Union dans l’action réelle ou gesticulations en réseau virtuel ?


Share

Macron démission !  Disait l’appel à signer la pétition ; Arguant de scandaleuses déclarations ultra-libérales du ministre de l’économie et des finances.

J'ai bien sûr signé la pétition, mais ce genre d’initiative est à la fois ridicule et contre-productive. Plusieurs raisons :

 

D’une part il serait immédiatement remplacé par « un clone » ; je veux dire par un élève des écoles huppées du milieu restreint qui se dit et se croit élite non pas par un Homme, un homme de Gauche; alors mieux vaut ne pas ajouter aux charges de la princesse République.

 

D’autre part, Macron n'est qu'un des avatars de la dérive libérale du parti socialiste. Qui donc peut encore être assez naïf ou aveuglé pour croire encore que les dirigeants socialistes d’aujourd’hui, ces solfériniens héritiers de la dérive Mitterrandienne de 83, sont encore de gauche ? Personne ! Il est donc manipulatoire de faire semblant de s’en offusquer.

Mais c'est surtout et plus gravement contre-productif parce que cela ne traite pas le problème. Ce serait tout le gouvernement et surtout toute sa politique libérale qu'il faudrait virer. Là est le véritable enjeu, celui pour lequel il faut se battre ;  Et vite avant la Cata, cette guerre civile qui gronde !  

 

Le moyen pour résister aux grands industriels et financiers, à leurs technocrates relais, à leurs politiciens proposés sélectivement à nos votes par le Cercle et leurs médias ou désignés entre membres de la « noblesse », ce serait de réunir les fronts en un seul. Un Front Radical car le défi c’est de s’affranchir des clivages droite gauche irréels, des divergences fallacieuses émotionnelles mais mineures et de rassembler pragmatiquement sur une ligne minimale commune, avec une froide détermination à prendre le pouvoir et à changer, toutes les forces déterminées. Faire comme les tunisiens en quelque sorte.

 

Cette coalition forcerait, en montrant sa force dans la rue, en prenant le pouvoir dans les usines, en désobéissant civilement, l’avènement d’une sixième république. Une république beaucoup moins représentative et beaucoup plus directement démocratique. Tous les systèmes pouvant être pervertis, des  dispositions sanitaires seront prises : séparation des pouvoirs, choix final des dirigeants par tirage au sort, commissions de contrôle puissantes par secteur de pouvoir, et révocation immédiate à la demande du peuple toujours possible…. Le pervertisseur majeur que sont les médias serait rendu immédiatement indépendant soit par actionnariat populaire essentiellement national, soit par nationalisation et garanties de libération interne, soit par interdiction du financement et de la vente à perte.

 

Les premiers actes de cette république seraient de s’émanciper de la tutelle financière et industrielle interne et externe

  • Nationalisation des entreprises stratégiques et de service public dont la banque de France,
  • Révocation des idéologues libéraux et tenants d’intérêts étrangers ou particuliers,
  • monnaie numérique parallèle à l’euro dans une Banque de France
  • taxes d'équilibrage aux frontières sur les produits en fonction des conditions sociales, écologiques et d’infrastructure des lieux de production et des charges écologiques de transport.
  • Economie libre, participative et régulée : commerce équitable, amplitude des revenus dans les entreprises limitée, marges proportionnées mini-maxi chiffres d’affaires, assurance de recyclage total dans l’économie réelle nationale : rémunérations des tous les acteurs après investissements. 

 

Les actes suivants consisteraient à relancer l’économie :

  • Une relance par un financement militaire, par les infrastructures, par la recherche fondamentale, l’éducation, la culture… mais massif et orienté vers l’écologie, l’efficacité et la qualité de vie du plus grand nombre.
  • Une relance par une régulation des prix jusqu’à un doublement
  • Parallèlement une régulation des revenus du travail jusqu’à un triplement avec revenu inconditionnel de base à vie
  • L’explication de cette économie circulaire massivement expliquée sur les médias avec de grands débats ; interdiction des monnaies parallèles, des échanges gratuits ou souterrains

 

Le troisième acte consisterait à refonder l’Europe occidentale ou l’Europe de la méditerranée toujours dans le sens de l’affranchissement des tutelles :

  • Usage des clauses d’exception pour sortir du carcan de l’Europe actuelle avec régulation des échanges entre pays en fonction des caractéristiques fiscales
  • renégociation de la dette honteuse ; honteuse car imposée aux français sans débat par Pompidou et Giscard d’Estaing.
  • Renégociation du commandement de l’Otan ou sortie
  • Renégociation refondatrice dans l’intérêt des populations européennes sur des bases démocratique directe et fédéraliste par pays de l’Europe avec contrôle public de la banque centrale européenne
  • Eviction des services secrets non européens et des formes informatisées étrangères de surveillance massive des populations civiles comme militaires.

 

Vive le printemps républicain européen !