Au côté, gauche, de Mélenchon


Share

I had a dream….

Elle était là, assise dans un coin, le corps appuyé sur une table au fond d’un bistrot bruyant et indifférent, l’âme en peine de Mélenchon ; son attitude disait assez sa solitude et sa peine. Elle n’a pas dit mot mais n’a pas protesté quand la mienne s’est à assise, à sa gauche, comme un vieil ami qui viendrait consoler. Sans parler, voici ce que je lui ai dit :

« Moi aussi, à mon échelle je sais ce que c’est que d’être seul ; seul en tête mon ami. Tu l’as dit souvent et c’est vrai : c’est lourd ; très lourd »

« Ta déception est grande, tu doutes c’est sain ; C’est normal. »

« N’oublie pas que nous sommes là, des millions, tes fidèles font confiance à tes qualités;

« Le peuple est là avec toi »

« Dès que l’occasion se présentera, la bonne, il reviendra vers toi. »

« Tiens bon, reposes-toi, réfléchis, tire le bilan, et repars. »

« Tu veux former la nouvelle génération pour éviter le désert polonais à la gauche et tu as raison. »

« Aimer cette génération de nouveaux et valeureux battants c’est bien. Mais céder aux pressions, les laissant se couler dans le système, les laisser se faire récupérer par le système politico-médiatique, au motif des dogmes gauchistes ou même écologistes n’est pas la solution. »

« D’élections en rébellions, les évènements trient impitoyablement à la fois les tempéraments et les croyances inadaptés au temps.

« Il faut qu’ils te suivent dans le réalisme ou qu’ils se débrouillent pour percer mais tu travaillerais contre le peuple en cédant toute inadaptation. »

« Ils, doivent, comme toi peut-être, renoncer non pas à leurs convictions mais à leur dogmatisme.»

« Ils doivent, comme toi, se faire humbles se dévoué, écouter ceux qui étaient partis et qui reviendront pour le bien du peuple et du pays si tu les rappelles. »

« Vous êtes solidaires dans le naufrage électoral : continue à soutenir les pragmatiques Gilets-Jaunes. Rallie-les sur la base de l’idéologie de la qualité et d’un avenir en commun réapproprié avec eux. »

« Il n’y aura plus alors qu’à déciller et séduire les électeurs mesurés du rassemblement national avant de convaincre des couches plus aisées »

« Mes projets ne m’en laissent guère le temps mais pour toi, pour le peuple, pour le pays, je ferai l’effort de négocier les rassemblements si cela peut t’aider. Si tu veux me joindre mon livre que je t’avais envoyé avec le chèque pour l’élection qu’ils t’ont volée et dont tu n’as pas fait cas dans ton remerciement, te tombera des mains.»

Et puis je me suis réveillé