Comment arrêter le pillage et l’esclavage moderne des peuples d’Afrique et d’Europe


Share

Pourquoi Macron après avoir pillé les « Riens » pour le compte de Drahi, Bolloré, Bouygues, Dassaut, Pinault, Arnaud… et consors va t-il s’assurer de leurs intérêts en Afrique au lieu de passer Noël avec les gilets jaunes ? !

C’est simple, prenons le cas de l’Angola qui avait voulu se libérer dans une révolution.

Son PIB par habitant est d’environ 3500$/an. Le revenu moyen, lui, oscille entre 10$/an et 20$/an. Un salarié moyen – qui a donc l’énorme chance d’avoir un travail – ne peut pas se payer l’eau courante, réservée aux expats. Plus de 99% des richesses produites par l’Angola part dans le remboursement de la dette pour trente ans après le pillage éhonté par Dos Santos pour s’offrir la moitié du Portugal.

Ça, ça s’appelle de l’esclavage.

Si vous voulez savoir où vont les richesses produites par l’Angola en particulier, et par l’Afrique en général, référez-vous à la plaquette du petit néo-colonial éditée chaque année par Ernst&Young (Ernst&Young Africa Attractiveness Program).
Véritable manuel de pillage, on y apprend que l’Afrique est le continent le plus riche de la planète et qu’il le restera encore longtemps.
On apprend également que, même en temps de crise, les investissements en Afrique ne faiblissent pas.
L’Afrique, c’est la terre la plus riche du monde avec le peuple le plus pauvre.

Ernst&Young résume cet état de fait pas ce terme: attractif. L’Afrique est attractive: les investissements y rapportent beaucoup.

Un «investissement» en Afrique, ne nous voilons pas la face, c’est de l’achat d’esclaves noirs et rien d’autre.

Qui «investit» en Afrique ? Les USA d’abord, la France un chouilla moins, puis la Chine et le Royaume Uni, moitié moins impliqués que les deux premiers. Les seuls africains qui «investissent» dans l’Afrique sont les riches blancs du Cap.

Qui produit en Afrique ? Les africains noirs. Les expats, eux, ils gèrent, ils comptabilisent; en clair, ils tiennent le fouet et vident les poches. Ils vont jusqu’à fouiller l’anus des mineurs, ces délicats humanistes !
Les gouvernants africains sont à leurs bottes, employés par eux. Sitôt un dirigeant africain se risque à développer son pays, sitôt il se fait assassiner, comme Sankara ou Kadhafi.

Je résume pour l’Afrique sur la base de l’Angola : Un angolais produit par son travail 3500$/an. Les USA, la France, en prennent au moins 3480$ et laissent au mieux 20$ par an à chaque angolais pour qu’il ne meure pas de faim avant d’avoir fini son devoir de production.

Pendant ce temps, l’angolais qui souhaite échapper à l’enfer de son pays créé par la France et ses amis, on lui crie: «Rentre chez toi, voleur !»

Qui est le voleur ? La caste !
Mais depuis 40 ans, elle a cessé d’en faire profiter tout le monde en occident et rien ne va plus avec les gilets jaunes en France et en Belgique.

Tous les angolais en France ! Que « l’Afrique » (Amérique du Sud comprise) envahisse l’occident à hauteur de ses «investissements». Qu’elle se rembourse ! L’Occident en a les moyens ! dira t-on.

Ce ne serait que justice; mais cela ruinerait d’abord les travailleurs d’occident anciens et nouveaux alors que les fautifs ce sont les capitalistes d’Occident (et depuis peu d’orient.)
On pourrait faire beaucoup mieux : d’abord en se débarrassant de ces fauteurs de trouble qui constituent la caste dominante et de leurs dettes honteuses. Ensuite en retournant leurs aides soit disant humanitaire aux commande de laquelle se trouve l’un d’entre-eux, le milliardaire Soros, contre leurs intérêts. Il suffit, ayant fait ce qui précède, d’accepter massivement les migrants des peuples africains, mais pour les instruire et les financer et les aider à se développer par l’éducation, l’infrastructure et le financement dans leurs pays d’origine.
Pour que le peuple français puisse faire cela, il faudrait que les peuples africains et européens enfilent des gilets jaunes aussi bien là où ils sont que dans les cités…

Aide toi et le ciel t’aidera !
Attache ton chameau et laisse le reste à dieu…

Ce sera mon vœux pour 2019 !