales, autoentrepreneurs…. Comme vous, soit encore une grande partie des forces vives,  entrepreneuriales et non parasitiques de la nation, se laissent berner par leurs bons sentiments, pour des motifs aussi fallacieux que politique sortis tout droit d’esprits de médiocres zélés, de sociopathes, parfois de psychopathes, tous plus incompétents les uns que les autres, et pataugeant tous en cœur dans des marigots d’intérêts personnels, corporatistes et bureaucratiques.

C’est pourquoi je me permets, cher petit patron hôtelier de vous faire entendre une perception plus réaliste.

Le roi est nu, il serait temps d’arrêter cette farce du COVID-19 en virant le gouvernement et en appliquant l’idéologie de la qualité pour tout et tous.

One comment on “COVID-19 : Une pandémie du spectacle et de la peur