la danse mineure de Dionysos


Dionysos c’est l’orphelin de princesse sauvé par Zeus son père et sorti tout armé sa cuisse après 9 mois de gestation. Naissance assistée parce que sa mère avait été trop curieuse de savoir qui était son amant et avait été foudroyée par la vérité.

Dionysos a été élevé loin dans la vie, loin du palais, mais il y revient adolescent. Brandissant son cep de vigne il demande à l’élite, au nom de sa nature divine et de ses pouvoirs, qu’elle le vénère en dansant autour de lui et promet que chacun découvrira en lui-même à travers cette danse des horizons insoupçonnés de bonheur.

Ceux qui s’y refusent non seulement ne découvrent pas ces horizons nouveaux mais commettent des actes de folie répréhensibles. Ainsi sa tante, la reine mère, en arrivera à assassiner emportée par une transe de folie, le roi son fils et cousin de Dionysos. Qui refuse la danse majeure se condamne à la terrible danse mineure qui rend toutes choses et toutes personnes incontrôlables.

Dionysos c’est le peuple. La cour ce sont les journalistes, chiens de garde, industriels, financiers et politiques au royaume du spectacle. La manipulation électorale  ourdie par Rothschild Minc Attali et Hollande consistant à écarter le peuple de gauche au 1er tour puis celui de droite au second, c’est le refus de la danse mineure de Dionysos. C’est le refus de s’occuper du peuple  (et d’en tirer des bienfaits insoupçonnés de richesses supplémentaires)

Les oligarques vont maintenant avoir à danser la terrible dans majeure. Les têtes des rois de la finance finiront sur les piques des industriels des devenus fous au milieu des contorsions démentes des chiens de garde, des bureaucrates, des lobbies et des politiques. La colère du peuple est en marche !…

Exemple sur les murs de Paris. L’anonyme écrit « Mieux vaut le fascisme sanglant que le fascisme financier ». Cité par une « madame je sais tout », une « madame je suis plus intelligente que ce peuple imbécile », sur France Culture à 8h30 le 4 mai 2017, au lendemain du consternant débat télévisé entre l’illuminé naïf immature de la finance fasciste et la représentante brute et hautaine du peuple de droite. Cette journaliste argumente la folie de l’auteur, au motif que le premier serait réel quand le second serait virtuel. Cette citation apparaît folle mais la folie des bien-pensants tenant du système c’est de ne pas la croire comme sensée.

Car madame gardienne du système, si vous viviez dans la réalité de ce peuple que vous prétendez dominer, vous sauriez que le fascisme financier est déjà là. Vous sauriez qu’il se traduit déjà par une telle somme de douleurs, de misères, de frustrations,… de souffrances belles et bien réelles en un mot. Et dès lors vous comprendriez que beaucoup sont déjà prêts à se sacrifier pour s’en affranchir et en libérer tous les autres. Il n’y aura bientôt plus besoin de se baptiser « jihadiste » pour cela.

Pourtant ce fascisme sanglant dont les médias nous menacent n’est encore en France que fantasme : ce fascisme là n’est encore qu’un chiffon rouge destiné à effrayer le troupeau. Même pas peur !

Puisque vous avez laissé passer votre dernière chance avec les insoumis et le peuple de gauche, puisque vous persistez à ne pas vouloir danser la danse mineure de la déesse Dionysos-démocratie, eh bien dansez  maintenant la danse majeure du peuple-Dionysos !