Le fondement de la perquisition montrée du doigt


Share

La sombre perquisition d’Octobre 2018 permettant aux médias de stigmatiser voire pathologiser le comportement de Jean-Luc Mélenchon, est, il faut bien le reconnaître, un coup de maître « façon Macron ». Elle poursuit plusieurs buts cohérents pour, in fine, maintenir la domination des actionnaires industriels sur le peuple citoyens-consommateurs… voici comment :

D’abord à l’aube des européennes, le coup tordu entretient contre Jean-Luc Mélenchon l’aversion des partis bien-pensants depuis la prétendue gauche socialiste jusqu’à la droite nationaliste voire raciste et xénophobe. Depuis la détestation émotionnelle des uns jusqu’à la « répulsion bourgeoisiste » (par symétrie riche pauvre avec le terme « populiste » dont ils affublent maintenant le peuple de droite) cela prolonge les acharnements politico-publicitaires et matraquages idéologiques antérieurs façon bombardements américains.

Cette aversion contre JL Mélenchon est entretenue à la fois en tant que personne comme dans la dominante des commentaires post-perquisitions, mais aussi, par amalgame, en tant que représentant d’une idéologie. Le même d’amalgame que le classique amalgame juifs/sionistes sioniste/colonialistes palestiniens ou encore musulman/terroriste ou encore nationaliste/fasciste ou encore islam/gauchiste.  Prolétaires sans problèmes de fins de mois, « crevards à 3000€ », vous qui vous croyez de ce fait petits bourgeois alors que vous êtes prolétaires, vous tous sans capital et croyants-malgré-vous à la fable de la main invisible du marché, à celle de la mondialisation heureuse, à l’idéologie des prétendus bienfaits de la libre concurrence et de la privatisation, ne vous laissez manipuler ni par les étiquettes, ni par les amalgames, ni par le 1% qui masque les 99%…

JL Mélenchon n’est pas le problème d’un système qui s’écroule régulièrement dans le sang au cours de l’histoire, il en est le symptôme et le remède ; icelui qu’il faudrait écouter et suivre pour limiter les dégâts. Les bactéries et les champignons vivent en symbiose et permettent l’équilibre de nos cellules; de la même manière c’était la force de l’union soviétique opposée au complexe financiaro-militaro-mafio-industriel qui paradoxalement protégeait nos systèmes sociaux et nos services publics à la française; si enviés de par le monde et si regrettés aujourd’hui. (et notre ex-empire néocolonial)

Je ne me leurre pas sur l’efficacité de ma petite défense de l’idéologie do minée à travers JL Mélenchon. De toute manière même si elles ne peuvent pas adhérer à ces thèses sans s’exclure du groupe, les classes prolétaires aisée, sont profondément attachés à la nation, et à ses biens communs et elles en ont assez de servir de vache à lait parce que les hyper-riches truandent l’état et pillent à travers leurs entreprises. Ces choses-là ne changent pas du jour au lendemain.

Globalement, avec cette nouvelle opération, la division « haut-bas » des prolétaires par niveau social se trouve entretenue. Tout le profit de l’opération allant naturellement aux couches supérieures ; celles franchement aisées reconnaissables par la solidarité de type communiste dont elles font preuve. Dans ces castes, on vous paye une sinécure avec l’argent public quand vous avez échoué ou subi un avatar : grosse indemnité de départ, émission de télé de complaisance, publication d’un bouquin, poste sans travail ni compte à rendre à l’abri des regards, nouveau poste à la tête d’une entreprise en bonne santé àhi saper, mission d’étude….

Cerise sur le gâteau de ce coup médiatique, la couche « très aisée basse », ces petits Napoléons du journalisme genre Salame ou Apathie, trouvent l’occasion de faire allégeance aux grands financiers qui gouvernent leurs médias.  Tous cette couche de médiocres zélés constituent une classe politique bien-pensante, qui parce qu’elle est grassement arrosée pour sa servilité, se croit sûre de sa supériorité intrinsèque et trouve dans cette opération l’occasion d’étaler sa bienséance hypocrite et de se défouler :

  • « mais comment-comment, monsieur le député « élu-de-la-plèbe-du-fond-du- peuple-méprisable-et-méprisé, députés des riens et donc député de rien du tout,
  • Mais comment-comment monsieur Jean-Luc Mélenchon (dès fois qu’il y ait un homonyme ou qu’on risque de les accuser de manque de respect ou encore qu’on ne stigmatise qu’à moitié), vous osez vous dresser contre la belle autorité de nos maîtres ! (leurs actionnaires ou leur président de notre république)
  • Un député du peuple, sacré !? Et au nom de la loi, de la démocratie par-dessus le marché ! mais qu’elle audace !
  • Ne savez-vous pas, n’avez-vous pas encore compris que la loi est faite pour garantir notre pillage et que le code moral libéral est là pour glorifier notre domination ?
  • Ne savez-vous donc pas, qu’hormis vos têtes dures de la FI, la démocratie représentative est un leurre et que donc l’assemblée ne sert à rien et donc que votre titre de député ne vaut rien ?
  • Navez-vous pas compris que le peuple vote comme lui disent nos nouveaux chiens de garde idéologiques ?
  • Que sont ces petites perquisitions insignifiantes en regard des immenses privilèges de notre légitiment dus à notre supériorité d’élite au-dessus des lois ?
  • Avec votre subversion de notre domination par vos idées et vos compagnons de luttes, N’avez-vous pas conscience d’être comme à nos yeux de la même nature qu’une organisation de malfaiteurs, un ramassis d’islamo-gauchistes susceptible de nous empêcher de piller ?
  • Mais comment avez-vous le front de vous dresser contre notre autorité illégitime du plus fort ?
  • Espèce d’impudent ! Nous les riches, nous les puissants, allons continuer à vous ramener vous, le peuple français et votre France qui n’est rien pour nous, à l’état colonial ! Et ne pensez-pas que parce que vous êtes européens, cela fera une différence avec le Brésil, le Nicaragua, le chili, le Venezuela, le Yemen, la Syrie ou l’Afrique !

Il faut dire qu’il y a mis du sien pour faciliter ce défoulement, l’ami Mélenchon. On ne se refait pas ! Comme il était prévisible, tout était déjà prêt avant même d’en connaître les détails ; depuis Mediapart, jusqu’au Figaro d’assaut (distribué gratuitement dans tous les hôtels et aéroports ou autres lieux de travail) en passant par Libération.

Ce retournement médiatique de sa saine et sainte colère est un classique de la manipulation par détournement du fond sur la forme. Mais la forme, est ici la fond de la manipulation médiatique des classes sociales.

Je vois pourtant plusieurs avantages à cette saine et sainte colère :

  1. a) il a rappelé l’importance des élus du peuple même eu les termes ont été tournés en ridicule ; ce qui montre à contrario combien nous sommes loin des valeurs républicaines de la révolution mère.
  2. b) il a réaffirmé son caractère de chef au milieu d’un entourage déconsidéré au sein de la FI car, sauf Ruffin, plutôt enclin à se couler dans le système, à se compromettre avec de vieux chevaux de retour socialistes, voire à profiter du système ou de sa position qu’à coller aux problèmes fondamentaux du peuple.
  3. c) mais surtout, cet entourage aura appris qu’il n’y a pas de favoritisme entre inconnu et célébrité quand on est de gauche et que même ce sont « les meneurs » sur qui l’on tire en premier dans la bonne vieille technique pour mater les récalcitrants. J’espère que les « petits jeunes de la FI » vont en tirer une vision plus réaliste et moins institutionnelle de la lutte entre dominants et dominés. Lutter avec les règles des dominants en étant soi-même dominé c’est être vaincu avant même d’avoir combattu. S’en remettre à des chefs qui acceptent cela, c’est se condamner à la souffrance. Nous aurons peut-être maintenant une tête de mouvement plus mature et moins docile avec le système….
  4. d) cela resserre les liens dans une FI qui était en train de se désagréger

Nombre de médias alternatifs ou de la FI, dont celui d’Eddie Legus https://yetiblog.org/guerre-eddie-legus-dynamite/ confirmant à propos des membres du gouvernement Macron, la citation de Gramsci : « le vieux monde se meurt, le nouveau tarde à venir, et dans ce clair-obscur surgissent les monstres » ont montré la manipulation que constituait cette campagne de propagande politique détournant de l’opération de basse police politique beaucoup plus grave qu’elle est en réalité et qui normalement, c’est-à-dire si nous étions en démocratie, devrait faire « sauter la république ou tout du moins le gouvernement au même titre que l’affaire Ahlcen Benhalia»

D’un gazouillis bien ciblé, Marine Le Pen a fait observer qu’après la perquisition du FN/RN et celle de la FI, les services d’état usurpés par le pouvoir des industriels et financiers avait maintenant en main toutes les adresses des opposants populaires. Je ne parle pas des trois cambriolages en trois jours consécutifs, d’Alexis Corbière et Clémentine Autun et de leurs locaux politiques où seuls leurs ordinateurs ont disparu dédaignant les objets de valeur. Aucune chance pour l’un d’apprendre de la mésaventure de l’autre : du travail de pro mais aussi de prétentieux pas même pas obligé de faire semblant tant ils sont sûrs de ne pas être poursuivis. En creux, cela en dit long…..

Si l’on rapproche ces faits à la fois de la prophétie Attali pour une prochaine présidente et de la décision  de créer 7000 places de prison supplémentaires pour 2022 par rapport à un programme déjà en augmentation, on voit qu’on se prépare à des goulags à la faveur des lois liberticides déjà passées et en cours : fouilles aux manifestations revenant à interdire de manifester, autorisation préalable de distribuer des tracts revenant à l’interdiction de tracter, loi antiterroriste utilisée contre les syndicalistes…. Consommez, travaillez et, non plus « cause toujours » comme jusqu’alors en démocratie représentative, mais « ferme ta gueule ! » Relisons Matins bruns ; c’est court mais instructif….

S’il ressort de ce piège à sa réaction spontanée que JLM a été éloigné artificiellement d’un électorat prolétaire « moyen », supportant tout le poids de la société bringuebalante, la méthode aura ouvert sur un rapprochement des chefs du peuple de la RN du peuple de la FI ; tout comme le blocage du pays le 17 novembre. Il  faut non seulement cultiver l’union à gauche mais aussi les relations avec Philippot et Marine qui au-delà des divergences de méthodes ont une orientation fondamentalement sociale et bien commun; car le danger fasciste pur, dur, décomplexé à la Bolsonaro, c’est Marion Maréchal-Le Pen, qui elle, a montré par ses votes, une orientation franchement capitaliste. A la faveur d’une bonne campagne médiatique sans fondement pour corruption de type Lula, le peuple de droite risquerait fort de se faire piéger.

Il n’y a que deux pôles, quelques dominants et une foule de dominés et entre les deux, des couches intermédiaires de dominants-dominés. La division principale, c’est celle là car c’est la division des conditions de vie, la division réelle, celle qui fait voter…. ou agir….  C’est une division horizontale inhérente à la société humaine et qui ne signifie pas nécessairement automatiquement la lutte des classes. L’autre division, la verticale entre les deux pôles dits droite et gauche est d’ordre idéologique. La première est matérielle donc réelle tandis que la seconde est virtuelle ; même si elle a des retombées au même titre que les crises du casino financier sur l’économie réelle.

Idéologisés par des dominants fourbes et puissants, prolétaires militants et partisans de droite comme de gauche continuent à boire le calice de la propagande des riches jusqu’à la lie ; c’est-à-dire à se détester d’un côté comme de l’autre pour des questions certes importantes mais néanmoins secondaires. L’important c’est en effet le renversement des dominants, le dégagisme de la classe au pouvoir et à travers elle la neutralisation de la petite caste dominante. L’installation d’une nouvelle idéologie, la qualité pour tout, partout et pour tous, déroulant le programme l’Avenir en Commun serait porteuse d’une nouvelle ère civilisationnelle en lieu et place du terrible saccage en cours.

Déjà pendant le deuxième tour des présidentielles, le plus important était de faire échec au coup d’état des grands bourgeois et voter Front National même quand on était FI. Là encore il faudrait le faire dès les européennes.

Ce qui m’amène à ma deuxième considération sur le coup tordu des cambriolages passés sous silence et des perquisitions. Elles sont provisoirement destinées à remettre en selle le candidat malheureux auprès de son électorat. Cet électorat s’étiolait, déçu de ne pas voir arriver le grand soir, la révolution systémique, idéologique. Pour les dominants, il ne faut pas laisser cette foule désemparée incontrôlée ; ni médiatiquement ni policièrement. Pour qui voteraient des FI déçus plus gazeux que jamais ? Il fallait donc les regrouper, les rassembler, les contenir. Quoi de mieux que son leader naturel pour cela ?

Le vieux s’avachissait dans le lit de sa jeune communicante ? Lui qu’on avait déjà protégé d’un assassinat précoce qui aurait perturbé les plans,  il fallait le réveiller pour éviter l’éparpillement des troupes qu’aucun jeune ne semblait avoir assez de mordant pour entrainer derrière lui. Au passage, si on pouvait lui torpiller son plan pour développer un média idéologique à son service….

Cette polarisation manipulatoire gauche droite du peuple doit en effet durer jusqu’aux élections européennes car grâce à cette division, les dominants pourront gagner face à une opposition populaire (ils diraient populiste et ça peut marcher…). Il faut bien comprendre qu’ils se moquent d’être élus représentativement ou pas. La vertu démocratique, les Droits de l’Homme, ne sont pas leur problème. L’important c’est d’avoir le pouvoir et cette division par rivalité des chefs et  bipolarisation du peuple le leur garantit. Ils se moquent de quelle obédience politique détient le pouvoir ; tout autant que des méthodes même si les plus totalitaires les rassurent. Ils ne sont pas regardants non plus sur l’éthique ; pas plus que sur les morts, la miisère ou la souffrance.

La mise en avant médiatique et les rebondissements sur les prétendus dessous des affaires Mélenchon vont être savamment entretenus jusqu’aux élections où l’on constatera une poussé de la droite populaire qu’on qualifiera de populiste pour ne pas faire trop peur et surtout garder avec eux les couches prolétaires moyenne et aisée et les couches petites bourgeoises.

Une fois arrivés à l’après européennes, Mélenchon ne devra plus rassembler. Le centre étant grillé, il faut pousser tout le monde à droite. On pourra alors le condamner, en lui trouvant une peccadille d’attaché parlementaire ou de cadeau à son attachée de communication pour le faire plonger. Comme il l’a lui-même fort bien analysé à propos des dirigeants d’Amérique Latine. Assassiner les leaders pour tuer les mouvements n’étant plus dans l’air du temps car devenu trop voyant.

Mais dans cette juridiciarisation politique sélective, on n’ira pourtant pas, évidemment, jusqu’à rouvrir les comptes ni personnels offshore, ni ceux de campagne du président ; ni chercher pourquoi son nom était dans les courriels d’Hillary Clinton, ministre des affaires étrangères, alors qu’il n’était rien. Y’a les torchons et les serviettes et faudrait voir à pas mélanger ! Les procédures judiciaires par cette justice indépendante où les juges inquisiteurs deviennent ministre n’est-ce pas déjà la cas en France avec la nomination du « couvreur » Bertrand Louvel….

Pourquoi faire le contraire de ce qu’on a fait avant les européennes avec Mélenchon après ? Simple ! Parce que  Marion Maréchal Le Pen n’est pas prête et qu’il faut encore, entre temps, dézinguer La Marine. Ces deux-là Marine et JLM se détestent alors qu’ils devraient faire cause commune dans l’intérêt du peuple, de la France et même de l’intérêt bien compris de tous les autres français. Opposés, ils vont donc se faire dézinguer chacun leur tour. L’affaire est déjà sur les rails pour elle avec l’histoire psy et l’attaché parlementaire européen et s’il le faut un autre prétexte, il sortira.

Va falloir cependant être malin parce que la bougresse est retord, habituée qu’elle de lutter contre son paternel et néanmoins ami de Mitterrand. Mélenchon lui non plus n’a pas dit son dernier mot mais, s’il le faut, on les enfermera.

Et là le boulevard de la belle petite gueule totalitaire, ultra libérale, capitaliste à souhait, qui pour l’instant pointe discrètement mais régulièrement le bout de son nez, passera au premier plan. Les circonstances économiques aidant, le basculement idéologique poussant, les médias ne parlant plus que de cela en boucle, elle passera. Elle sera la première présidente de la France ; cocorico international des dominants pour le malheur des dominés.

C’est à ce moment-là que l’on pourra utiliser les noms sur les fichiers des disques durs pris dans les perquisitions de la FI qui auront eu tout le temps d’être investigués et de tous ceux qui seront en opposition ; direction le goulag.

Qui a dit que la vie politique n’était qu’une suite de hasard ? C’est plutôt une habile canalisation des tendances, une fine exploitation des faiblesses des chefs et un marketing massif d’orientation des convictions. En ce jour de fête des morts de l’année de basculement brésilien avec une pensée émue au métallo Lula enfermé par l’inquisition, je prends le pari de ma prédiction l’avènement de la même en France pour 2022. Mais rien n’est écrit….