Idéologie dominante, besoin d’appartenance, manipulation et pouvoir


Besoin d’appartenance
Dans une expérience célèbre, Solomon Ash présentait trois bâtons de longueurs différentes à 5 complices et à un cobaye. Il demandait d’abord aux complices lequel des trois était le plus long. Alors que la différence de longueur était visible à l’œil nu, les 5 complices répondaient avec conviction et dans une belle unanimité que c’était le moyen. Le tour de cobaye arrivant, il n’osait pas dire que le plus long était un autre des trois bâtons. Le besoin d’appartenance au groupe le vidait du courage de dire sa vérité et en l’occurrence, la vérité. Mais pire, pour ne pas faire face à son mensonge, le cobaye finit par voir réellement le bâton de longueur moyenne comme étant le bâton le plus long. Seuls quelques rares individus osent dire à un contre 5 que le plus long, c’est le plus long !
Quand une idéologie est bien installée, imaginez combien de dures réalités doivent frapper les gens pour qu’ils soutiennent la vérité à 1 contre 100, 1 contre 1 000…. Mais quand « les gens-cobayes » frappés tour à tour par la dure réalité pendant 30 ans se comptent par millions, alors là on tombe à 1 contre 3. Puisque l’un des deux autres dit en plus le plus long c’est le bâton qui est manifestement le plus petit, celui de Macron et Fillon qui nous emmène tous dans le mur, alors on arrive peu ou prou à du 1 contre 1 dans une jeu à trois familles de pensée. L’opinion individuelle peut redevenir libre et c’est ce qui se passe pour les insoumis. De plus comme nous sommes 400 000 au cœur à oser voir la réalité, cela suffit pour que des millions s’autorisent à constater comme nous.

Idéologie dominante
Parallèlement, l’idéologie dominante évolue. « Il y a 50 ans, quand j’étais à polytechnique, tout le monde était communiste et ça ne choquait personne » me confia un patron (de la même promotion que Carlos Gohn). Aujourd’hui l’idéologie dominante est à l’extrême droite, elle a viré de 180° mais ça ne choquait toujours personne; Jusqu’à ce que le peuple français se lève….
Au contraire de Serge Halimi (le grand bond en arrière) les sympathisants et militants socialistes, et le bon peuple n’ont pas vu le virage idéologique progressif sur 5 ans. Ils voient bien la réalité d’aujourd’hui, mais comme leur groupe et les médias, leur disent que la gauche ce sont eux, alors ils le croient. On leur dit que communisme = totalitarisme alors ils le croient. On leur dit que communisme = chaos alors ils le croient.

Manipulation
Profitant des réécritures de l’histoire par les vainqueurs, les guerriers idéologiques que sont journalistes, sociologues, économistes, historiens, philosophes leur administrent tous les jours, toutes les heures toutes les minutes leur dose d’anxiogène à coups de toutes sortes d’équations simplistes. C’est ainsi que les groupes financiers réussissent à faire voir au bon peuple, le tout petit bâton comme étant le grand. En bons membre de leur étiquette, ils refusent contre toute évidence pourtant, de s’en désolidariser.
A tous ces braves français dont la vie est encore supportable ou acceptable, tous ces braves gens qui ne savent pas qu’on utilise leur besoin de sécurité pour les pousser vers les étables où ils continueront à se faire traire (ou tondre) sous forme de dépenses contraintes je leurs dis : « ouvrez les yeux, oubliez tout ce qu’on vous dit et réfléchissez par vous-même ». Ne confondez pas loyers payés aux entreprises des 8 ou 9 qui possèdent la moitié des richesses du monde avec les contributions par l’impôt et les cotisations sociales au fonctionnement et à l’investissement dans une collectivité qui, elle, vous appartient et plus tard à vos enfants.

Situation et système
Si vous regardez froidement la taille des bâtons que voyez-vous ? Un système de rentes consenties aux multinationales, une bureaucratie privée qui fait payer trois fois les infrastructures, qui abuse autoritairement de sa position de force, qui dérive bureaucratiquement, qui dessèche les capillaires et sclérose les gros vaisseaux tout en les mettant en surpression. Les dirigeants et actionnaires prélèvent toujours plus de dividendes sur l’économie réelle au profit de la spéculation financière. Les financiers et industries d’armement, poussées par pléthore d’officines dites de sécurité organisent des opérations sous faux drapeau pour créer ou entretenir le chaos…. Le tout conduit à une récession économique, du chômage et des pauvres dans un océan de richesses. C’est la récession économique et l’évasion fiscale qui induisent l’indigence des recettes d’état, les tensions sociales, le mal de vivre dans le monde entier, la décrépitude des systèmes sociaux (santé, justice, armée, éducation, assurances collectives…..) Tout cela résulte de 30 ans du système actuel, lui-même découlant du basculement idéologique entamé il y a 60 ans.

Le déséquilibre salutaire
On ne résout pas les problèmes en les laissant perdurer. La situation ne profite qu’à ceux dont la fortune réside dans les paradis fiscaux et à des degrés progressivement moindres à la cohorte de ceux qui les servent. Ceux-là voteront, Fillon Macron et on peut les critiquer sur la moralité qui consiste à assurer son petit confort en servant les dominants plutôt qu’aimer son prochain comme soi-même et ne pas faire aux autres ce qu’on ne voudrait pas qu’on nous fasse. Dans le domaine sexuel cette attitude de se vendre aux puissants porterait un nom…. Mais appelons cela pudiquement « vendre son âme au diable » ou « adorer le veau d’or »

Je m’adresse donc à ceux qui ne profitent pas mais qui sont encore trop bien lotis et trop assoiffés de sécurité pour oser sortir de l’idéologie. A ceux-là je dis : « On ne résout les problèmes ni en palliant leurs effets, ni par le maintien du système. C’est comme d’aller en vélo : c’est le mouvement vers l’avant qui permet l’équilibre.

Donc amis socialistes, compatriotes de tous bords attachés à notre cohésion, attachés à nos institutions sociales, attachés à la république une et indivisible, attachés à la même loi partout pour tous, aux mêmes droits partout pour tous, n’écoutez-plus vos cadres du parti socialistes ou vos gardiens idéologiques que sont les médias. Regardez la réalité ! Cherchez ce qu’il faudrait faire sur internet!

Les petits candidats ont de bonnes idées mais elles sont partielles et leur cohérence économique n’a pas été démontrée. Il faut rester pragmatique au milieu des dogmatismes qui font que deux français ont au moins trois avis ! Le mieux est l’ennemi du bien. Dans ces affaires, il faut faire gagner le moins mauvais.

Comme les insoumis vous ne tarderez pas à rejoindre l’avenir en commun car ce programme introduit un ensemble de réponses cohérentes, nécessaires et adaptées au temps présent. Au contraire de ce qu’en déforment les gardiens du vieux dogme délétère actuel, ce programme introduit par des actes pragmatiques une idéologie salutaire entièrement nouvelle.

Conclusion
Ne ratez pas le coche les amis car le coup systémique des éminences grises de l’ombre est bien monté : au 1er tour les médias, les affaires et la division des voix de gauche font passer Macron, au 2ième tour on agite le chiffon rouge extrême droite et tout le monde court se réfugier dans les jupes de ….Macron ! La bonne manière de déjouer ce méga piège à double détente, ce n’est pas de voter blanc ou nul au deuxième tour, c’est de voter Mélenchon pour l’avenir en commun dès le 1er tour !